Concours de police, contingent spécial 2018 : Le « Collectif des candidats tombés suite à la visite médicale » crie à l’injustice

0

Les membres du « Collectif des candidats tombés suite à la visite médicale du concours de police, contingent spécial 2018 » étaient face à la presse, le samedi 17 octobre 2020 à Bamako pour informer l’opinion nationale et internationale qu’ils ont été victimes d’une injustice. Ils sont plus de 100 personnes à faire des réclamations sans jusque là, avoir gain de cause. A cet effet, le Collectif a décidé d’interpeller les autorités maliennes sur cet état de fait. « Nous demandons au ministre de la sécurité et de la protection civile, au directeur général de la Police et à toutes les autres autorités concernées de nous accorder la chance de rejoindre nos camarades retenus à l’épreuve orale. Nous sommes prêts à faire la formation commune de base (FCB), nous sommes engagés à défendre notre chère patrie et à protéger les personnes et leurs biens dans la dignité et dans l’honnêteté », a souligné le porte-parole du Collectif, Adama Ousmane Diarra.

Ce point de presse était animé par le porte-parole du Collectif, Adama Ousmane Diarra, en présence d’autres membres dudit collectif comme Fousseyni Bagayoko. « Depuis l’arrêté n°1582 MSP-SG du 14 mai 2018 annonçant le recrutement de 2200 élèves fonctionnaires de différentes spécialités confondues, nous avons opté pour ce concours. Après avoir franchi l’épreuve sportive, la visite corporelle, l’épreuve écrite et la visite médicale, nous étions au nombre de 5200 candidats à faire la dernière épreuve qui est l’épreuve orale. Mais malheureusement, 2700 candidats ont été éliminés à la proclamation des résultats définitifs à la date du 10 Décembre 2019 », a déclaré le porte-parole du Collectif, Adama Ousmane Diarra. Après 6 mois d’attende sans d’ailleurs perdre l’espoir, dit-il, l’arrêté N°2020  1919/:MSPC-SG du 27 mai 2020 à été signé, annonçant le recrutement d’un contingent spécial de 2500 élèves sous officiers de police, spécialité maintien d’ordre (MO) parmi les recalés ayant participé aux épreuves orales du concours direct de recrutements d’élèves fonctionnaires de police objet de l’arrêté n°1582 MSP-SG du 14 mai 2018. Selon lui, les candidats concernés sont soumis aux visites médicales d’incorporation et à l’épreuve orale. « A cette annonce, nous étions tous contents pour la simple raison que chacun de nous avait déjà franchi ladite épreuve (Visite médicale à 6 mois seulement de cela). Ainsi, tout le monde se voyait déjà policier », explique-t-il. Le porte-parole du Collectif, Adama Ousmane Diarra dira que le 4 juin 2020, la liste de 2467 candidats a été retenue pour la reprise des visites médicales. « A notre grande surprise, 624 candidats ont été écartés à la proclamation des résultats de la visite médicale et le 29 juillet 2020, 1774 ont été retenus comme aptes à la formation. En réalité, nous ne comprenons pas comment des candidats qui ont franchi une épreuve à 6 mois seulement se retrouvent recalés à cette même épreuve. Autrement dit, à travers ces résultats, les autorités veulent faire croire que ces 624 candidats sont tombés malades dans un intervalle de 6 mois. Au lendemain de la proclamation des résultats, le directeur général adjoint de la Police nationale a déclaré, lors d’une conférence de presse tenue le 5 août 2020, que pour une question de transparence, la direction reste ouverte aux réclamations des candidats qui ne sont pas d’accord avec  leurs résultats. Ainsi beaucoup d’entre nous ont déposé des réclamations », révèle le porte-parole du Collectif, Adama Ousmane Diarra. Au total, dit-il, plus de 100 réclamations ont été déposées à la direction générale de la Police nationale. Il a fait savoir que depuis cette date à aujourd’hui, ils n’ont reçu aucune réponse. « Nous voulons aussi informer l’opinion nationale, à travers vous, hommes et femmes de médias, que beaucoup de nos camarades ont fait des contre-visites dans des services de santé spécialisés et rien n’a été signalé sur l’état de leur santé. Donc, comprenez que nous avons été écartés du concours alors que le quota n’a même pas été atteint. C’est pour vous dire que nous avons été victimes d’une injustice. En plus, pour avoir une réponse à notre réclamation, nous avons fait des démarches administratives », a-t-il dit. A cet effet, il dira qu’une lettre d’engagement au nom du collectif a été adressée, le 7 septembre 2020, au directeur général de la Police nationale et à son adjoint et depuis, ajoute-il, aucune réaction venant de ces personnes concernées. « Nous avons aussi  adressé, le 18 septembre 2020, une demande d’audience au même directeur et envoyé une lettre d’engagement au secrétaire général du ministère de la Sécurité et à la Synergie des syndicats de la Police. Le 09 octobre 2020, nous avons aussi envoyé une lettre d’information et l’autre de sollicitation au nouveau ministre de la sécurité et de la protection civile. Pour l’heure, aucune de nos démarches n’a encore abouti. Aujourd’hui, à travers vous, la presse, nous demandons au ministre de la sécurité et de la protection civile, au directeur général de la Police et à toutes les autres autorités concernées de nous accorder la chance de rejoindre nos camarades retenus à l’épreuve orale. Nous sommes prêts à faire la formation commune de base (FCB), nous sommes engagés à défendre notre chère patrie et à protéger les personnes et leurs biens dans la dignité et dans l’honnêteté », a conclu le porte-parole du Collectif, Adama Ousmane Diarra.

Aguibou Sogodogo

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here