Examen des rapports sur la mise en accusation du président ATT et la visite de Mara à Kidal : Le président de l’AN, Issaka Sidibé ordonne d’interpeler le reporter de Le républicain

31
Issiaka Sidibé diabolise la presse : Des députés désavouent le président de l’Assemblée nationale
Issiaka Sidibe, président de l'Assemblée nationale

Hier, mardi 13 décembre 2016, notre Reporter Aguibou Sogodogo a passé un mauvais quart d’heure entre les mains des gardes du corps du président de l’Assemblée nationale. Son seul tort, avoir utilisé son dictaphone pour enregistrer, au cours d’une séance plénière de l’hémicycle, publique d’ordinaire. L’ordre du jour n’était autre chose que des sujets qui fâchent d’habitude le président de l’Assemblée nationale : le rapport de la demande de mise en accusation de l’ancien président de la République, Amadou Toumani Touré, et celui sur les évènements de Kidal de mai 2014, lors de la visite de l’ex premier ministre Moussa Mara. Nous ne savons pas quel est le lien de ces sujets avec les nerfs sciatiques et le système nerveux de cet Issaka Sidibé, mais il n’est pas à sa première fois de piquer une crise hystérique quand ce sujet est à l’ordre du jour. La première fois, il y a quelques mois, l’élu de Koulikoro était entré en transe insultant toute la presse, qui a l’amabilité de couvrir les acticités de cette caisse de résonnance, sans jamais avoir droit au moindre bidon d’eau de la part de l’institution parlementaire dirigée par Issiaka Sidibé. Les journalistes avaient étanché leur soif, il leur suffisait de claquer les doigts, sous la présidence des honorables Dioncounda Traoré, IBK ou Ali Nouhoun Diallo. Aujourd’hui, quelle inélégance!

Hier, l’examen de deux rapports en plénière : rapport de la commission ad-hoc d’examen de la demande de mise en accusation de l’ancien président de la République, Amadou Toumani Touré ; et celui du rapport de la commission d’enquête sur les évènements survenus à Kidal en mai 2014 lors de la visite de l’ex premier ministre Moussa Mara. La lecture de ce rapport de 68 pages était en cours à l’hémicycle au moment de l’incident a été créé  de toute pièce par le président de l’Assemblée Issaka Sidibé, pour expulser de la salle notre reporter, en ordonnant à ses gardes de le prendre et de l’amener à la police du troisième arrondissement, rivalisant ainsi avec le Léviathan. Qu’est ce qui avait tant irrité Monsieur le Léviatan ? La commission ad hoc sur la mise en accusation d’ATT, n’était pas parvenue à trouver de preuves matérielles contre lui pouvant être qualifiées de faits infractionnels.

Notre reporter Aguibou Sogodogo  qui s’occupe des questions parlementaires et qui couvrait la dite plénière a été momentanément mis sous « surveillance policière » sur ordre du président Issaka Sidibé, président de l’hémicycle, lui empêchant de couvrir les débats. De quoi l’honorable Issaka a-t-il honte ? Les errements du pouvoir qui échoue à traduire  ATT devant la haute cour de Justice ? Les erreurs du pouvoir sur la visite hasardeuse du Premier ministre à Kidal exposant notre armée qui n’était assez prête pour livrer une telle guerre? C’est lui qui sait ce qui ne va pas chez lui.

Le rapport sur la mise en accusation d’ATT, était presque sous scellé. Personne n’avait droit à ce « fameux » rapport qui pourtant a fait fuite dans la presse à un moment donné. Ne possédant pas le rapport, les députés étaient obligés de prendre note comme les journalistes présents. Cette mesure a provoqué une brouille entre les députés et le président de l’hémicycle Issaka Sidibé. Le président du groupe parlementaire Vigilance Républicaine et démocratique (VRD), l’honorable Mody N’Diaye s’est farouchement érigé contre cette innovation lors d’une plénière. Après un long un remue-ménage sur la mesure, le rapporteur de la commission ad-hoc, l’honorable Bréhima Béridogo, a été autorisé à lire le rapport. En conclusion, on retient que la commission ad hoc n’est pas parvenue à trouver de preuves matérielles contre l’ancien président Amadou Toumani Touré pouvant être qualifié de faits infractionnels.

Le tort de notre reporter Aguibou Sogodogo, lors de cette séance plénière, a été  d’avoir enregistré les débats de la séance plénière. Il prenait tranquillement des notes dans la salle Aoua Keïta, après avoir posé son téléphone, lorsque subitement le président de l’Hémicycle, Issaka Sidibé demanda : A qui appartient ce téléphone ? Le journaliste a répondu en se présentant « Aguibou Sogodogo du journal Le Républicain ». Il n’en fallait pas plus pour que député pique une de ces colères noires, avant d’ordonner à la sécurité de d’amener le journaliste au troisième arrondissement. Aguibou Sogodogo a été ainsi escorté par les forces de l’ordre jusqu’à la sortie. Il ne doit son salut qu’à des députés épris de libertés démocratiques : les honorables Mody N’Diaye, Mamadou Diarrassouba, Amadou Cissé  et d’autres qui ont demandé aux forces de l’ordre de le relâcher. Il ne fut pas conduit au troisième, mais a été privé de ses mouvements, de son droit d’aller et venir pendant un bon moment. Sur instruction du commandant et garde du corps personnel du président Issaka Sidibé sa carte de presse a été saisie pour en faire une photocopie, pendant que lui-même restait cloitré entre deux agents de sécurité devant la salle Aoua Keïta. « Je venais d’être mis sous surveillance policière. J’apprends en ce moment que j’étais sous consignation », explique notre reporter, qui a passé plus de 30 minutes en cet état. Le temps qu’il rate l’essentiel de ce qui se disait dans la salle ? Il n’aura sa liberté que lors de la suspension des travaux, grâce à la bonne volonté et la médiation de certains députés comme Mody N’Diaye, Mamadou Diarrassouba, Amadou Cissé, Hady Niangado, Moussa Timbiné, le directeur à la communication Youssouf Touré, le secrétaire général, Modibo Sidibé et des confrères.

Pourquoi cet excès de zèle contre notre reporter ? La séance plénière est par définition publique, et par conséquent les enregistrements sont autorisés. La séance n’était pas à huis clos, et le journaliste avait le droit d’enregistrer. Mais apparemment le président Issaka Sidibé qui peine toujours à diriger la police des débats de l’hémicycle décharge ses déficits sur la presse. Il n’est pas à sa première menace contre la presse, contre la liberté d’expression. Pourquoi cet acharnement contre un journaliste qui ne fait que son travail? Cet homme est tout simplement une menace contre la quiétude et la démocratie.

La Rédaction

Commentaires via Facebook :

31 COMMENTAIRES

  1. Nous disons et rappelons tout le monde sait avec 1brin d’honnêteté même les tarés idiots de naissance et ceux qui refusent de connaitre la vérité d’1chose pour des raisons primitives primaires égoïstes partisanes que

    *les lettrés mutants maliens politiques Hommes en armes sociétés civiles religieux et leurs fidèles klébars et doungourous les milices tribales du GATIA les rebelles collabos des ennemis du Mali de MNLA et consorts les Voyous de Fameux Terroristes Faux Djihadistes Faux Islamistes Bras Armés de la Guerre Asymétrique des ennemis du Mali de Touaregs d’AnsarEdine de Peulhs FLM de ANSIPRJ et Consorts ENFANTS INGRATS ÉGOÏSTES MÉCHANTS IMPÉNITENTS SONT LES RESPONSABLES DE LA DÉLIQUESCENCE DE LEUR MALI ET ILS LE SAVENT BIEN DEPUIS Moussa Traoré à IBK en passant par Alpha ATT et Diocounda

    * ces ENFANTS INGRATS ÉGOÏSTES MÉCHANTS IMPÉNITENTS VONT SE SOUTENIR Á JAMAIS ET POUR TOUJOURS AU DÉTRIMENT DE LEUR MALI AVEC TOUJORS DES SOIT DISANT RÉCONCIALATIONS BIDONS ET DE FOUTAISE ET DES ACCORDS BIDONS ET DE FOUTAISE AU DÉTRIMENT DE LEUR MALI à cause LEUR ÉGOÏSME MÉCHANCHETÉ ET INGRATITUDE NOTOIRES ET MORBIDES

    *Nous disons et rappelons AUX MALIENS ET MALIENNES JEUNES ADULTES FIERS HONNÊTES AYANT UN AMOUR PROFOND POUR LEUR MALI DANS LES VILLES ET CAMPAGNES tel indiqué dans leur hymne national ILS DOIVENT ÊTRE TOUS DEBOUT ET DIRE QU’ILS ONT MARRE

    *DE TOUS CES ÉGOISMES MÉCHANCHETÉS ET INGRATITUDES NOTOIRES DES LETTRÉS MUTANTS DES MILICES TRIBALES DU GATIA DES REBELLES COLLABOS TOUAREGS DE MNLA ET CONSORTS DE VOYOUS DE FAMEUX TERRORISTES FAUX DJIHADISTES FAUX ISLAMISTES DE TOUAREGS DE ANSAREDINE DE PEULHS FLM ET ANSIPRJ ET CONSORTS

    *DE TOUS CES ACCORDS BIDONS ET DE FOUTAISE A RÉPÉTITION TOUJOURS CONSIDÉRÉS COMME LES MEILLEURS DU MOMENT ET TOUJOURS SANS RÉSULTATS POSTIFS POUR LEUR MALI

    *DE LA PRÉSENCE DE TOUTES CES FORCES SOUS MANDATS POUR LA KIDALISATION LA CHAOTISATION DE LEUR MALI DE RENOUVELLEMENT EN RENOUVELLEMENT DE MANDATS TELS ELLES L’ONT FAIT EN YOUGOSLAVIE AVEC SA BALKANISATION AU SOUDAN AVEC SA SOUDANISATION EN IRAK EN AFGHANISTAN AVEC LEUR CHAOTISATION INDESCRIPTIBLE

    *ET ILS DOIVENT ÊTRE TOUS DEBOUT UNIS AUX FRONTS DE GUERRE POUR SAUVER LEUR MALI ET LE LIBÉRER ILS DOIVENT ÊTRE DEBOUT EN MARCHE POUR L’AVENEMENT D’1MALI ENTIER UNIQUE RÉPUBLICAIN HONNÊTE DÉMOCRATIQUE ET LAÏC

    Nous leur disons rappelons et insistons sinon « ALLAH DIEU MAANGALA YAHWEH Le Tout Puissant Le Tout Miséricordieux Le Très Miséricordieux Le Grand Juge Le Grand Scientifique Le Grand Démocrate Le Grand Juste Le Grand Architecte et leur Mali multiséculaire multiraciale multiethnique multiculturel multi religieux Leur En Voudront à Jamais Et Pour Toujours d’Avoir été des Complices Tacites de la Déliquescence Totale de leur Mali

  2. Pourquoi seulement votre reporter, Monsieur ?
    Le problème ne serait pas venu de vous ? D’ailleurs, votre article prouve que vous n’êtes pas impartial dans le traitement de l’information.

  3. Un ivrogne à Koulouba, un ivrogne à l’assemblé gnationale (au lieu de nationale), des ivrognes de ma famille d’abord un peu partout dans l’appareil d’état.

    Avec ces ivrognes le Mali ne peut qu’être saoulé d’alcool.

    Il ne faut rien attendre de bon tant qu’ils demeureront au pouvoir.

  4. Les gens à juger, les apatrides, les voleurs et les incompétents sont ceux qui occupent le pouvoir actuellement.
    Il s’agit d’IBK, Sanogo, Mariko et leurs complices.

    ATT a été con mais il vaut dix millions de fois mieux qu’IBK et sa bande de crocodiles élargie à sa famille mafieuse.

    Qu’est ce qu’on peut reprocher à ATT aujourd’hui dont le pire n’a pas été commis avec ses successeurs ?

    Est ce que le Mali a pu se défendre après ATT ? au contraire le Mali a complètement capitulé sous les ordres de Sanogo qui a demandé à l’armée de ne plus résister, les militaires qui étaient au nord le savent bien.
    Avec la cécité d’IBK et l’incompétence de ses hommes, le Mali a été vendu et mis sous tutelle et tous ceux qui le décrient sont traités d’anti IBK !

    Est ce que le clientélisme et la gabegie sont stoppés ? au contraire, ils sont portés à leur apogés par Sanogo qui avait tout détruit et par IBK qui a dilapidé tout ce que la communauté internationale a donné après Sanogo.
    “Ma famille d’abord” et les courtisans d’IBK ont tout dévasté, sans la moindre gêne.
    ATT n’a jamais été impliqué dans un scandale international alors que l’affaire Tomi est connue de tous et la crainte de la CPI a intimidé IBK qui ne fait plus qu’obéir contre l’intérêt du Mali.

    L’après ATT a été un désastre et il n’ y a ni dignité, ni vision pour redresser le Mali.

    Les gens à juger c’est IBK et sa bande de voleurs.

  5. Mara risque d’être sacrifié par le cercle d’amis qu’est la classe politique malienne. Tandis qu’Att est en terrain ami. Il s’en tirera à bon compte malgré la haute trahison qui est à la base de notre descente aux enfers et la plus grande humiliation de notre histoire.
    Oui l’acteur du 26 Mars est aussi devenu le boureau et le liquidateur de son pays. Mais ses relations vont le sauver du verdict de la haute Cour. Peuple stoïque du Mali heureusement qu’il y’a dans l’au delà un jugement dernier, celui de Dieu.

  6. Que reproche t-on à cet article, qui ne fait qu’informer les Maliens des limites de leur Président de l’Assemblée Nationale? Un inculte, qui ne connait rien de la fonction qu’il exerce. C’est une bourde pour notre Assemblée, d’avoir un inculte à sa tête, et il se trouvent encore des Maliens, qui acceptent de le défendre, plutôt que d’en avoir honte. Mais, puisque ce sont ceux qui se ressemblent qui s’assemblent, y’a toujours des larbins affectés à ces sortes d’indécences, et qui tirent sur tout ce qui touche à leur main nourricière. Comment est ce qu’un Président, peut-il s’en prendre de la sorte à un journaliste venu couvrir une séance de l’Assemblée? Aucune élégance, aucune classe ce Président, qui a été parachuté accidentellement à ce poste, au détriment d’hommes de valeur, cultivés, d’un autre niveau intellectuel! Au lieu de se perfectionner, il désapprend davantage chaque jour qui passe. Il est malade. Il a mal aux journalistes, eux qui ont décelé dès l’entame de sa présidence, que l’homme était limité, et n’avait pas le profil indiqué pour la fonction, à cause notamment de sa carence en tout. Et, comble de malheur pour les journalistes, les gros bras qui l’entourent, tous des analphabètes, sont aussi incultes que lui, ce qui tend davantage ses relations avec la presse.

  7. LES DISTRACTIONS NE NOUS MENERONT NULLE PART. LE VAILLANT PEUPLE MALIEN MERITE MIEUX!!!!!!

  8. Les plumitifs amusent encore la galerie. Cet article n’informe pas mais déverse la bile ou la fiente d’un scribouillard se prenant pour le centre de la terre.
    Soyez certain que Amadou à Tout Truqué (ATT) sera dans les liens de l’inculpation même si ses laudateurs cancannent sur le régime IBK. C’est l’honnêteté qui manque le plus souvent à ces rimailleurs rêvant au métier de journalistes.
    LA comparution de Amadou Haya Sanogo coupe le sommeil à tous ces thuriféraires de ATT le félon.
    Soyez sûr mes amis que la République vaincra.

    VIVE LA RÉPUBLIQUE.

  9. Avant de prendre des positions aussi strictes, il y a peut-être lieu de vérifier les règles applicables. Avoir le droit d’assister à une séance plénière fut-elle ne signifie pas avoir le droit d’enregistrer. Si l’auteur nous avait dit sur la base de tels textes (références concrètes), un journaliste a le droit d’enregistrer par des moyens personnels, on pourrait condamner M. SIDIBE. Ce n’est pas parcequ’on voudrait que les choses soient d’une certaine façon, qu’elles le sont.

  10. La democratie ne veu pas dire la manque de respet.
    Les pay qui vous apprend la democratie on toujour sauvegarde leur scret d’etat et leur documents prive et publique.
    Un journalist mallonet et ignorant de l’ethique et moral dan son travail doi etre corrige au profit de la stabilisation du pays et les peuples.
    Nous ete nome les nations plus democtrat pour nous conduit a la ou nous some aujourd’hui.
    Pour etre respecte…les maliens doi etre honete pour leur pays.
    Un journalist qui n as que nivaux de DEF merite pas de faire couvrage dan une Assemble National.
    Quelle honte vis a vis nos voisins

  11. La liberté d’expression et la liberté d’un journaliste ne sont pas négociables, cet enrguimen de Isack Bacus Sidibé ne pourra jamais enlevé ça de la tete des dignes maliens. Les bourdes quotidiennes de ce pouvoir sont entrain de se traduire en systeme politique. Il faut que les gens prennent coscience si non c est insupportable et meme si nous ne sommes pas d’accord avec beaucoup de journalistes alimentaires nous n’allons jamais accepter qu’un extra terrestre de notre democration vienne empecher a nos journalistes d’exercer le travail. Isack dehors de l hémicycle, vas y sortez de notre maison du peuple
    VIVA

    • Dans ce cas, il faudrait que tu le fasses entrer dans ta chambre quand tu secoue MME

  12. C’est comme ca que ce regime pourri jusqu’a l’os va continuer a diriger ce pays 😐 ? A chaque fois qu’un scandale pointe du nez, on cre’e’ de toute pieces des faux problemes juste pour detourner l’attention des gens. Le probleme qu’on veut nous faire oublier n’est autre que ce document “signe’ ” pour faire rapatrier les immigrants maliens; et comme cela semble etre une grenade degoupille’e entre nos mains, ces voleurs veulent s’en debarrasser en Catimini…

    Quelle honte!!!

  13. La construction d’une démocratie forte passe par la réorganisaation des mas médiass au Mali.
    Cet article ci-dessus est indécent. Très pitoyable. Quand est ce que les journalistes maliens apprendront à faire la différence entre informer et colporter, entre critiquer et insulter, etc.

  14. La crédibilité de notre système démocratique se joue aussi à travers cette cession de l’AN. Il faut que les députés soient à la hauteur de l’enjeu et sachent qu’ils sont investis de la confiance des Maliens.
    Ils doivent mettre de coté les questions d’appartenance politique, sociale, ethnique, communautaire, etc. pour agir en âme et conscience. L’avenir du pays se joue aussi, pour dire aux dirigeants qu’ils doivent agir conformément aux intérêts généraux des Maliens.

  15. ….. les peuples ont les dirigeants qu’ils meritent……
    Nous n’avons que ce que nous meritons…..

  16. c’est juste un Mr. Qui manque une confiance accrue en soi ! Puisse qu’il incompétent et mou.

  17. c un delequant un voyou un soulard c president de merdre honte a lui maudit soit t il

    • Attends ,attends !
      😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆
      Le journaliste a eu de chance ! Parce qu’il n’y a pas de Castriste à l’AN …Ni de Sanogo d’ailleurs !
      😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆
      Un vrai “castriste” lui aurait fait casser la gueule et arracher les yeux ( pendant que les chœurs reprenaient “HASTA SIEMPRE ” avec la petite CARDONE …..pour que personne n’entende Aguibou Sogodogo gueuler ! )
      ( https://www.youtube.com/watch?v=jppkff5mk34 )
      Quand à Sanogo …..on sait pas la réaction qu’il aurait eue ….(Le colonel retrouvé en pièces détachées n’a fait paraître aucun article !)
      😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆

  18. Pourquoi un élu du pays peut priver un citoyen journaliste de faire son travail dans un état démocratique ? Un élu qui est un garant de la démocratie est un élu ou une menace pour la démocratie

    • Peut-être la manière pour Isaac de vider les reliques de l’humiliation subie dans sa base de Koulikoro (celle du PM Modibo Keïta aussi) lors des communales où l’Urd les a réduit à néant, malgré la montagne de fonds politiques brassés par ces deux hommes. L’une des grandes difficultés du Président IBK, c’est d’être mal accompagné car avec ces hommes mis dans toutes les conditions pour être rejetés par la base…

      • Mon cher ! On ne sait plus si IBK est un bon compagnon ou si, c’est son entourage.
        Nous avons essayé de comprendre au début de son mandat en fermant les yeux sur les accointances multiples, pensant que c’était l’entourage. Mais au gré des faits, qui sont nombreux, il est plus évident que, finalement, le gros problème c’est “l’homme!!!!!”

Comments are closed.