Attaque terroriste à Radisson Blu : Une accalmie du front politique !

0
IBK avec la classe politique
La classe politique (photo archives)

L’attaque terroriste du vendredi dernier à Radison Blue a quelque peu émoussé les ardeurs de la classe politique toute tendance confondue en y apportant une dose de cohésion face à l’adversité. Mais il est clair que les clivages sont tels que, tout le monde a compris que l’on attend juste la période des deuils pour que la politique reprenne ses droits. Ainsi bien, qu’il s’agit de l’opposition politique ou des luttes internes au sein de la majorité présidentielles, les hostilités vont bientôt commencer.
En effet, c’est au sein de la majorité présidentielle que les affrontements seront les plus durs avec en embuscade la frange du parti qui depuis est en discorde avec le reste du parti et surtout l’aile familiale qui joue un grand rôle en sourdine. Les observateurs de la vie politique de notre pays se souviennent encore de la fronde qui avait éclaté il y a quelques semaines à l’hémicycle avec une forte tension entre députés RPM. Alors, ce bras de fer a forcement une suite que l’on attend avec impatience, car des limites ont été franchies pour les différents acteurs qui savent tous que les affrontements sont loin d’être terminés, ne sont que recalés. Alors l’on affute les armes pour les hostilités qui ne vont pas tarder à recommencer, avec en toile de fond le prochain choix du Premier ministre qui pour certains du RPM doit sortir de leur rang.
Vu le tableau peint, on a l’impression que tout est bien défini et que le clash est inévitable pour ces acteurs qui souvent, savent aller au compromis et à la préservation des intérêts personnels. Pourtant, il ne faut pas se méprendre par rapport à la versatilité de nos hommes politiques qui savent jouer très souvent à la real politique pour se préserver et mettre à l’abri les siens. Donc nous ne serons pas aussi étonnés si après tous ses affrontements, il ne se passe rien de spécial en termes de changement de comportement pour ses hommes politiques habiles qui ont des capacités énormes d’hibernation.
Ainsi, pour résumer le climat politique qui règne dans notre pays, un cadre des tisserands met en garde la tendance Issiaka Sidibé qui, selon lui, croit avoir gagné, il assure de la détermination des frondeurs à faire des compromis pour préserver l’essentiel. Mais en même temps, il est convaincu de la clairvoyance des dirigeants du parti pour le juste milieu qui va permettre de ne pas aller dans les excès, alors un moment donné, il va falloir que le président de la République intervienne.
Pour ce qui est de l’opposition politique, les données sont assez claires, il faut continuer à exploiter les nombreuses dérives de la gouvernance IBK, pour espérer convaincre nos concitoyens le moment venu de la nécessité de tirer les conséquences de ce premier quinquennat. Alors cette opposition hétéroclite jusque-là est arrivée à exploiter judicieusement les failles de la gestion IBK sur fond de corruption, de clanisme et d’implication de la famille dans les affaires du pays. Alors, bien que l’opposition ait joué la carte de la cohésion et de l’unité du pays, elle aussi reste à l’affut en maintenant la pression sur le régime. En effet, il est clair que l’opposition politique a une certaine avance sur le pouvoir au regard des dernières évolutions pendant lesquelles c’est surtout le pouvoir qui a souvent gaffé.
Dans cette dynamique de position de force, l’opposition observe elle aussi la période de deuil avant de reprendre de plus belle ses attaques contre le régime qui offre très souvent des occasions. Après les derniers bras de fer avec le pouvoir, il est évident que l’opposition maintienne le cap de la dénonciation des dérives dans la gestion des affaires publiques.
En tout cas, les jours à venir réservent de belles perspectives politiques pour notre pays surtout avec des tournants qu’il s’apprête à aborder avec l’application de l’accord de paix signé mais aussi le président qui va bientôt aborder ses trois ans à la tête de l’Etat.
Ousmane COULIBALY

PARTAGER