Congres extraordinaire : L’URD court vers son implosion

1

Le Collectif pour la Sauvegarde de l’URD a tenu une conférence de presse la semaine dernière pendant laquelle, les membres ont annoncé un congrès extraordinaire pour le renouvellement du bureau le 16 janvier 2022. Un présage de bicéphalisme né du difficile choix entre l’URD et le président feu Soumaïla Cissé se dessine sûrement. Le parti de la poignée de main se dirige-t-il vers une implosion ?

 

Depuis un certain temps, le parti de l’URD ne quitte plus la scène médiatique. Tantôt, quel « candidat pour la prochaine élection présidentielle ? » Tantôt, les ‘’Soumistes’’, tantôt les « arrivistes », « les intrus ».  Jusqu’aujourd’hui, qui ?  Pour remplacer feu Soumaïla Cissé, le fondateur de l’URD à la tête du parti. Pour certains, un coup dur à la mémoire de feu Soumaïla Cissé pour d’autres un acte pour sauver l’URD qui mine le terrain politique aujourd’hui.

L’URD se dirige forcément vers le plus inédit des bicéphalismes. L’éternel combat qui a ruiné l’après-chaque-grand-homme. La guerre des partisans de l’idéal contre ceux de la personne. D’aucuns crient à sauvegarder la mémoire de Soumaïla Cissé en barrant la route à certains candidats tels que Dr. Boubou Cissé et Mamadou Igor Diarra, de l’autre côté on dénonce un népotisme anti-démocratique pour barrer la route à Me Demba Traoré.

Le congrès extraordinaire est convoqué. L’objectif principal selon la pétition lancée et signée à la grande majorité selon les informations, est de faire remplacer le Pr. Salikou Sanogo président intérimaire. Il est jugé trop proche et comme un soutien de la candidature de Me Demba Traoré. Cet objectif du congrès extraordinaire pour les partisans de Me Demba, est comme un coup d’Etat de certains arrivistes qui veulent prendre l’URD en otage et l’offrir à Dr. Boubou Cissé ou Mamadou Igor Diarra. Tous les deux candidats au sein du parti.

Tout compte fait, selon les membres du collectif pour la sauvegarde de l’URD et quelques présidents de fédérations présents à la conférence, le congrès extraordinaire convoqué le 16 janvier est statuaire et a respecté toutes les dispositions du parti. Et au cas où le président intérimaire ne répondrait pas le jour du congrès, un autre vice-président présiderait les séances. La 3ème vice-présidente, Mme Coulibaly Kadiatou Samaké est partante pour le congrès et compte le présider au cas où le premier et le deuxième vice-président seront absents.

Donc le 16 janvier, il y aura un congrès extraordinaire au nom de l’URD. Mais la question qui intrigue, que serait l’URD après ce congrès ? Ce parti échapperait-il dans les jours à venir à une implosion interne ?  Difficilement quand même. Le temps nous en dira plus.

Koureichy Cissé

Commentaires via Facebook :

1 commentaire

  1. Tout le monde voit cette implosion sauf les ténors de l’URD actuels, l’émiettement de ce parti est déjà consommé depuis la mort de son leader SOUMI en 2020. Quand un parti arrive à ce stade de son évolution sans aucune idéologie et vision à court terme, à moyen terme et à long terme, les militants ne nourrissent aucun espoir pour la continuité de leurs efforts, surtout avec l’arrivé des hommes cooptés tels que Boubou et Igor. Ce geste à précipiter les conditions de cette implosion car beaucoup de jeunes se sentent déjà très léser et n’abandonnerons jamais leur lutte de recherche du leadership de cette organisation. C’est fini pour la grande URD, le processus de désintégration a sonné.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here