Ibrahima Diawara,  «  les avions du  programme de pluie provoquée  n’ont jamais été cloués au sol »

1

Le patron de la société nationale malienne chargée de l’exécution du programme de pluie provoquée, Ibrahima Diawara, a nié dans une vidéo les allégations qui stipulent que ses avions  sont cloués au sol.

D’emblée,  l’opérateur a expliqué dans cette vidéo de huit minutes  comment  sa société a acquis ce marché. Selon lui,  le programme de pluie provoquée a été initié en 2006 par feu Président Amadou Toumani Touré suite au déficit de pluviométrique que le Mali traversait. Selon son témoignage, ce programme visionnaire a été conduit par une société américaine qui facturait  à 3 milliards FCFA  pendant cinq mois  le gouvernement Malien.  L’opérateur économique explique qu’après moult investigations, il s’est rendu compte que le programme  peut se poursuivre  avec moins de 50% de dépenses. C’est dans ce cadre, poursuit-il,  que la société nationale aurait décidé d’entrer en jeu avec ses  conseils précieux qui ont conduit l’autorité malienne à lancer un appel d’offre pour l’achat de deux avions mais en préfinancement.  «  Je vous dis de 2009 à nos jours, l’Etat a économisé 18 milliards FCFA. Notre société perçoit 1,5 milliards FCFA, mais souvent on peut  passer toute  l’année sans rien recevoir »,  confie l’opérateur.

Ibrahima Diawara indique que grâce à ce programme, ils ont développé une expertise nationale qu’ils ont exportée en Mauritanie, au Benin et au Sénégal et bien d’autres pays. «  Je peux le dire avec modestie que le programme de pluie provoquée est l’un des domaines que le Mali peut exporter », a –t-il annoncé.

Quid de l’insuffisance de la société malienne  travaille moins,  il a rétorqué que  le programme malien  mobilise 45 personnes employées de plusieurs nationalités  pour l’exécution du dit programme dans l’espace de  5 mois. « Il marche parce que nous mobilisons la crème  de la technologie », a-t-il insisté,  informant qu’à la date du 8 octobre 2021, la société  est  à 115 opérations de pluies provoquées qui ont débuté  en juin 2021.

L’opérateur dit  être  surpris d’entendre  que certains commentaires disent que les avions du programme  sont cloués au sol, que sa société se partage de l’argent sans que le travail soit effectué convenablement. «  Je suis obligé d’expliquer aux Maliens qu’on exécute ce programme avec sérieux, avec beaucoup de professionnalisme.  Faisons attention de ne pas “tuer” une société nationale qui fait sérieusement son travail et qui exporte son expertise », a demandé Ibrahima Diawara ajoutant que «  les avions n’ont jamais été cloués au sol pendant la période d’ensemencement. Ils exécutent le programme conformément au contrat qui nous lie à l’Etat ».

Il a balayé d’un revers ces allégations en indiquant que  la société n’a jamais pris ses avions pour aller battre campagne pour une autorité de la sous-région. Pour ce faire, il a précisé qu’en dehors deux avions qui ont été acquis pour l’exécution du programme de pluie provoquée, la société dispose de trois avions  de transport.  Lors de cette sortie médiatique, il défend le bien fondé du programme qu’il est entrain  de mener en arguant que  « l’Etat investit  près de 50 milliards chaque campagne agricole pour subventionner les instants pendant que seulement 1,5 milliards FCFA sont investis par campagne pour augmenter  la pluviométrie pour l’agriculture, l’élevage et la pêche ».

Siaka DIAMOUTENE/Maliweb.net 

 

Commentaires via Facebook :

1 commentaire

  1. Ce contrat est il efficace efficient? Bamako ville n a pas eu de sécheresse jusqu’à ce jour. Malheureusement les champs des paysans dans beaucoup de localités du pays ont souffert de sécheresse d où une mauvaise campagne agricole envisagée. La question posée: les pluies provoquées sont elle pour les villes où pour les champs des villageois?
    Pour connaître l efficacité de cette opération, ce sont les paysans villageois des régions cercles et commmunes du Mali qui doivent être interviewés. Les membres de cette opération de pluies provoquées ne peuvent en aucun cas parlé de son efficacité à la place des paysans des villages. Cela est très clair.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here