La République en péril, le citoyen appelé à rescousse !

27

La crise actuelle au Mali est la résultante des décennies de mauvaise gouvernance. Cette dernière a pris, à ce jour, une proportion inégalée. La corruption, le vol institutionnalisé et le mépris des lois ont détruit ce pays. Les pouvoirs publics, complices actifs et passifs de tous les actes ayant causé la dégringolade des acquis de la révolution de mars 91 (liberté, démocratie, justice, égalité), font l’objet de contestation de toute part.

Le peuple égaré, abusé, affamé et en insécurité de toutes natures, a décidé de reprendre son pouvoir qu’il avait confié. Il entend contraindre à la démission l’ensemble des institutions de la république. Mais le Citoyen et le Républicain convaincu doit inciter à la réflexion en soulevant une série d’interrogations cruciales. Et on ne le répétera pas assez, la nature a horreur du vide.  On exige le départ du président et son régime. L’AN n’est pas le régime d’IBK. Les députés sont les représentants du peuple, élus par le peuple. Est-il sage et possible de confondre le régime d’IBK avec la chambre de la représentation nationale ?

On s’arroge le droit de réclamer la démission des membres de l’AN. L’exercice du pouvoir du peuple n’a-t-il pas été encadré par des limites pour en assurer la pérennité ? C’est d’ailleurs la raison pour laquelle le constituant a prohibé le mandat impératif. L’indignation du peuple, aussi légitime soit-elle, justifie-t-elle la remise en cause de tous les principes clés de notre démocratie ?

S’agissant de la juridiction suprême garante de l’État de droit et de la démocratie, les pressions exercées actuellement pour la dissolution sont les fruits d’une déception générale et d’une frustration que l’on peut comprendre. Toutefois, sur les neuf membres de la Cour Constitutionnelle, seuls trois sont nommés par le président. Doit-on supposer que les membres restant, nommés par le président de l’AN et le Conseil supérieur de la magistrature, sont aussi à la bonne du président de la république ? Si Oui, une dissolution prématurée n’engendre-t-elle pas plus de soucis qu’elle n’en résout ?

La régularité des élections, législatives et présidentielles qui suivront la démission des institutions concernées, pourra-t-elle être prononcée par une autre institution qu’une Cour Constitutionnelle préalablement dissoute ? On pourrait imaginer la recomposition d’une nouvelle juridiction Constitutionnelle, immédiatement après la dissolution de l’actuelle Cour. Mais quelles autorités, l’AN et le président ayant été contraints à la démission, pourraient se voir confiée une telle tâche ?

Aussi active et légitime qu’elle soit, la société civile n’a aucune prérogative légale pour constituer une juridiction quelconque. C’est un peu comme le chat qui se mord la queue. Avoir le poids pour faire disparaître et être habilité à reconstituer sont deux choses différentes. Une solution intermédiaire est envisageable. Avant de dissoudre l’ensemble des institutions de la république, on pourrait organiser la reconstitution de la Cour Constitutionnelle avec la participation active de la société civile. La juridiction nouvellement reconstituée, à la satisfaction de tous, veillera (au besoin) à la régularité des concertations nationales sur le choix du chef de l’exécutif et des membres du pouvoir législatif. Il s’agirait de permettre une décrispation de la situation actuelle par des mesures de transition conformes à l’acte fondamental. Mais cela suppose préalablement acquise, l’idée d’une dissolution de l’AN par la voie de l’article 42 et non celle d’une démission forcée de certains députés. Il faudrait, en outre, que le président de la république se résigne à accepter de transmettre les rênes du pouvoir.

Dr Moussa Dougouné

Commentaires via Facebook :

27 COMMENTAIRES

  1. Qu’attend l’armée républicaine avec de jeunes officiers intègres et courageux pour prendre le pouvoir et arrêter tout ce cirque ? Certes, cette prise de pouvoir sera dénoncée unanimement y compris par la communauté internationale mais ce sera juste pour quelques mois, le temps que les esprits se calment et le tout rentrera dans l’ordre. C’est une pratique qu’on connait déjà. Il ne faut pas se leurrer, IBK un fou et malade du pouvoir ne démissionnera jamais quelque soit la pression de la rue.

    • vincent, nous avons toujours su que vous etes des usurpateurs, des inconscients et des irrationnels!
      L’ARMEE REPUBLICAINE EST RESPECTUEUSE DE LA CONSTITUTION DU MALI ET DES INSTITUTIONS DE LA REPUBLIQUE QUI Y DECOULENT!!!
      IL FAUT LAISSER LES FAMAS LOIN DE VOS IMBECILITE’S!!!!!!!!!!!!!!
      ALLAH KA AWSON HAKILI GNOUMAN NA!!!!!!!!!!!!!!!

      • Je préfère ne pas répondre à tes commentaires car tu sembles être une personne de petit niveau à travers tous tes posts. C’est d’ailleurs une des raisons pour lesquelles, ce pays avancera difficilement. Je préfère faire mes commentaires sur l’article de l’auteur que sur tes chiffons.

          • Ce n’est pas une réponse élaborée pour l’instant car tu ne le mérites pas. Je préfère répondre à l’article de l’auteur.

  2. On peut multiplier tant qu’on veut les belles formules creuses si on ne s’applique pas à reconnaître la cause principale qui mine le pays , le Mali à travers de sa gouvernance d’aujourd’hui est devenu une fabrique des petits pouvoirs particuliers de quelques personnes créant ainsi une distanciation du corps social , c’est le propre de toutes les oligarchies qui se construisent dans le secret et dans l’arrogance. En somme c’est un écosystème créé en toute pièce dans nos institutions pourtant légales mais en toute vraisemblable qui echappe au contrôle du plus grand nombre. Nos institutions sont en parti largement inspiré à celles de la France , comme si nous avions la même histoire culturelle , politique et educationnelle identique.. Cette crise est une excellente occasion de réflexion générale sur quoi les réformes seront nécessaires ou les corrections à apporter. Mais le pr ibk est un véritable monarque pour raison , il a tous les pouvoirs en Main ( militaire , magistrature , médiatique et sa majorité à l’assemblée nationale etc..) Une telle concentration de pouvoir dans notre environnement culturel dans la main d’un homme fait qu’on devient un personnage hors sol.

    • C’est la Constitution qui est une copie de la Constitution de la Cinquieme Republique en France! LE PEUPLE MALIEN A ACCEPTE’E CETTE CONSTITUTION PAR REFERENDUM A’ LA FIN DE LA PREMIERE TRANSITION SOUS ATT! IL NE FAUT PAS BLAMER IBK! IL FAUT RESPECTER LES DISPOSITIONS CONSTITUTIONNELLES! SI VOUS VOULEZ AMENDER LA CONSTITUTION QUI EXISTE, IL FAUT PASSER PAR UN REFERENDUM!!!!

  3. “… On exige le départ du président et son régime. L’AN n’est pas le régime d’IBK. Les députés sont les représentants du peuple, élus par le peuple. Est-il sage et possible de confondre le régime d’IBK avec la chambre de la représentation nationale ?… ” … ///…

    :
    Les députés sont les représentants du peuple, élus par le peuple… !

    C’est exact… !

    Mais les Gens qui demandent la dissolution de l’Assemblée Nationale, savent que la majorités des Députés de cette chambre se réclament du Parti Politique ou de la ” majorité présidentielle d’IBK.

    En d’autres termes, la majorité de ces Députés est ” aux ordres de IBK “. C’est pourquoi les contestataires confondent le régime d’IBK avec la chambre de la représentation nationale.

    Toute fois, les ” insurgés ne peuvent dissoudre l’Assemblée Nationale, ça c’est de la prérogative du Président de la République.
    Pour dissoudre l’Assemblée, il faut que le Président le veuille bien…

    Et pour que le Président lui même démissionne…, il faudrait qu’il le veuille bien aussi.

    A moins de faire comme les Burkinabés ont fait pour faire partir Blaise COMPAORE, le M5 – RFP n’a pas de solution à la satisfaction de sa revendication, qui est celle de faire partir IBK et son Régime.

    Vivement le Mali pour nous tous.

    • Ils etaient 134 depute’s a’ voter pour Moussa Timbine’ comme president de l’Assemble’e Nationale!
      Le depute’ n’est pas plus legitime que le president de la republique car le depute’ est elu par les habitants de sa circonscription electorale seulement, LE PRESIDENT EST ELU PAR TOUTES LES MALIENNES ET TOUS LES MALIENS EN AGE DE VOTER!!!!

  4. Le president IBK ne doit pas demissionner!!!
    La question de la Cour Constitutionnelle doit etre regle’e avant de dissoudre le parlement pour organiser de nouvelles legislatives! La Constitution du Mali ne prevoit pas la dissolution partielle qu’on propose! Il faut une dissolution totale si on veut reprendre les elections legislatives dans les endroits ou’ les resultats sont conteste’s! Pour ne pas faire d’innocentes victimes parce que nous savons que plusieurs resultats ne sont pas conteste’s, on peut faire un accord politique pour que chaque depute’ actuel qui a gagne’ clairement dans sa circonscription electorale, soit l’unique candidat dans ladite circonpscription pour les legislatives qui seront organise’es pour depasser la crise a’ laquelle notre faso fait face! En procedant ainsi, on peut mettre les ressources necessaires pour l’organisation des elections libres et transparentes dans les circonscriptions ou’ les resultats des legislatives passe’es sont fortement conteste’es!
    Mes amis, les solutions existent. JUST THINK OUT OF THE BOX!

  5. all acknowledged in article could be not only shocking but also true however a steps plus stages approach to managing this condition is in Malians best interest. There must be increase in earning so that we may remove weight of foreign loans by way of payment from our budget. It is foolishly taken loans that generate poverty that EU desire to maintain in Mali being EU gains are maximized under this condition.
    Under total circumstance our immediate plus meaningfully productive increase in earnings lies in having all foreign mining companies set up necessary equipment to process Malian ores they mine in Mali. Thereof with Malian monitor we may stop theft of millions if not billions of US dollars of minerals carried out by foreign mining companies. Those funds on being under Malian control may pay for security or completion of development projects or payoff foreign loans or combinations of these conditions. We must put end to EU robbing us into genocidal poverty with assistance of Malian traitors .
    . In addition to having all mining processed in Mali we should listen to offers from other mining companies in case EU mining companies seek to further injure us by closing their mining operations. Of course I favor African mining companies that are fair.
    Henry Author Price Jr aka Kankan

    • What about forgiving foreign loans since our beloved Mali is a poor country facing many problems!!!!
      We must recognize that poor countries such as Mali can’t afford to pay foreign loans as of now! Maybe later but not now!!! They don’t have the luxury of raising the debt ceiling to print more money!!!!!

      • Why foreign loans? You may need to understand what is really happening before providing any comment. Why poor countries such as Mali cannot afford to pay back foreign loans as of now but only and maybe later? Non-sense.

          • You, first need to answer my question? I am not as laughning as you are. You have provided a comment, you may need to proceed without any word from my end. That’ s all. Why poor countries such as Mali cannot afford to pay back foreign loans as of now but only and maybe later?

          • You, first need to answer my question? I am not as laughing as you are. You have provided a comment, you may need to proceed without any word from my end. That’ s all. Why poor countries such as Mali cannot afford to pay back foreign loans as of now but only and maybe later?

  6. @Kassin
    Je suis d’accord avec toi sur la qualité douteuse de la “CFR” (leur motivation réelle, leur caractère de flip flop d’ici -aujourd’hui -demain la-bas.. etc..), mais c’est absolument le droit du régime actuel de faire appel a ses sympathisants a un coup de soutien a travers une manifestation pacifique… l’un des outils qu’il peut avoir pour se défendre. Il faut reconnaitre que le régime a plus ou moins respecté le droit des contestateurs a tenir leurs manifestations pacifiques dans la regèle démocratique.

  7. ET AUJOURD HUI …DANS LE N 72 DE ECHOS MEDIAS …
    👀👀👀👀👀👀👀👀👀👀👀👀👀👀👀👀👀👀👀👀👀

    AFFAIRE BMS -S.I.C.G
    LES TRIBULATIONS D EGLISE DU JUGE AVEUGLE ISSOUFI TOURE …
    👀👀👀👀👀👀👀👀👀👀👀👀👀👀👀👀👀👀👀👀

    ….CAR LA LOI PRIVILEGE DIT QUE LES ETATS DE CREANCES S ETABLISSENT COMME EN MATIERE D IMPOTS ….
    MAIS LE JUGE ISSOUFI TOURE …A T IL AU MOINS LU ….COMME AWA BA TOUMAGNON D AILLEURS ….LA LOI DES FINANCES QUI PRECISE JUSTEMENT COMMENT DOIVENT ETRE FAITS LES ETATS DE CREANCES ?
    🤣🤣🤣🤣🤣🤣🤣🤣🤣🤣🤣🤣🤣🤣🤣🤣🤣🤣🤣
    NOUS …MAINTENANT …ON RIGOLE …
    D ACCORD …ON NE L A PAS FAIT DEPUIS QUINZE ANS ….
    D ACCORD …
    🤣🤣🤣🤣🤣🤣🤣🤣🤣🤣🤣🤣🤣🤣🤣🤣🤣🤣🤣

    • 👀👀👀👀👀👀👀👀👀👀👀
      …ET IL FAUT LE REDIRE ICI …:

      EXTRAIT DE L ARTICLE :
      “”””L ARRET N 20 DU 11 FEVRIER 2009 DE LA COUR D APPEL DE BAMAKO EST D UNE TELLE GRAVITE QUE L EX BHM S EN EST SERVIE POUR INSCRIRE DANS SES ETATS FINANCIERS PLUS DE 77 MILIARDS D ETATS DE CREANCES ETABLIS A LA MADOFF ….ET CE DEPUIS 2008 ….”””””
      👀👀👀👀👀👀👀👀👀👀👀👀👀👀👀👀👀👀👀👀👀👀👀

  8. Dr, cette phrase suffit à elle seule: “La corruption, le vol institutionnalisé et le mépris des lois ont détruit ce pays. Les pouvoirs publics, complices actifs et passifs de tous les actes ayant causé la dégringolade des acquis de la révolution de mars 91 (liberté, démocratie, justice, égalité), font l’objet de contestation de toute part.”

  9. ….OUI OUI ….OUI ….😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂
    TOUT CELA EST BIEN BEAU …
    MAIS …
    MAIS ….
    QUAND DES JUGES DE LA COUR D APPEL EN ARRIVENT , COMME ISSOUFI TOURE …PRESIDENT DE LA COUR A JUGER “” CONFORME “” A LA LOI …UN TEXTE QUI N EST JUSTEMENT PAS CONFORME …
    ET LA JE PARLE DE L ETAT DE CREANCE EMIS PAR BHM SA LE 22 MAI 2008 ….
    PORTANT BIEN SUR….. ECRIT : ETAT DE CREANCES CERTIFIE CONFORME …
    ALORS QU IL NE L EST PAS …👀👀👀👀👀👀👀👀👀👀👀👀👀👀👀👀👀👀👀👀👀👀👀
    ET QU IL SAVAIT LUI MEME QU IL ETAIT IMPOSSIBLE QU IL LE SOIT …AYANT LUI MEME CONFIRME UN JUGEMENT SOUS ASTREINTE DE 500 000 F CFA / JOUR DE RETARD …LE 21 AVRIL 2006 …PAR SON ARRET 91..
    ( LE JUGEMENT A ETE REPRODUIT EN ENTIER DANS LE JOURNAL ECHOSMEDIAS PARU LE 16 JUIN 2020 ….N 70 )
    …..ET ALORS QU IL AVAIT LUI MEME RECUPERE LES RESULTATS DE L EXPERTISE FAITE APRES 1 MOIS ET DEMI DE TRAVAIL …LE 8 JANVIER 2008 ….EXPERTISE QUI DISAIT QUE LA BHM SA DEVAIT A S.I.C.G MALI 1,707 MILLIARDS ….
    ET QUE CE CHIFFRE A ETE CONFIRME PAR LA CCJA …LE 14 MARS 2019 ….11 ANS APRES …
    ( LE PRESIDENT DE LA CCJA AYANT ETE “”DEPOSE “” …ET PASSANT DEVANT UN JUGE POUR AVOIR REFUSE DE JUGER L AFFAIRE ….)
    🤣🤣🤣🤣🤣🤣🤣🤣🤣 ON PEUT DIRE QUOI ? 🤣🤣🤣🤣🤣🤣🤣🤣🤣🤣🤣🤣🤣

    QU IL PORTE SA PART DE LA RESPONSABILITE DE LA COMDAMNATION DE BMS SA …..
    MAIS …AVEC COMBIEN D AUTRES …..👀👀👀👀👀👀👀👀👀👀👀👀👀👀👀👀👀👀👀👀👀👀👀👀
    TOUS ASSOCIES SOUS ATT ….POUR DETRUIRE LA SOCIETE IVOIRIENNE QUI A CONSTRUIT LES HALLES DE BAMAKO ……………..👀👀👀👀👀👀👀👀👀👀👀👀👀👀👀👀👀👀👀👀👀👀
    ET QUI A MIS QUINZE ANS A ETRE RETABLIE DANS SES DROITS ….
    👀👀👀👀👀👀👀👀👀👀👀👀👀👀👀👀👀👀👀👀👀👀👀👀👀👀
    https://www.koaci.com/article/2019/12/11/cote-divoire/economie/cote-divoire-la-cour-commune-de-justice-darbitrage-de-lohada-retablit-dans-ses-droits-une-entreprise-ivoirienne-spoliee-au-mali-depuis-15-ans_137549.html

  10. CORPS A LOUER POUR MANIFESTER…..

    A CONTRIBUTION LES GROS POISSONS DU REGIME MA FAMILLE ALLIÉS COUSINS…. TOUS CEUX QUI DÉTIENNENT LES CAISSES ET REGIES FINANCIÈRES….

    • AW KONI TA KERA YELE’ KO DAN!!!!!!
      Meme si les proches d’IBK sortent massivement pour dire non a’ ce que vous faites, vous dites qu’ils ont corrompus les manifestants!!! On fera appel a’ la CEDEAO pour nous dire de reprendre les marches dans les endroits ou’ vous contestez la sincerite’ des …. MANIFESTANTS!!!! WALAY JE SUIS ENTRAIN DE RIRE!!!
      SANKINGBA, OU’ VA TA REPUBLIQUE?
      VIVE LA REPUBLIQUE DE NENE SOUMARE’!!!!
      Tantie Kadiatou Soumare, vous direz a’ tonton Ly de dire a’ ses parents de nous laisser respirer! RIRE!!!!!!!!!!!!!! Mes salutations a’ mes cousines et cousins ….. LY!!!!
      Que faire? MEME LE ROI BITON DE SEGOU A SES PEULS DANS LA FAMILLE!!!! CEPENDANT, MES PEULS SONT MEILLEURS QUE VOS PEULS. RIRE!!!!!!

      • Il faut lire: “…. ils ont corrompu…”
        Je suis fatigue’! La soeur Coumba Sacko a pour mission de corriger mes fautes!!!!

  11. …une chose est claire, tant que les affaires de la republique se traiteront dans les sallons et non dans les offices de l etat, la justice se fait a plusieur vitesses, tout ca parceque le peuple est primairement esclavagise par l islam, son libre arbitre et sa libre theorie enchaines et emprisones dans la religion des barbares des sables,…alors la democratie, le developement humain tarderont et s ils apparaitraient pour un laps de temps disparaitront aussitot assassines lar l enemi permanent…l envahisseur qui s est installe dans nos crevelles et les consume…

  12. Les opportunistes de la CFR et le Street Check and balances: Poids et contrepoids de la rue!

    Le combat politique au Mali tourne depuis l’independence en 1960 dans la quête d’un régime démocratique derrière laquelle court toujours le peuple malien sans jamais l’atteindre.

    Si en mars 1991, l‘ avènement d’un soulèvement populaire a conduit à la l’adoption en février 1992 d’une constitution jugée démocratique censée facilité la conquête et l’exercice des pouvoirs de façon démocratique force est de reconnaître que la pratique en la matière au Mali est une tout autre histoire.

    Mais comment parler de démocratie et d’exercice du pouvoir sans parler de Montesquieu et son esprit des lois?

    Le philosophe de la lumière a théorisé la séparation des pouvoirs exécutif, législatif et judiciaire mais il a aussi posé les principes moraux telles la vertu et l’égalité des citoyens comme fondements de la démocratie.

    La constitution malienne du 25 février 1992 essaie de répliquer non seulement le principe de la séparation des pouvoirs comme l’a voulu Montesquieu mais aussi et surtout elle n’oublie pas les principes moraux qu’étaient chers au philosophe.

    Mais 28 ans après 1992, Manassa et sa cour constitutionnelle qui normalement font partie du pouvoir judiciaire ont bafoué ses principes moraux et la vertu qui va avec pour usurper les votes du peuple souverain du Mali en falsifiant le résultat des élections.

    La conséquence immédiate de cette usurpation du droit constitutionnel du peuple malien par une institution de la république du Mali a été d’installer une Assemblée nationale constituée de législateurs non élus par le peuple malien mais coptés par une cour constitutionnelle qui est sortie de son rôle pour défendre un régime politique corrompu qui détourne depuis 7 ans la majorité des recettes publiques et qui achète ensuite les consciences et les autres institutions de la république par cet argent volé au peuple malien.

    Cette histoire de bandits cowboys entre la présidence budgétivore de la république du Mali et la cour constitutionnelle sans vertu ni foi ni loi donne naissance à une Assemblée nationale incolore inodore et sans saveur.

    Il n’y a plus 3 pouvoirs au Mali (exécutif judiciaire et législatif) mais un seul et au service d’une seule famille, la famille d’IBK et ses laquais.

    Les défenseurs de cette mascarade démocratique se base sur la constitution sans nous expliquer pourquoi le président de la république, la cour constitutionnelle et l’assemblée nationale à l’unisson ont tous foulé au sol les principes moraux et juridiques édictés dans la constitution du 25 février 1992 alors qu’ils sont pour la plupart sous serment.

    Donc ni la séparation des pouvoirs ni les vertus de l’égalité des citoyens ne sont respectées par le régime IBK et ses valets telles que écrits dans la constitution du Mali.

    Dans cette situation null ne peut et doit se baser sur la constitution violée pour défendre un tel régime qui le viole.

    Mais un regroupement d’opportunistes à la peau dure et aux dents longues se nommant CFR (convergence des forces républicaines) ou (confédération des forces rétrogrades) c’est selon comment vous les voyez, se décide de marcher le samedi prochain 27 juin 2020 pour dit on défendre les institutions de la république.

    Pourquoi ne défendent-ils pas la constitution qui est la mère des institutions décriées aujourd’hui à cause de leur propre cupidité et de leur propre forfaiture en république du Mali?

    Pourquoi ne demandent-ils pas à ces institutions honnies par le peuple malien d’appliquer les principes moraux édictés dans la constitution du 25 février 1992 dès son préambule qu’elles ont sciemment foulé au sol par leur vol, leurs trucages et leurs falsifications des consultations électorales pendant les quelles le peuple souverain s’est pourtant clairement exprimé et que son expression a été volée et truandée par Manassa et ses 8 autres juges achetés par IBK?

    Vous ne pouvez pas affamer un peuple pendant 7 ans en volant plus de 5 000 milliards et laisser ce peuple sans sécurité, sans éducation, sans santé, sans emploi et sans perspective pour la jeunesse, sans électricité, sans eau potable, sans infrastructures routières, sans logements, sans pouvoir d’achat et sans dignité et revenir dire à ce même peuple que les temps sont durs qu’ils faut se rassembler derrière les voleurs qui sont à l’origine de leur malheur et qu’ils doivent accepter ce triste et sinistre sort.

    Ce mépris est tellement scandaleux que la marche du samedi prochain de la CFR est une invective grave au peuple malien.

    Vouloir opposer la rue des opportunistes de la CFR à la rue des manifestations de ras le bol du peuple méprisé par IBK et sa fourmilière de vermines qui boivent le sang malien, est un système de poids et contrepoids de la rue qui remplace le système de poids et contrepoids des pouvoirs judiciaire exécutif et législatif bafoué par Manassa et IBK en république du Mali 🇲🇱.

    Salute.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here