L’ASMA/CFP s’inscrit dans la continuité lors de son 2eme congrès ordinaire : Soumeylou B. Maïga reconduit à la tête du parti “Enfin la main tendue du Président ne rencontre plus de vide” dixit SBM

0
Le président de l’ASMA-CFP et actuel Premier ministre, Soumeylou Boubèye Maïga
Le président de l’ASMA-CFP et actuel Premier ministre, Soumeylou Boubèye Maïga

L’Alliance pour la solidarité au Mali/Convergence des forces patriotiques (Asma/Cfp) a tenu les assises de son 2ème congrès ordinaire, samedi et dimanche dernier, au Palais de la culture Amadou Hampathé Ba. Les travaux se sont déroulés sous l’œil vigilant du président du parti, Soumeylou Boubèye Maïga, en présence des représentants de plusieurs partis politiques aussi bien de la Majorité que de l’Opposition.

Premier à prendre la parole, le vice-président de l’Asma/Cfp, Amadou Baba Cissé, a remercié les présidents des Partis membres de l’Alliance Ensemble pour le Mali, ainsi que tous les invités. Pour lui, la présence massive des délégués au congrès est la preuve de leur engagement en faveur du Parti. Toutes choses, selon lui, qui ont permis d’engranger des résultats forts appréciables. “Je vous invite à plus d’engagement et d’abnégation”, a-t-il exhorté les militants de son Parti pour la réussite de leur Projet de société. Avant de saluer les partis associés de l’Asma pour la réalisation des aspirations des Maliens dans la grande coalition de la majorité présidentielle.

Les hommages du Dr Bokari Tréta à Soumeylou Boubèye Maïga

A sa suite, le président de l’Alliance “Ensemble pour le Mali (EPM)”, Dr Bokari Treta, a invité la classe politique à transcender les difficultés tous azimuts auxquelles le pays est confronté. “Je voudrais saluer notre camarade Soumeylou Boubeye Maïga, président de l’Asma et ses camarades, pour la tenue d’un congrès. Un congrès, comme vous le savez tous, est un moment d’évaluation du parcours, un moment d’évaluation des résultats, un congrès est un moment de renouvellement des organes dirigeants d’un Parti, enfin, un congrès est un moment de renouvellement des ambitions et des projections d’un Parti”, a-t-il rappelé.

Avant de témoigner de la contribution importante des cadres de l’Asma à la vie et aux résultats de l’alliance Ensemble pour le Mali lors de la dernière présidentielle. “Je voudrais principalement saluer l’effort personnel du président de l’Asma, le camarade Soumeylou Boubeye Maïga. Je voudrais me réjouir et exprimer la joie à vous toutes et à vous tous de la confiance en lui placée par le président de la République, Son Excellence Ibrahim Boubacar Keïta, pour le courage, la persévérance, et la combativité dont il a fait montre à la tête de notre Gouvernement”, a-t-il ajouté.

Quant au 1er Vice-président de l’Urd, Ibrahima N’Diaye, il a rendu un vibrant hommage aux cadres de l’Asma. Avant d’aborder les raisons de sa présence. “Je voudrais signaler dès le départ que je suis là au nom du président de l’Urd, Soumaïla Cissé, chef de file de l’Opposition et aussi au nom du Bureau exécutif national de l’Urd, au nom de tous nos militants et cadres. Je voudrais tout d’abord vous remercier pour l’invitation que vous nous avez adressée. Pour vous dire ensuite pourquoi nous sommes là, cela peut paraître surprenant pour les uns et les autres. Mais pour nous, cela est logique pour différentes raisons.

Premièrement, il s’agit de l’Asma, avec l’ensemble des partis de la majorité présidentielle, nous avons quelque chose en commun. Vous et nous, nous avons décidé de nous investir dans des partis politiques, en vue de compétitions politiques pour le bien démocratique du Mali. Aussi nous avons en commun, et si nous recevons une telle invitation, par rapport à notre ambition, nous nous devons d’être là pour vous remercier”, a-t-il souligné.

Il soulignera avec force “qu’avant aujourd’hui, il y a eu hier. Hier, la plupart des partis politiques qui sont nés à la faveur de mars 1991 ont tous, à un moment ou un autre été ensemble face à des épreuves précises. Il n’y a pas de partis qui peuvent dire en aucun moment qu’ils n’ont pas été ensemble”, a rappelé le 1er vice-président du parti de la poignée de mains.

Et d’ajouter qu’au Mali, c’est une spécificité et une chance. Il précisera que les présidents de plusieurs partis de l’Opposition et de la Majorité ont eu à travailler en complicité et de manière sincère pour l’instauration de la démocratie et son ancrage.

Pour sa part, le président de l’Adp-Maliba, l’honorable Amadou Thiam, a indiqué que le Mali est meurtri par les groupes armés terroristes au nord du pays et éprouvé par les conflits communautaires au centre ainsi que par le manque de consensus politique au Sud. “Plus que jamais le Mali a besoin de l’ensemble de ses fils, au-delà des intérêts partisans et des pirates occultes pour l’essentiel, notre nation. Puis, le Mali appelle à l’unité nationale, il appelle à un sursaut patriotique pour sauver l’essentiel”, a-t-il exhorté.

Il a saisi l’occasion pour inviter l’ensemble de la classe politique à se retrouver très rapidement pour tisser un dialogue positif, franc, sincère et sans détour afin de faciliter la tenue des engagements du Mali dans la mise en œuvre de l’Accord pour la paix et la réconciliation et réussir les futures actions dans le cadre des reformes administratives et institutionnelles qui s’imposent à notre pays.

“Notre pays, le Mali, a la spécificité d’être une famille dont chaque membre a un lien spécifique avec l’autre. Oui, le Mali est une famille où la violence et les extrémismes n’ont aucune chance de réussir.

Pour conclure, j’invite les militantes et militants de l’Asma à tendre la main aux autres partis de la majorité présidentielle ainsi que de l’opposition politique, afin de participer au renforcement du dialogue politique qui est une condition sine qua non de la stabilisation et du développement socioéconomique de notre pays. Pour notre part, l’Alliance démocratique pour la paix, s’engage à continuer son combat politique dans le sens de l’apaisement du climat social et de la réalisation du dialogue politique national”, a-t-il conclu.

Lui succédant au micro, le maire de San, Bakari Dembélé, a précisé qu’il intervenait sous la double casquette de porteur d’un message des agriculteurs du Mali au Président IBK, à travers le Premier ministre Soumeylou Boubeye Maïga et de représentant des élus. Sur le premier volet de son intervention, il a mis en exergue que depuis le temps de l’ancien président Moussa Traoré, le dialogue avec les paysans n’avait pas laissé filtrer autant de signes encourageants. “Le Président IBK a dépêché le Premier ministre pour aller rencontrer les paysans dans les locaux de l’Apcam pour les saluer et les rassurer de son soutien. Les engagements ont été honorés à 100%” s’est félicité le maire de San.

Le 2ème congrès placé sous le signe du rassemblement et de l’ouverture

En ce qui concerne le président de l’Asma/Cfp, il a déclaré que ce congrès s’ouvrait sous le signe du passage de témoin et du rassemblement et de l’ouverture.

Il a justifié le passage de témoin en évoquant la perte de Seydou Badjan Kouyaté, père de l’Hymne national du Mali et qui à d’autres titres, restera éternel dans la mémoire des Maliens. Selon lui, beaucoup d’entre ceux de sa génération se sont inscrits dans l’action politique, en inspiration de leur combat.  A ses dires, le congrès est placé sous le signe du rassemblement. Avant de rendre un hommage à l’illustre disparu et d’exprimer sa reconnaissance et celle des militants au Président IBK pour la confiance en lui renouvelée pour conduire l’action du Gouvernement depuis un an.

Pour lui, le caractère rassembleur du congrès s’explique par la date du 30 décembre qui lui fera un an dans sa mission de Premier ministre, mais aussi l’anniversaire de la marche unitaire du mouvement démocratique en 1990 dont plusieurs acteurs étaient présents dans la salle y compris lui-même qui en était le principal coordinateur. “Enfin, la main tendue du Président ne rencontre plus de vide. Je peux dire que le président de la République est totalement disposé, déterminé à concrétiser, même aujourd’hui, le rassemblement et l’ouverture de la gouvernance du pays pour le service de la paix. Je dis cela, parce que je souhaite que nous soyons imprégnés par le fait que l’action que nous menons est inscrite dans la continuité, dans la durée. Notre action politique qui pour certains remonte à plusieurs décennies que nous avons menée avec beaucoup de courage, de générosité, de détermination”, a indiqué le chef du gouvernement.

Il a rappelé l’accompagnement de Abdramane Baba Touré et de Kadari Bamba qui ont fait montre d’intégrité dans leur combat et que beaucoup parmi eux l’ont payé dans leur chair. Il ajoutera qu’ils ont été inspirés par l’abnégation, le sens de la générosité et de la probité de ceux-ci. Aussi, le président de l’Asma a-t-il expliqué ses liens avec le président IBK. Selon lui, ceux-ci ne datent pas d’aujourd’hui.  “Aujourd’hui, il y a plusieurs nouvelles biographies qui quelques fois nous intriguent, mais nous avons toujours été là. Nous souhaitons être des passeurs de relais, parce que nous ne pouvons pas passer toute notre vie dans l’activité militante débordante après avoir été de bons initiés, accepté de transmettre les valeurs.

C’est pourquoi je considère, depuis 2013, encore plus en 2018, que l’élection de IBK nous offre, nous les forces démocratiques, patriotiques et républicaines, l’opportunité historique pour nous rassembler et concrétiser ce pour quoi nous avons combattu pendant des années. Il n’y a aucune barrière entre l’Adema, le Rpm, l’Asma, l’Urd. La tâche qui nous incombe aujourd’hui, c’est de dépasser les divergences pour rassembler nos forces au service du Mali”, a conclu le président de l’Asma/Cfp.               

Boubacar PAÏTAO

 

 

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here