Le Président de la COPAM, Younouss H. Dicko, au meeting des «Forces vives de la nation»: «Le jeu de cache-cache du Président par intérim est terminé»

24

En meeting le samedi 24 novembre au Stade Modibo Kéita, les «Forces vives de la nation», composées de la COPAM, d’IBK 2012, de Djoko ni Maya, Cause Mali, du Bureau de la Coordination de l’AEEM et de chasseurs, ont exigé la tenue de Concertations nationales souveraines. Plusieurs intervenants ont défilé dans un stade presque vide pour prêcher la bonne parole: la libération du Nord sans la CEDEAO. Le plus virulent des orateurs a été sans nul doute le Pr Younouss Hamèye Dicko, qui a dénoncé sans porter de gants le FDR, le Président par intérim, la CEDEAO et le Médiateur de cette organisation. Nous vous proposons ci-dessous l’intégralité de ses propos.

Younouss Hameye Dicko

Le Mercredi 21 Novembre 20121, le Président par intérim et son organisation politique le FDR ont  étalé au grand jour leurs vrais visages de comploteurs contre la Concertation Nationale Souveraine du peuple malien.

Camarades, comploter contre la Concertation Nationale, est‑ce que ce n’est pas la même chose que comploter contre l’avenir de la nation malienne ?

Il a donc reporté sine die les assises de cette Concertation qu’il avait lui‑même fixées au 26 Novembre 2012. Depuis trois (3) mois les faux démocrates, les faux républicains du FDR prônent un boycott systématique de la Concertation et de la Commission Nationale d’organisation tant que ne leur est pas concédé le privilège monarchiste particulier qui reviendrait à prendre en compte tous leurs amendements!

Voilà la qualité des hommes et des femmes qui se sont rendus, maîtres de notre pays, par la fraude et la corruption, ces dix (10) dernières années. En fait, il s’agit d’enfants gâtés et pourris qui n’acceptent de jouer que si on leur donne tous les bonbons! Tandis que la COPAM avait été exclue de la Commission Nationale d’Organisation, le FDR était représenté par deux délégués; il refuse d’y siéger, en pleurnichant sur son sort de n’avoir pas été membre du Comité de rédaction des TDR! La COPAM, formée des vrais démocrates et des vrais républicains, a combattu jusqu’à être intégrée dans ses droits au grand dam des imposteurs et de leurs commanditaires.

Par contre, le FDR, sollicité par toute la classe politique démocratique, se fait désirer en se disant : Ah ! Moi, je suis trop riche, je suis très aisé, je suis trop puissant, j’ai les meilleurs soutiens à la CEDEAO., les meilleures relations dans la Communauté Internationale, mes hommes et mes cadres tiennent en main et sous leur pouvoir toute la haute et la petite administration de l’Etat malien, pour que je daigne aller m’asseoir et discuter avec des minus sans que toutes mes conditions ne soient acceptées de gré ou de force!

Camarades, est‑ce que le peuple malien va continuer à se faire défier par ceux qui ont pillé, fraudé et corrompu notre nation? Est‑ce que nous, les forces vives de ce pays, les forces patriotiques de cette nation allons toujours accepter que les responsables de la débâcle de Tessalit, de Kidal, de Ménaka, d’Aguelhoc, de Gao et de Tombouctou et de la fuite de Tessalit à Mopti puissent continuer à défier notre peuple sans rien concéder de leur orgueil de petits arrivistes? Bien sûr que non !

En plus, l’honnêteté intellectuelle et la bonne foi ne semblent pas être au rendez‑vous au FDR !

Car, c’est lui qui a refusé de participer en ressassant ses «noirçures» et en colportant sur tous les toits des mensonges éhontés et abjects selon lesquels il est exclu !

Ainsi, il est maintenant clair que notre pays, à travers la Concertation nationale, est pris en otage par le Président par intérim et sa formation politique le FDR, tous deux protégés de la CEDEAO contre les intérêts de la nation malienne.

Camarades, est‑ce que nous continuerons impuissants devant ce scandale? Ceux qui pensaient que le Président par intérim et FDR sont différents ou divergents se trompent, ils sont les mêmes, ils sont complices! Chacun mène sa partition et ensuite ils viennent se faire le compte‑rendu pour rire de nous! Le trio Président p..i, le FDR et la CEDEAO se sont pris en otage entre eux et ont pris en otage la Concertation Nationale et le Mali.

Le Président p..i vient de fixer de nouvelles dates pour la Concertation Nationale. S’agit‑ il toujours de concertation qui viendrait compléter les institutions existantes de l’impuissance, de la pérennisation de la partition du pays et de l’abandon de notre souveraineté? S’agit‑il de ses institutions apatrides de la CEDEAO? Ces institutions ne sont pas maliennes, elles sont apatrides, étrangères et totalement impuissantes à construire le moindre avenir à notre pays.

Camarades, en vérité, ce pouvoir sans virilité qui traîne et rampe sur notre pays depuis huit (8) rnois, fait très bien l’affaire de la CEDEAO et une certaine Europe. Celles‑ci veulent un pouvoir impuissant, manipulable et manipulé, qui permettrait par la décomposition du Mali, d’installer des bandits armés sur la tête des peuples autochtones du berceau du Songhoy, dans un nouvel état aux ressources immenses à la merci d’une certaine Europe.

Camarades, la COPAM exige des concertations nationales souveraines et demandent à la CEDEAO et au Médiateur de celle‑ci de se mettre désormais en retrait dans les affaires intérieures de notre nation.

Camarades, la COPAM exige que la CEDEAO, désormais, ne négocie plus en lieu et place du Mali.

La COPAM exige que le Président p.i. et le Gouvernement prennent leurs responsabilités devant l’histoire et le peuple malien de ne plus accepter que le Médiateur négocie avec qui que ce soit sur les intérêts de notre nation; leur crédibilité et leur honneur auprès des maliennes et des maliens en dépendront.

La COPAM apporte son soutien total sans hésitation, ni murmure, aux Forces de Défense et de Sécurité du Mali. Elle demande à l’Armée Nationale d’engager la libération de notre pays sans délais et de libérer le Mali du joug de la CEDEAO.

Camarades, le jeu de cache‑cache du Président p.i., le FDR et la CEDEAO contre l’avenir de notre peuple est terminé à compter d’aujourd’hui. Le Mali est libre, souverain. La Concertation souveraine aura lieu et donnera naissance à un pouvoir fort capable de défendre les intérêts de notre pays.

La COPAM invite tous les patriotes et démocrates à persévérer dans la lutte résolue pour une concertation nationale souveraine pour libérer notre pays de la CEDEAO, dont nous refusons toute intervention des troupes sur notre sol, de ses maîtres et de l’intervention étrangère.

Vive la Concertation Nationale Souveraine.

Vive l’Armée Malienne.

Vive la Nation Malienne, Eternelle, Une Et Indivisible, de Tessalit à Kayes.

Vive la COPAM.

Bamako, le 24 Novembre 2012.

La COPAM

Commentaires via Facebook :

24 COMMENTAIRES

  1. Franchement moi meme ,je ne sens pas ce president par interime et se que dit la copam semble coheran . LE MALI AURAIT DU FAIRE PARTIS DU MAGREBE,PAS DE LA CDAO QUI NE LUI APPORTE RIEN ET L’UTILISE COMME PORTE VERS L’EUROPE.L’EUROPE EST INTERRESSE PAR LE SOUS SOL AFRIQU’UN ET POUR SE FAIRE , ELLE A BESOIN DE PION ,D’ou ces toutous de la cdao , j’ai bien dit cdao et pas afriqu’un.

  2. younouss DICKO tu nous en merde !!! ne fais plus chier tu es un opportuniste invintéré!!! dès que tu as un poste juteux tu te tais et tu fais le griot de ton chef du jour fous nous la paix bandit de grand chemin !!! tu arr^te tes cooneries et le mùali avance!!! ta place est à la mosquée va prier pour tes fautes et laisse le mali à la jeunesse!!! djaka don nan dew wolo len!! bo da den!!! boi an dala

  3. toi Dicko avec des cheveux blanc, respecte toi qd meme

    Plus FARFELU ques ce youniss Dicko tu meures

  4. ahhhhhhh les malien n’eu veux plus les personne qui veux la survivre de leur pays le mr dicko la a dit ke verite soyons frank. restons la tourne au rond on verra to ou tard

  5. je souhaite que soit dicuté lors de cette concertation les points suiants:
    1- les voies et moyens de mobilisation des ressources financières pour faire face aux éfforts de guerre. Sur ce point , je propose 10 francs de retenue sur tous les appels téléphoniques;
    2- Contribution forfetaire de 15 francs par semaine de tous les Maliens de plus de 18 ans et 5 francs par semaine de tous les élèves du premier cycle de l’enseignement fondamental en Republique du Mali ( enseig privé , public); 20 francs sur tous les trensferts bancaires; 40 francs sur tous les billets de transport inter-urbain ; 5 francs sur les mouvements à l’interieur des villes regionales et le district de Bamako; 10 francs sur le cout du litre d’essence et gaz oil; que la meme campagne de sensibilisation soit ménée dans les representations diplomatiques ; que chacun des salariés Maliens de l’intérieur comme de l’extérieur renonce à 5 000 francs durant toute la période de guerre; que les députés renoncent à 40%de leurs indemnités ; Que chaque membre du Gouvernement renonce à 50 pour cent de leur traitement; Toutes ces sommes doivent etre gérées par un representant de chaque confrerie religieuse.

  6. Ce Younous Hameye Dicko est le plus démagogue, le plus opportuniste des politiciens maliens. Cet homme, ancien militant UDPM, ancien ministre de Alpha, qui lèchait recemment les pieds de ATT est une véritable catastrophe nationale. Le danger plublic N°01. Faites attention à lui.

  7. L’ENGAGEMENT RESPONSABLE DE CHAQUE PARTIE PRENANTE ET LA COHÉSION NATIONALE CONDITIONNERONT UNE SORTIE DURABLE DE LA CRISE MALIENNE EN GARANTISSANT, ENTRE AUTRES, LA NON IMPUNITÉ ET LA RESTAURATION DE L’INTÉGRITÉ TERRITORIALE ET DE L’UNITÉ.

    DEVANT CONTRIBUER A LA COHÉSION NATIONALE, LES CONCERTATIONS NATIONALES ET LES NÉGOCIATIONS DOIVENT DÉMARRER AU PLUS TÔT.

    ELLES AIDERONT A PRÉPARER, EN LIAISON AVEC LA CEDEAO, UNE GUERRE EFFICACE CONTRE LE TERRORISME AU MALI.

    Bonjour,
    Les concertations nationales et les négociations doivent être INCLUSIVES et OUVERTES aux régions, à la diaspora et à toutes les parties prenantes, A TRAVERS UN ENGAGEMENT RESPONSABLE.

    Ce dernier fait que doivent y prendre part tous les Maliens, de toutes les communautés, qui acceptent les principes (refus du terrorisme, non impunité, respect des droits de l’homme, coexistence pacifique, …) et les conditions (pour les groupes armés (MNLA, Ansar Dine, Gandakoye, …): dépôt des armes, indivisibilité du Mali et laïcité) retenus d’un commun accord lors de ces dernières.

    Les concertations nationales sont INCONTOURNABLES pour apporter des réponses à la difficulté qui fait qu’on a du mal à les rendre inclusives et ouvertes et que les parties prenantes ont du mal à s’entendre sur leurs termes de référence donc leur finalité, les opérations et leurs ordonnancement pour apporter une réponse durable à la crise au Mali.

    Plusieurs éléments peuvent contribuer à expliquer cette difficulté tels que : l’exclusion de certains Maliens, la non compréhension par certains Maliens de ce qu’on veut faire, les égos de certains membres des parties prenantes, leurs desseins inavoués, les amalgames, la haine, l’engagement en ordre dispersé qui nuit à la cohésion et à la garantie d’une solution pour le bien-être collectif.

    Ce sont certains des aspects bloquants qu’il faut expliquer, les mettre de côté ou bien les traiter, comme le futur réellement souhaité, les opérations à traiter pour y parvenir et leur ordonnancement à travers une feuille de route (ce qui est indispensable à faire tout de suite et l’ordre des opérations pour y arriver, comme la nécessité ou pas d’organes de transition additionnels, la restauration de l’intégrité territoriale, les élections, ce qu’il faut faire juste après les élections et ce qu’il faut laisser à beaucoup plus tard).

    Sans ce travail préalable à tout, on risque d’avancer dans le désordre, sans cohésion, sans traiter ce qu’il faut et sans consensus entre les parties prenantes sur la problématique rendant difficile, voire impossible, la négociation.

    Ce qui peut nous amener à la fin de la transition sans rien faire de concret, comme la libération des zones occupées, la tenue des élections transparentes et justes, qui sont les objectifs majeurs de cette transition.

    L’aspect cohésion nationale est très important et prédétermine la suite.

    Les concertations nationales et les négociations aideront à créer cette dernière autour du futur souhaité.

    Elles ne sont pas en contradiction avec la libération du Nord, elles la préparent efficacement.

    L’engagement responsable de chaque partie prenante et la cohésion nationale conditionneront la réussite de la sortie durable de la crise au Mali en garantissant la non impunité, la restauration de l’intégrité territoriale et de l’unité et la réconciliation nationale mais aussi la paix et la sécurité pérennes.

    Bien cordialement
    Dr ANASSER AG RHISSA
    Expert TIC et Gouvernance
    E-mail : [email protected]

  8. Vous savez ce monsieur étant ministre de l’éducation nationale a fait proclamer deux fois les résultats du baccalauréat un incompétent qui n’est pas du tout social renseignez vous sur lui auprès de ces voisins de Djikoroni para il n’a même pas sa famille derrière lui c’est ce monsieur qui voulait être ministre de la transition aussi, Au lieu de gueeuler contre la CEDEAO tu feras mieux d’aller vivre avec tes parents du nord pour nous montrer que tu es digne , pauvre ALIMENTAIRE, il n’a plus rien il cherche à s’enrichir .

  9. Le concert national ou concert géant est en réalité le bal des opportunistes qui tentent par tous les moyens de substituer une mascarade de concertation à la constitution du Mali du 25/02/1992.

    Après le coup d’état du 22 mars 2012, l’accord cadre anticonstitutionnel du 6 avril 2012 cette concertation de Kati et copain qu’on veut faire croire que c’est “Nationale” alors qu’elle n’est même pas locale est une troisième violation flagrante de la constitution du 25/02/1992 que tous les maliens démocrates doivent combattre par tous les moyens et avec la dernière énergie puisqu’elle n’a d’autre objectif que de légitimer le pouvoir illégal des spadassins de Kati et de leurs cohortes du Copam, de leurs apôtres du Mp22 et de leurs hordes du Yerewoloton.

    Ces hommes lige de l’anarchie bon marché et des règlements de comptes sauvages dont les éléments encagoulés sèment déjà la terreur partout à Bamako, après avoir battu à mort le président Dioncounda jusque dans son bureau, escaladant nos bâtiments officiels à Koulouba comme des fourmis magnans, cherchent seulement un brin de légitimité pour leur permettre de sevrer encore plus nos compatriotes du sud car ils ont juré de ne plus aller au nord malgré leur serment militaire.

    Donc peuples du Mali, je vous exhorte à plus de vigilance sinon vous allez dire adieux à la liberté et à la justice pour au moins 20 ans encore si jamais vous leur laisser vous imposer une mascarade de concertation.

    À bon entendeur salut!

  10. Du n’impote quoi. Allah kama ne nous fait pas reculer , imbecile de d ai g ris social

  11. il nous prend comme des cons après ce discours il a partagé le repas avec dioncounda quelle plaisantin ce politicard ont vous connais tous,vous pouvez pas éternellement continuer à nous mettre des les erreurs ,les maliens qui étaient ignorant commence à comprendre vos jeux inutiles de continuer

  12. Que cet homme finis de Younous arrête de nous voiler la face, il pense que les Etudiants Malien du temps de son passage au Ministère de l’éducation ont oubliés sont Bilan négatif , donc je pense qu’il est temps que les maliens ouvre les Yeux pour comprendre que ces Fanfarons n’ont qu’un seul envie ,” REVENIR AU POUVOIR ” ces des genre d’individus sont près à tous pour revenir même sacrifié certains malien !!

  13. Younouss Hamèye DICKO, on peut avoir été directeur général de l’ORTM, minsitre de la république et…rester con quand même 👿 👿 👿
    Ce monsieur est bête…comme ses pieds!!! 😆 😆 😆

  14. Des propos à tenir jusqu’à la fin des prochaines campagnes électorales pour déraciner cette mafia malienne.
    Mr younouss, vous avez du chemin à parcourir plein d’embuscades.
    Bonne chance.

    • younouss est un baaataaaard….Cet enfant de bella est plus hypocrite qu’on pourrait jamais imaginer. :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen:

  15. Houn!N’Dèye sané, dinyè yé sogomada ciaman yé. “Les Animaux malades de la peste…”, “La roue de l’histoire tourne et personne ne peut l’arrêter”. Wa Salam!

    • Quel paradoxe, n’est-ce pas?
      Apres tout ce diatribe de ce pauvre bougre de Mr Dicko, il n’est fait mention aucune part que l’armee a fui et qu’elle doit s’occuper de tout sauf de politique, surtout a l’etat actuel des choses. Mais par contre on s’en prend au president Djoncounda pour avoir ete president du pays malgre lui-meme.
      Mais comme on est au Mali, plus rien n’etonne et tout y est possible.
      Quelle honte!!!

    • Vous nos politicards, compromis compromis et compromis. C’est tellement facile de traiter toujours l’autre de ceci et de cela alors Qu’on n’a pas le culot de ce regarder dans le mirror et de se remettre en question.

Comments are closed.