Mali: après Assimi Goïta hier, la médiation de la Cédéao a RDV avec les responsables déchus

5

Le médiateur de la Cédéao, Goodluck Jonathan, est arrivé hier, mardi 25 mai dans l’après-midi, à Bamako pour tenter de débloquer la crise provoquée par le nouveau coup de force des putschistes du mois d’août 2020. Des discutions ont commencé dans la soirée d’hier mardi, à Bamako, entre Goodluck Jonathan et sa délégation d’un côté, et de l’autre, des membres de l’ex-junte. 

La rencontre avait un côté solennel selon un témoin. Le vice-président, le colonel Assimi Goïta, a pris la parole pour un plaidoyer pro domo. Il a repris les grandes lignes de son communiqué publié après l’arrestation du président de la  transition et de son Premier ministre.

Il a contre eux un chapelet de griefs. Par exemple, le fait de ne pas avoir été consulté avant le remaniement ministériel – ce qui pour lui constitue une violation de la charte de transition… Il a également abordé la question de la crise sociale qui, toujours selon lui, ne trouvait pas de solution. Et les responsables en sont le président Bah N’Daw et son Premier ministre Moctar Ouane qui ont été placés « hors de leur prérogatives » hier, mardi 25 mai.

Après l’avoir écouté attentivement, la délégation conduite par Goodluck Jonathan a clairement évoqué la possibilité pour l’institution de la sous-région de prendre des sanctions contre notamment des militaires lors d’un prochain sommet ad hoc de la Cédéao. Les militaires impliqués dans ce dernier coup de force sont proches du Comité national pour le salut du peuple, à l’origine du coup d’État du 18 août 2020. Les Européens, qui ont « condamné avec la plus grande fermeté l’arrestation du président du Mali et de son Premier ministre », selon le président Macron hier, lors de leur sommet, pourraient très rapidement suivre dans la prise de sanctions.

Ce premier rendez-vous s’est terminé tard dans la nuit. Et ce mercredi, une rencontre est prévue entre la même délégation et le président de la transition et son Premier ministre écartés hier. Le président Bah Ndaw veut-il rester au pouvoir ? Jeter l’éponge ? Ce qu’il dira sera décisif pour la suite des discussions avec les militaires et pour une sortie de crise.

Dans quel état d’esprit se trouvent les responsables de la junte ?

Le vice-président Assimi Goïta, chef de l’ex-junte, dort très peu depuis lundi, jour de l’arrestation par ses hommes du président et de son Premier ministre. Son agenda chargé est tenu par son plus proche collaborateur, le capitaine Demba N’Daw, directeur de cabinet avec rang de ministre. C’est généralement cet homme discret qui lui passe au téléphone les nombreux personnalités étrangères qui souhaitent avoir des nouvelles de la situation.

D’après nos informations, le colonel Assimi Goïta s’évertue à rassurer les uns et les autres sur ses intentions : notamment l’organisation des élections générales en 2022 comme prévu. Certains interlocuteurs le croient, d’autres sont sceptiques.

Deux autres figures de l’ex-junte sont très actives. Il s’agit de  L’ancien ministre de la Défense, le colonel Sadio Camara et de l’ex-ministre de la Sécurité Modiko Koné, éjectés du gouvernement lors du dernier remaniement. Avec le colonel Malick Diaw, président du Conseil national de transition, ces officiers veulent se montrer sereins face à la situation et unis face aux Maliens et à la communauté internationale. Des conseillers civils fournissent des éléments de langage pour les visiteurs. Ces hauts gradé de l’ex-junte comme d’autres, ont un autre souci, c’est de maintenir la cohésion au sein des troupes.

Source: https://www.rfi.fr/fr/afrique

Commentaires via Facebook :

5 COMMENTAIRES

  1. ABAS la bande criminelle et Menteur du colonel assimi Goita et compagnie ils sont entrain de mentir que les colonel vaurien Sadio et Modibo veulent amener les russes c’est faux et archi faux ces Menteur colonel veulent trouver des mots pour tromper les maliens

  2. LES CIVILS SONT DES VOLEURS! PLUS JAMAIS DE SOUDANAIS AU POUVOIR AU MALI, APPELLEZ LES JEUNES NES EN TEMPS MODIBO ET MOUSSA TRAORE, LES GENS NES ET GRANDI COLONISE’S RESTERONT COLONISE’S! TEL EST LA PSYCHOLOGIE DE LEUR MAJORITE’E!!!

  3. L'ennemi ne réussira pas car les maliens ont compris. Vive l'armée nationale malienne

    Ils ne sont pas les biens venus, les maliens en à marre de cette mafia diplomatique qui ne fait que dégradé la situation.
    Assimi à pris les choses en main au bon moment, il faut maintenant tourner la page de ses deux, et redynamiser l’équipe qui nous permettra d’assurer les maliens, de redémarrer l’économie, sécurité le pays avec de nouveaux partenariats, réglé la question des Nina et aller vers les élections avec un fichier électoral de consensus. L’agitation de certains diplomates et leurs presses ne nous perturbe pas. Vive l’armée nationale malienne, vive nos Braves soldats. Vive le mali

  4. Pour leur dire quoi???????? Négocier un retour aux affaires?????? Ils seront fous de revenir travailler avec les militaires!!!!!!!!!!!!!!!

    • Lastus moi a leur place s’ils veulent negotier un retour il n’a deux conditions: le post de Vice-President doit disparaitre et les deux Ministres Camara et Kone resteront dehors. Moctar va travailler avec son nouveau gouvernment, c’est tout, tres simple et tres clair, sinon je dirai a Ba Ndaw qu’il retourne cultiver son champ car “la terre ne ment jamais a ses fils” comme on le dit chez moi.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here