Mise en place du CNT : Le PARENA demande le sursis du processus

7

Dans une déclaration qui nous est parvenue, le jeudi 19 novembre 2020, le Parti pour la Renaissance Nationale (PARENA) de Tiebilé  Dramé, s’est  adressé , à propos de la mise en place du conseil national de transition, aux autorités militaires et civiles. Il a demandé le sursis de la mise en place du Conseil National de la Transition.

Le parti pour la renaissance nationale décrit, enfin, des pistes de solutions pour une transition réussie. Le moment difficile que traverse le pays nécessite à ce que les autorités militaires et civiles résolvent, selon cette formation politique, des sujets liés à la problématique du Conseil National de Transition. Pour ce faire, le PARENA invite les autorités militaires et civiles à « surseoir au processus de mise en place du conseil national de transition jusqu’à l’atteinte d’un consensus le plus large possible ».

Afin d’éviter les éventuelles protestations au sein de cet organe législatif intérimaire (CNT), le parti du bélier blanc sollicite à ce que la présidence soit confiée à un civil. « Même en cas d’un consensus, le parti invite les autorités à ne pas faire présider le CNT, un organe législatif de la transition, par un membre des Forces armées et de sécurité ».

Par sa déclaration, le PARENA invite, de ce fait, les autorités à ouvrir, sans délai, des consultations sur les véritables enjeux de la transition. Par ouverture de consultations, il s’agit, selon ce parti, des réformes politiques et institutionnelles ; du processus de stabilisation et de rémunération du pays ; de la lutte contre la corruption ; de la tenue des élections locales, régionales, législatives et présidentielles.

D’après les membres du PERENA, ces consultations sont, de nos jours, devenues nécessaires, voire indispensables au regard de l’impression générale de flottement qui caractérise les premiers pas de la période transitoire. Une période qui, selon eux, demeure cruciale dans l’évolution politique et sociale du Mali. De l’avis des militants et sympathisants de cette formation politique, la période transitoire doit être « un moment d’union et de rassemblement national pour sauver le pays et poser les jalons de son enlèvement et sa renaissance ».

Il faut rappeler que le PARENA fait partie des partis politiques qui ont renoncé à envoyer de dossiers pour la mise en place du CNT, suite aux deux décrets des autorités transitoires publiés en date du 10 novembre.

          Mamadou Diarra

Commentaires via Facebook :

7 COMMENTAIRES

  1. Les militaires sont autant responsables que les civils dans la debacle du Mali. Ils ont fait les 23 ans de GMT plus les 11 ans de ATT avec 1 an de transition soit 34 de règne militaire au Mali. Contre les 25 ans des purs civils soit Modibo 8 ans, Alpha 10 ans et Ibk 7 ans. Qui a donc foutu le pays dans le trou? Les hypocrites répondront les civils. Alpha a eu raison de se taire face à l’hypocrisie et la méchanceté des maliens

  2. Il faut soumetrre les cv sélectionnés au vote des gouverneurs car eux sont élus Sinon aux maires des 701 ,communes du Mali afin d avoir plus de légitimité et accélérer les choses

    Il faut pas perdre plus de temps la dessus car reste peu de temps !!!

  3. Vu l’extrême décadence du Mali à tous les niveaux , vu la capacité de nuisance des maliens , seul un miracle peut sauver le Mali ! Je pense que ce miracle doit passer par les militaires parce que l’armée est la seule entité qui peut réunir les conditions pour forcer tout le monde à adopter les mesures pour assurer la bonne gouvernance ! Ĺes politiciens ne font que des calculs politiciens pour avoir le pouvoir ; jamais le politicien ne met l’homme qu’ il faut à la place qu’il faut , il privilégiera toujours sa mouvance et l’opposition cherchera toujours à détruire : c’est pour cela qu’ il faut le 3ème larron ! Ce 3ème larron doit être intègre , discipliné , laborieux , patriote et autoritaire : le Mali actuellement a besoin de ça ! Si les acteurs politiques avaient bien travaillé depuis 1991 le Mali serait meilleur , performant et enviable aujourd’hui !
    Il faut être maudit comme ces politiciens pour ne pas agir dans ce sens !
    Que DIEU bénisse toute entité qui veut sauver le Mali ! Que DIEU sauve le Mali !
    Vive le Mali prosper et performant !

  4. Les acteurs politiques des 29 dernières années sont les responsables du désastre malien , malgré cela ils persistent , quelle malédiction !
    Que DIEU sauve le Mali !

  5. “Volonté de neutralité et éviter la concurrence entre partis” c’est la position du gouvernement Malien et c’est tres honnete, et tres propre, il faut mettre les politiciens au refrigerateur pour le moment et faire la transition avec des technocrates patriotres Maliens qui n’ont pas de “cacao au soleil” et qui peuvent tres bien corriger toutes les fautes et les manquements dans les textes qui gouvernement la vie de notre nation. Surtout que nous ne souhaitons pas voir l’argent du tresor public Malien depense sur des partis politiques. A bon entendeur, salut.

  6. La transition a des problemes parce qu’elle s’est donne’e un agenda qui est impossible a’ realiser en 18 mois. Je conseillerais qu’on ramene l’agenda a’ l’organisations des elections libres, credibles et transparentes. Le CNT doit avoir un role consultatif. Ses membres doivent etre choisis par les regions du Mali et le district de Bamako.

    • Les régions ca n’existe pas d’abord. Ce que tu dis est vrai. Tout celui réfléchit un peu , vient à cette conclusion. Seulement ce n’est pas une question de temps (18 mois ou plus). C’est impossible de faire autre chose que d’organiser des élections. Et même là , c’est parce qu’on ne peut pas faire autrement.
      Seuls les maliens n’ont pas encore remarqué cela.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here