Moussa Sinko Coulibaly serait-il déjà un candidat piégé ?

15

Comme certains tentent de le faire croire, notamment, les paysans, que la politique est l’art de l’ingratitude. L’homme politique est comme un propriétaire de véhicule qui demande aide aux passants afin de faire démarrer son véhicule en panne. Une fois le véhicule démarré, il lève la main gauche pour les remercier sans pour autant  s’arrêter pour ce faire.

Il craint qu’en s’arrêtant, le véhicule ne tombe de nouveau en panne.

Tel est le qualificatif que  les paysans attribuent aux hommes politiques. Cette histoire nous rappelle le deal entre le candidat I.B.K et les membres de la junte militaire. Signalons qu’en avril 2012, lorsque l’Assemblée Nationale était en train d’examiner la loi d’amnistie en faveur de la junte, elle a refusé de donner la liste de ses membres au motif que tous les camps militaires du Mali ont adhéré à cette mutinerie.

Nous savions que Moussa Sinko faisait partie de ce groupe et était même le Directeur de cabinet du capitaine Amadou Aya SANOGO donc la tête pensante de la junte en tant qu’ancien de Saint-cyr cette prestigieuses école de guerre française.

Puis en concertation   avec le Président de la transition, le Professeur Dioncounda TRAORE, la junte a fait nommer Moussa Sinko au poste de Ministre de l’Administration Territoriale et de la Décentralisation. Il était celui qui a  eu en charge l’organisation des élections de juillet 2013, une date imposée par le président Hollande au président par intérim.

L’arrivée de Moussa Sinko à ce poste stratégique avait pour but de faire élire dès le premier tour le candidat I.B.K cela a été su lors de la proclamation des résultats provisoires à mi-chemin lorsque Moussa Sinko a dit que « si la tendance continue de cette manière qu’il n’y aura pas de deuxième tour ». Toute chose qui a provoqué un tollé dans l’arène politique malienne. A l’époque, les membres de la junte avaient un deal avec le Président de la Transition et le candidat I.B.K.

Malheureusement, cette lune de miel ne dépassera pas le cap de quatre ans. Que s’est-il donc passé entre les alliés d’hier ?

Apparemment, les membres de la junte pensent qu’ils ont été trahis par I.B.K du fait que quelques-uns de ses membres se sont retrouvés en prison, sans être jugés depuis bientôt quatre ans pour une affaire d’assassinat de militaires bérets rouges. I.B.K semble avoir promis à Amadou Aya de ne faire qu’un seul mandat et se retirer de la scène politique, tout en laissant la place à Amadou Aya qui depuis le mois d’août 2013 avait déjà fait les statuts de son « Mouvement Pour le Mali » (MPM).

Le MPM avait commencé à occuper la ville de Kati qui devrait être son quartier général.

Avec l’arrivée d’I.B.K à la tête du Mali, Moussa Sinko est sorti du gouvernement et a été nommé Directeur de l’Ecole de Maintien de la Paix Alioune Blondin  Beye. Il est resté dans une posture  d’observateur par rapport  à la conduite des affaires par I.B.K.

Ayant constaté que le deal promis n’était pas au beau fixe, le jeune général, qui n’a que quarante ans a pris ses distances vis-à-vis du régime non seulement en démissionnant de l’Armée mais aussi en qualifiant le président I.B.K d’incapable. En lieu et place d’une disponibilité, le président de la République, chef suprême  des armées lui a ouvert le chemin de  la radiation pure et simple.

Moussa Sinko, ne s’attendait pas à cela. I.B.K a fait intervenir auprès de lui, le Ministre de la Défense, le Général Didier DAKO, le ministre de la Sécurité, le Directeur de la Sécurité d’Etat afin qu’il renonce à son projet de quitter les FAMA. Le jeune Général n’a rien voulu comprendre. Il avait déjà créé son mouvement pour la conquête du pouvoir.

Dès à présent, il commence à recevoir des coups de poing de la part des autorités en face. Lui-même accuse le régime d’I.B.K de vouloir attenter  à sa vie, et de  mettre en place un régime d’espionnage contre lui sans compter qu’on lui a refusé de tenir son meeting de lancement de ses activités au stade du 26 mars.

Dans l’un et dans  l’autre cas, Moussa Sinko semble être pris dans un piège du moins pour le moment. Va-t-il accepter de rester définitivement dans le piège ou chercher à en sortir, ce qui ne sera pas facile. Ces clubs de soutien sont victimes d’harcèlement dès à présent ; quel autre moyen Moussa Sinkoa-t-il pour se défaire de l’étau d’I.B.K et de Soumeylou Boubèye  MAÏGA ?

Les paysans avaient-ils raison de dire que la vertu de la politique est : « merci aujourd’hui, merde demain et merde aujourd’hui et merci demain »

Qui l’aurait cru entre la junte et I.B.K ?

Badou S. KOBA

Commentaires via Facebook :

15 COMMENTAIRES

  1. Tu as vraiment bien resumé mon frère Le toubon. Ce sont des campagnes de dénigrement ou d’intoxicaton derriere SINKO. Nous saluons non seulement son engagement et sa bravoure mais aussi nous le soutenons. Il faut ce changement en 2018 et les “Ras de Koulouba ou du Mali” ne veulent pas entendre ou voir cela. Ils n’ont rien compris encore, SINKO est le bout de l’ICEBERG.
    Courage SINKO on est Ensemble

  2. Après avoir bouffer les sous de l’État, comme le pouvoir en place est en fin de mandat, il se met contre lui espérant qu’il perde le second mandat. On a tout compris Sinkoniiiii.

  3. Bonjour les Maliens et Maliennes
    Qu’IBK veut ou pas le Général Moussa Sinko COULIBALY de la deuxième Section ira jusqu’au bout de ses ambitions. Nous les militaires nous sommes derrière lui rien ne peut lui arriver car IBK est un traite il nous a trahit. Quand un IBK dit aujourd’hui qu’il n’est pas venu au pouvoir par le canal de la junte ça c’est inadmissible de sa part. Qu’il veut ou pas il est venu au pouvoir par le canal de la Junte plus précisément par le canal du Général de Corps d’Armée Amadou Haya SANOGO. Nous avons les images de ceux qui c’est passé entre lui et HAYA. Son fils Karim le sait très, lui qui passait presque la nuit à Kati. Haya a investi tout son argent pour qu’il n’y aura pas de deuxième. Son Directeur de la SE et son Chef d’Etatmajor Particulier le savent très bien eux qui ont faits Campagne au profit de Soumaïla CISSE. Vive Moussa Sinko COULIBALY, vive le Mali je vous remercie.

  4. comrades originally I wrote a much longer statement concerning Moussa Coulibaly but I deleted it. It do not take much to acknowledge why Moussa Coulibaly did as he did. It was in best interest of people of Mali timely development of Perpetual World Class Modern Living. If Moussa Coulibaly associations are questionable truth is those are associations incompetent Elders of Mali left Moussa Coulibaly which would at least move nation of Mali closer to Perpetual World Class Modern Living as opposed to conditions which were present.
    In short in best interest of people of Mali Moussa Coulibaly chose lesser of two evils. It was a lesson most great leaders learn having no suitable option.
    Conditions in Mali plus Moussa Coulibaly have progressed to where it is clear that youthful plus mature Moussa Coulibaly is best person to lead Mali on a national plus international level. Greatest factor is development of mature plus young adults of Mali plus their hunger plus drive to experience Perpetual World Class Modern Living. Under total circumstance with Moussa Coulibaly as leader will use those essential elements in caring plus efficient manner to build a great nation.
    We all know there are Elders of Mali who accept that they did not do what it was for them to do when it needed to be done thus, they are willing to step aside to allow mature plus youthful leaders of Mali to lead Mali nationally plus internationally while those Elders assist in building Perpetual World Class Modern Living neighborhoods plus communities.

    MOUSSA COULIBALY FOR PRESIDENT OF MALI 2018.
    “Platform For Change”

    Very much sincere, Henry Author(people of books) Price Jr. aka Obediah Buntu IL-Khan aka Kankan aka Gue.
    translationbuddy.com

  5. Les traîtres de la république du MALI règlent leurs comptes comme en ont l’habitude les grands délinquants trafiquants de drogues dans les quartiers dangereux.
    Le Mali est devenu ce quartier dangereux de l’ Afrique de l’ Ouest.
    Le chef de bande SANOGO a été délogé malicieusement par les deux vieux poids lourds de la jungle politique du MALI.
    Le MALI est pris en otage par ces bandits inconscients comme les grands délinquants le font dans les quartiers sous intégrés.
    Le MALI n’est pas dirigé, il est exploité.
    Le Mali n’est pas géré,il est pillé.
    MOUSSA S COULIBALY est aujourd’hui dans la politique à cause des hommes politiques irresponsables ennemis du MALI que sont DIONCOUNDA TRAORÉ ,Ibrahim BOUBACAR KEITA et tous ces députés qui ont voté l’ amnistie.
    On aurait refusé de voter l’ amnistie,personne ne parlerai de MOUSSA S COULIBALY aujourd’hui,on serait plutôt entrain de PARLER du Mali.
    En préférant faire des petites combines,au détriment de la sauvegarde de l’ intérêt du MALI ,pour bénéficier des délices du pouvoir,IBK et DIONCOUNDA ont TRAHI le MALI .
    Le MALI est entrain de disparaître car des traites en son sein ont facilité le travail à ces ennemis.
    Le MALI uni n’est plus possible.
    Le Mali est dans la bouche,mais pas dans le coeur.
    Il faut espérer une victoire rapide des PATRIOTES sur ces opportunistes charognards des deniers publics .

    • C’est vrai que ces politicards du Mali ont sauvé la tête de la jungle militaire qui a fait exploser le pays. C’est l’intervention de la junte constituée par Amadou Aya et consorts qui a précipité le Mali dans le trou où nous sommes.

      Au lieu de juger ces malfrats, on a préférés se couvrir en faisant voter l’amnistie et distribué les galons au putschistes.

      Les hommes politiques ne font que s’occuper de leur semblables voyous auxquels il se ressemblent.
      C’est effectivement IBK qui a bénéficié du soutien de la junte et Dioncounda qui ont créé cette situation.

      Je pense qu’ils vont répondre de leur acte tôt ou tard.

  6. si un aveugle, gardant ses poings fermés, demande de cotiser une mouche chacun c’est qu’il a confiance en lui et aux âmes bien nées , la valeur n’attend point le nombre des années ( Macron en est un exemple); nous demandons du courage à tous les candidats et que Dieu remette le Mali à celui qui fera le bonheur de notre peuple (paix sécurité, alimentations, connaissance et épanouissement)

  7. Badou, on dit que le “jeune General” est intelligent. Alors en demissionant et en cherchant a prendre le fauteuil a IBk, il devrait s’attendre a recevoir des coups (et pas seulement). Avec tous ces risques, s’il a demissionne, c’est qu’il est “sure de ses soutients (occultes ou reels). Ou il est con et idiot, ou ” a toun te a da fa mougou la, mougou min nyiguin ni dji te a da”. (a defaut d’etre un idiot, on ne rempli pas sa bouche de farine, sans au preable etre sure d’avoir assez de salive pour la mouiller)

  8. ” … quel autre moyen Moussa Sinkoa-t-il pour se défaire de l’étau d’I.B.K et de Soumeylou Boubèye MAÏGA ?… ” … /// …
    :
    Un putsch peut-être… ?

  9. ” … L’homme politique est comme un propriétaire de véhicule qui demande aide aux passants afin de faire démarrer son véhicule en panne. Une fois le véhicule démarré, il lève la main gauche pour les remercier sans pour autant s’arrêter pour ce faire.
    :
    C’est peut-être parce qu’il n’est pas sûr de pouvoir faire redémarrer son véhicule que le conducteur se contente de faire un signe de la main, en guise de remercîment … ? Voilà pourquoi on ne lui en veut pas… !

  10. je trouve que c’est très courageux de démissionner pour défendre ses idées et de croire en ses propres capacités. Le jeune général pouvait faire comme la majorité des maliens c’est à dire se contenter de sucer l’os qu’on lui tend. Mais il a décidé d’aller au fourneau et de se battre. saluer cette bravoure.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here