On en parle : Dr. Boubou Cissé peut-il réussir ?

6

Un nouveau Premier ministre à la tête du gouvernement malien. Son nom, Dr. Boubou Cissé, anciennement ministre de l’Economie et des Finances. Il remplace Soumeylou Boubèye Maïga qui a été contraint de rendre sa démission le jeudi 18 avril dans la soirée. Il était sous la menace d’une motion de censure.

Dr. Boubou Cissé est un technocrate et apolitique. Sa nomination bénéficie à ce titre de l’adhésion de l’opposition et de la majorité présidentielle.

Âgé de quarante-cinq ans, le nouveau Premier ministre est un économiste de formation qui a une véritable connaissance des dossiers. Il a, apriori, le soutien des bailleurs de fonds puisqu’il a travaillé durant des années à la Banque mondiale jusqu’en 2013, date de sa nomination dans le gouvernement d’Oumar Tatam Ly, en qualité de ministre des Mines. Il a été membre de tous les gouvernements successifs depuis l’arrivée d’IBK au pouvoir en 2013. Ce qui est à la fois une force et une faiblesse.

L’ancien ministre de l’Economie et des Finances bénéficie d’une bonne réputation. Sa compétence et son intégrité ne souffrent d’aucune contestation. Cependant, ces qualités suffisent-elles pour être un bon Premier ministre ?

Beaucoup de Maliens en doutent et sont sceptiques quant à ses chances de réussite. Rien qu’avoir les flots de réactions négatives sur les réseaux sociaux. Ils estiment qu’il n’a pas l’ancrage politique et social nécessaire pour faire sortir le Mali du gouffre. Ses détracteurs pensent que tenant compte du contexte sociopolitique et sécuritaire, un profil de rassembleur, expérimenté en politique, était mieux. Il était déjà sous le feu des critiques des syndicats d’enseignants.

Le nouveau Premier ministre est tout de même très attendu par les Maliens. C’est lui qui doit conduire le processus de réformes politiques et enrayer l’insécurité dans le pays ; sans oublier l’amélioration de la gouvernance et des conditions de vie des Maliens. Ce qui fait appel à une certaine capacité de rassembler tous les Maliens.

«Rassembler parce que nous avons une société extrêmement divisée dans un contexte particulier, une situation très difficile tant au plan politique que sécuritaire», analyse Baba Dakono, chercheur au bureau de Bamako de l’Institut d’Etude de Sécurité sur la plateforme www.Benbéré.org.

Des équations que son prédécesseur n’a jamais su résoudre, et qui a fini par jeter l’éponge sous la menace d’une motion de censure. Arriverait-il  à réussir là où celui-ci avait échoué ? Patience :«Nul ne connaît l’histoire de la prochaine aurore».

Abdrahamane Sissoko

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

6 COMMENTAIRES

  1. Je lis avec attention les commentaires des uns et des autres. Peut réussir… Pourra pas… Pourra peut-être si… etc.

    Face à ces différentes spéculations, toutes fort bien argumentées dans un sens comme dans l’autre, j’ai le sentiment que tout le monde OUBLIE… L’ESSENTIEL !

    En effet, peu importent les qualités ou les défauts intrinsèques d’un PM qui qu’il soit, un PM n’est jamais rien de plus qu’un PM, c’est à dire qu’il est au service d’une ligne et d’une vision politique, et qu’il est AUX ORDRES… d’un president!😎😎😎😎😎

    Or chez nous, même le plus borné et inculte en politique aura pu constater de lui-même que depuis maintenant 7 (sept!) ans, le pays navigue à vue SANS LA MOINDRE LIGNE OU VISION POLITIQUE, et que le supposé Président n’est rien d’autre qu’un bon à rien dresseur d’index-acheteur de Boeing, dont LE DEGRÉ D’INCOMPÉTENCE ET D’AMATEURISME RESTERONT A JAMAIS GRAVÉS DANS L’HISTOIRE DU MALI CONTEMPORAIN !!!😎😎😎

    Sachant celà, je trouve presque naïf de s’interroger sur les compétences ou pas ou sur les chances ou pas de réussir, d’un PM que tout le monde sait appelé A SERVIR SOUS LES ORDRES D’UN TOCARD !

    Prenez un cheval de course: Même s’il s’agit du vif et du plus rapide des purs-sang, dès lors qu’il est monté par un jockey nullissime, il n’a AUCUNE chance de terminer classé…😎😎😎

    Aujourd’hui chez nous, le problème n’est plus de s’interroger sur les qualités ou les défauts d’un quelconque PM, tant que ce dernier doit obéir AUX ORDRES D’UN BOUFFON INCOMPETENT SANS LA MOINDRE VISION…

    Un PM n’est jamais rien de plus qu’un PM, ne l’oubliez jamais…😎😎😎

  2. Bonne analyse Pkagamé. A mon avis Boubou ou un autre peut réussir s’il s’attaque objectivement aux dossiers. Au préalable il faut se separer des petits copains qui ne font pas l’affaire. Il faut d’abord constituer une vrai équipe et savoir la manager. Il faut comme dit Sangaré”réfléchir à la résolution des problèmes,proposer des idées au peuple pour espérer l’appliquer ,si la confiance du peuple est accordée.
    C’est pour entretenir cette confiance que la gestion du pays est faîte en harmonie avec la réaction du peuple.
    Il faut qu’on travaille tous, à faire des propositions pour le Mali. Laissons de côté nos critiques steriles et faisons des critiques objectives, non partisanes. Il faut vite reconcilier le peuple avec lui-même. Boubou ne pourra pas réussir sans l’aide de chacun de nous. Mettons de côté notre fébrilité et essayons de penser à l’avenir de ce pays. je suis apolitique, je ne crois à aucun parti ( du bluff), mais je crois en la capacité des maliens de se surpasser, de penser à l’essentiel et d’agir dans ce sens. Quelqu’un parlait “d’un Ministère de la Défense, solide et bien musclé, confié à un Militaire, un “carnassier” . Pourquoi faire? Après toute cette tragédie, quelqu’un veut encore voir du sang de maliens versé. Eloignons-nous de ces idées funestes et pensons positivement. Nous sommes des maliens, même si chacun a son identité culturelle. Exploitons la sagesse de cette diversité culturelle pour sortir du gouffre et nous développer dans l’entente, la paix et la cohésion.

  3. Oui il peut réussir, mais pas avec le mode de gouvernance dans lequel il est né (politiquement). La bonne question serait de savoir si Dr Boubou pourra se recréer..c’est- a dire transcender le système politique qui lui a tout donné (politiquement). Peut-il le faire? En toute honnêteté et franchise, a mon opinion, la réponse est: NON. Ce n’est nulle part normale que l’enfant d’un système puisse être autre que le fruit du système, sauf dans quelques rares exceptions …des héros!

    Dr Boubou …a sans doute du caractère (l’envie de mettre l’ordre et de l’honnête, de bien faire pour son pays) mais ça ne lui suffit pas…car il n’a aucun pouvoir… car un ministre dans un système de mauvaise gouvernance est simplement un délégué griot. Il faut simplement remarquer sur l’ORTM quand nos ministres parlent lors des cérémonies d’inaugurations et des lacements de projets… il parlent comme des délégués griots au lieu de vrais chefs de départements: ils évoquent invariablement le nom du Président de la république sur tout ce qui est réalisé.

    La question encore plus pertinente ce n’est pas si Dr Boubou pourra réussir, mais plutôt si le Président IBK pourra réussir avec ou a travers Dr Boubou. C’est une situation de mauvaise gestion multidimensionnelle qui demande un le leadership d’un homme de caractère moral multidimensionnel et d’omniprésence de l’esprit a la Kagame etc.. Ça demande une reforme multidimensionnelle profonde dont les maliens (je doute) ne seraient pas prêts a faire face.
    Il y a une manière de commencer sinon c’est l’échec garanti. La reforme doit comporter deux volets majeur:

    1.– Moralisation de L’État: durcir les sanctions pénales qui seront appliquées sans hésitation, criminaliser les comportements de légèreté, de corruption, de vole, de l’indiscipline, de favoritisme/clientélisme/népotisme au niveau de l’administration publique. durcir les sanctions pénales qui seront appliquées sans hésitation sur les comportements de l’incivisme, du désordre, de la fraude, de l’anarchie, de l’indécence, de violation de règles, de l’insalubrite au niveau des populations. Réactiver l’application stricte de la peine de mort.

    2. — Renforcement de capacité de l’État: Sanctionner avec tolérance zéro l’incompétence, la mediocrite et la complaisance au de l’armée et de l’enseignement public. Chasser tous les juges corrompus et débarrasser le Mali de tout les hauts cadres et les commerçants corrompus avec des poursuites judiciaires rétroactives a l’appui!

    Avec cette reforme tout le reste tombera sur place (avancement économique, ‘infrastructure, sécurité, propreté publique, civisme, ordre, paix, justice).

    Dr Boubou pourra faire ça ? Oui mais PAS par lui-même. Ça doit tout venir du Président IBK.

    Sinon nous parler en jargons économiques blablabla ou en mode de propagande ex.,”programme présidentiel d’urgence” ne changera pas d’un iota quoi que ce soit dans notre catastrophe actuelle.

    Bonne chance a Dr Boubou…car on ne sait jamais!

  4. Quand la politique est chassée de la sphère publique ,le désordre s’installe tant en terme de vagabondage pour profiter des deniers publics qu’en terme de crime humain consistant à ôter facilement la vie pour défendre ses intérêts personnels.
    Le CLAN autour d’Ibk ne fait pas la politique,mais des affaires .
    La politique consiste à réfléchir à la résolution des problèmes,proposer des idées au peuple pour espérer l’appliquer ,si la confiance du peuple est accordée.
    C’est pour entretenir cette confiance que la gestion du pays est faîte en harmonie avec la réaction du peuple.
    C’est ainsi qu’ on peut accéder à certaines revendications en travaillant avec des sensibilités conformes à ces réactions.
    Rien de tout cela quand l’objectif est de faire des affaires.
    Le nouveau premier ministre est le chef de la bande qui s’accroche au pouvoir pour piller les maigres ressources de L’ÉTAT .
    Ils sont défendus par des personnes qui partagent leurs façons de faire d’où une présence massive des MOUSSAISTES.
    Dr boubou CISSE va nécessairement affronter les contestations car il ne va jamais poser des ACTES qui vont à l’encontre de ceux du CLAN.
    Sa seule chance est qu’ il ne sera pas le bouc émissaire comme son prédécesseur.
    Les MALIENS ont compris que le problème est IBK.
    C’est IBK qui sera attaqué.
    OSER LUTTER ,C’EST OSER VAINCRE!
    La lutte continue.

  5. Bubu ou pas Bubu, face aux difficultés épouvantables que traverse le Mali, la seule voie de sortie est d’avoir un Ministère de la Défense, solide et bien musclé, confié à un Militaire, un “carnassier” digne de ce nom. Ensuite, il faut réduire le nombre des ministères de 32 à 16. Tous les petits ministères d’arrangement politique ou de parenté (culture, artisanat, famille, transports….) doivent être immédiatement dissous et leurs compétences confiées aux collectivités territoriales. Tout le reste, tel que la revision constitutionnelle dictée et imposée puis avalisée par Koulouba, n’est qu’une perte de temps face aux urgences et difficultés économiques et politiques de gouvernance qui minent la stabilité du Mali.

  6. Oui ,il pourra mais c’est le mali qui va disparaître plutôt que prévu, sauf si on intervient pour les chasser!

    Ce regime cancéreux de Boua whisky, le gros nul soulard de Sebenicoro est dans sa dernière phase !

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here