Paul Kagame : « Les coups d’État sont le fruit de la mauvaise gouvernance »

3

Prochain sommet UE-UA, putschs en Afrique, questions sécuritaires, présence du groupe Wagner au Mali, accès aux vaccins… Sur tous ces dossiers chauds, le président rwandais s’exprime, en exclusivité dans « Jeune Afrique ».

À deux semaines d’un sommet entre l’Union européenne et l’Union africaine (les 17 et 18 février à Bruxelles) pour la réussite duquel il s’est beaucoup investi aux côtés d’Emmanuel Macron, de Macky Sall et de Charles Michel, Paul Kagame a répondu aux questions de Jeune Afrique par visioconférence, depuis Kigali.

À la tête, depuis près de vingt-deux ans, d’un pays qui compte sur la scène panafricaine, interlocuteur respecté des gouvernements occidentaux, pour lesquels le Rwanda est un modèle de gouvernance économique et sociale – mais dont les performances démocratiques font toujours l’objet de vives critiques de la part des ONG et des médias –, ce président, âgé de 64 ans, s’efforce désormais de « fendre l’armure » : celle d’un homme intransigeant, dénué d’empathie, pour qui les résultats comptent davantage que les moyens utilisés pour y parvenir, les statistiques davantage que les hommes.

Ces traits, sous lesquels ses détracteurs continuent de le décrire, Paul Kagame ne s’y reconnaît pas. C’est ce qu’il explique dans cet entretien, au cours duquel ont été abordés les principaux dossiers (notamment sécuritaires) régionaux et panafricains de ce début de 2022.

Jeune Afrique : Vous avez activement travaillé à la préparation du sommet entre l’Union africaine et l’Union européenne, prévu les 17 et 18 février à Bruxelles. Qu’en attendez-vous ?

Paul Kagame : Aujourd’hui, il y a tellement de sommets que, pour certains participants, cela devient une forme de routine. Ils y viennent plus pour l’événement lui-même que pour les résultats qui peuvent en découler. Ce sommet nous offre la possibilité d’être plus pragmatiques. Je suis optimiste. L’UA a compris, je pense, qu’il fallait faire les choses différemment.

PRÈS DE 35 MILLIARDS DE DOLLARS ONT ÉTÉ DÉPENSÉS POUR LES OPÉRATIONS DE MAINTIEN DE LA PAIX EN RDC. POUR QUEL RÉSULTAT ?

Commentaires via Facebook :

3 COMMENTAIRES

  1. La démocratie ne signifie pas forcément développement. l’Afrique a importé la forme sauvage de la démocratie. Une démocratie appauvrissente et destructive. Kagame a raison. Je préfère le développement dans la dictature que l’anarchie dans la démocratie.

  2. MERCI PAUL KAGAME L AFRICAIN!

    LA CORRUPTION ET LA MAUVAISE GOUVERNANCE SONT MAINTENUES RELIGIEUSEMENT PAR CEUX LA QUI IMPOSENT UNE PSEUDO DEMOCRATIE RELIGIEUSEMENT CRAFTÉE POUR LES NOIRS AFIN D AVOIR MAIN MISE SUR RESOURCES!

  3. Kagame very much like Museveni of Uganda have not prepared there people for once they die or peaceful transition of power to another leader. It is shameful that in Rwanda Hutu people are clear majority of population but not allowed to lead plus was removed from power by murderous violence as they perpetrated murderous violence on others. That kind of animosity no matter how you disguise it do not subside in generation. It only simmers. When you combine that with Kagame is becoming enforcer at french beckoning formula for one helluva mess is present. Many you g people in Africa desire plus will work plus educate to have self sufficient plus self sustaining nations. Therefore have no desire to ass kiss France plus be overseer enforcer in France behalf in Africa. Abrupt change is needed before Rwanda cross point of no return if Rwanda have not already done so. Although condition is well disguised both Rwanda us Uganda lack suitable feasible pursuit of Greater Good for living conditions, security plus education but there is much in good place plus there condition may only need timely directional change. Rwanda is very small nation plus what often may easily be done with small nations are virtually impossible to do with larger nations of same degree of modern living development due to financial cost.
    Rwanda plus Uganda future is great example why Mali, Guinea plus Burkina Faso should pursue practical one party African democracy governance. We may timely have change in leadership plus not lose sight or step in achieving essential plus vital goals. How many nations in practice may fulfill that condition especially African nation adrift with corruption with impunity.

    Waste of 35 billion dollars in resources in DRC is due to bad governance, evil niggers as neighbors who served will of foreigners thereof to enrich their foreign masters plus themselves create chaos, misery, poverty, incompetence, too much apathy plus clear vision of why we do not need any more niggers like them in leadership in Africa.
    Maybe Kagame in Rwanda plus Museveni in Uganda have magic formula that will suitably plus timely adapt their citizens to world conditions after their dictatorships no longer exist but as is conditions of their nations have very sensitive vulnerabilities plus they know it.
    Henry Author Price Jr aka Kankan

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here