Pour la formation d’un regroupement politique : L’UMP en quête des alliés sûrs

0

Dans un communiqué déposé à notre rédaction, le président de l’Union des Maliens pour le Progrès (UMP) lance un appel à la classe politique pour la formation d’un grand regroupement politique en vue de soulager la souffrance des millions de maliens. Le Pr Amadou Touré fistige le comportement de certains partis qui fête leur anniversaire dans la douleur du peuple. Aussi, la question du fichier électoral revient une fois de plus dans son appel. Le communiqué est publié, tel qu’il nous a été envoyé.

Le vendredi 15 Juillet 2011 à 16H, le Bureau Politique National de l’Union des Maliens pour le Progrès (U.M.P.) s’est réuni à son siège en session extraordinaire au quartier Hippodrome en Commune II du District de Bamako sous la présidence du Pr Amadou TOURE, Président du Parti.

S’inscrivant à la suite des multiples rencontres que le Ministère de l’Administration Territoriale et des Collectivités Locales a instaurées depuis  le 24 Mai 2011 avec les Partis Politiques, cette réunion a donné l’occasion aux représentants du Parti à ces  réunions, de souligner que la plupart des idées émises lors de l’Atelier organisé par l’U.M.P. le 25 Mai 2011, et contenues dans  son  précédent  Communiqué de Presse, furent reprises par des intervenants d’autres partis politiques tout au long des débats, parfois houleux, autour des fichiers  électoraux  RACE  ou  RAVEC pour les élections de 2012.

Le Bureau politique national de l’U.M.P. a étudié et fait siennes les remarques et observations  contenues dans le mémorandum  des partis  politiques  réunis au C.I.C.B  le 24 Juin 2011. Il en est de même des conclusions et recommandations  du groupe de travail  sur la contribution des partis favorables  à un fichier  électoral  fiable, propre et consensuel. 
Le Bureau Politique National de l’U.M.P, de toute évidence, se réjouit de constater cette convergence de points de vue. Tant il est vrai, comme l’a dit le sage, que « tout ce qui monte converge ». Il attire une fois de plus l’attention des pouvoirs publics et la classe politique  sur ce qui suit :

1. Le Fichier RACE, ont dit les plus hautes autorités elles- mêmes, n’est pas fiable parce que contenant de millions d’électeurs fictifs.

2. toute amélioration par une  radiation  hasardeuse des listes électorales de titulaires de cartes d’électeurs établies pour des élections communales non retirées à ce jour  ne repose sur aucune base légale. Elle créerait plus de problèmes qu’elle n’en résoudrait au plan politique et social, surtout à l’occasion délections aussi importantes comme la présidentielle et les législatives. Tel est le nœud gordien du fichier dit « consensuel » proposé par les hautes autorités.

3. l’abandon, du jour au lendemain, du Fichier RAVEC financé à coups de milliards par des bailleurs de fonds internationaux, apparaît  aux yeux de tous  comme un acte de désinvolture  qui  discréditerait totalement notre pays. Il est incompréhensible que sa réalisation et son exploitation à des fins électorales  ne soient pas à ce jour terminées.

4. sans être la panacée par rapport au faible taux de participation aux élections et sans se focaliser  uniquement sur la question du fichier électoral, l’établissement et la délivrance à titre purement gratuit  de la carte nationale d’identité, comme c’est le cas dans maints pays (comme le Burkina Faso et le Sénégal voisins)  et d’ailleurs reste une interrogation. L’adoption de cette pratique pourrait répondre à une exigence croissante de notre population et  une nécessité pour  des élections propres.  Elle signera  un terme définitif au désintérêt du citoyen lambda face au vote  mettant un terme à l’achat de consciences  sur lequel  certaines « grandes» formations politiques ont fondé leur stratégie  pour barrer la route aux « petits » partis, les empêchant  d’accéder au pouvoir et d’assurer une saine gestion de notre pays.

C’est  en effet par l’argent  que ces prétendus  « grands«   partis, notamment ceux qui se disent proches du pouvoir,  gagnent les élections au Mali.
Ce sera  par notre  lutte,  notre  volonté  politiques  inébranlables et notre combat commun  que  nous, « petits » partis pouvons gagner.  C’est vrai : On ne gagne pas toujours dans la lutte, mais on perd toujours dans la résignation.

5. la course contre la montre actuelle pour une révision  par référendum  de la réforme de la loi fondamentale  montre à l’évidence que le pouvoir actuel n’a pas encore pris conscience   des attentes  prioritaires du peuple malien et de sa classe politique. Ces priorités doivent être surtout la bonne organisation des élections présidentielle et législatives à quelques mois des échéances et du mandat du Président de la République  et de celui des députés de l’Assemblée nationale en une  période où de graves menaces s’amoncellent sur nos têtes et menacent notre démocratie acquise au prix du sang.            

6. Sur un tout  autre plan et revenant sur la problématique des élections,  le Bureau Politique National de l’U.M.P., dont les responsables peuvent en toute modestie se prévaloir d’une expérience certaine, acquise tout au long de leurs 2 passages à la C.E.N.I. et un au  gouvernement, s’est prononcé contre le vote par procuration ou sur simple présentation du carnet de famille.

Pour faire face au pouvoir d’argent et  au mépris  des « petits » partis par  des gens au parcours douteux que personne n’a vu lors  de la campagne de réélection du président actuel en 2007 mais qui se présentent actuellement comme les meilleurs défenseurs de ses idées et de ses actions.  C’est l’adage qui le dit : tout flatteur vit à côté de celui qui l’écoute   I l’UMP  appelle à la conscience et à l’esprit de responsabilité  de tous les « petits » partis, affaiblis,  marginalisés et méprisés. L’U.M.P  invite tous  ces partis qui sont prêts au combat politique  à  se regrouper le plus tôt possible au sein d’une formation  unique afin d’être en mesure  de faire front à ces soldats de la vingt cinquième heure et  pour remporter les élections de 2012.

Aujourd’hui des victuailles et des manifestations, relayées par la télévision nationale sont organisées  par ces « amis «  pour célébrer l’anniversaire  de leur parti , sans  le  moindre souci que de telles actions constituent une insulte à la misère de millions de maliens confrontés aux dures  épreuves de la recherche de leur pitance quotidienne surtout en cette veille du mois sacré du Ramadan. Ces nouveaux riches  rappellent les citoyens d’un pays voisin qui, à l’époque, « fêtaient » leur milliard.  Le jugement du peuple est venu plus tard ! 

Fort de tout cela l’U.M. P. a choisi sa voie : celle de la paix, du travail et de la justice.
 C’est aussi pour cela que l’UMP a  décidé   de  renoncer à toute sa souveraineté au profit de d’une nouvelle et grande formation politique consciente des vrais enjeux des élections de 2012.  Réunis,  Nous serons écoutés et  pouvons changer le Mali.
Fait à Bamako, le 16 Juillet 2011
Pour le Bureau Politique National de l’U.M. P.
Le Président  : Pr. Amadou TOURE

Commentaires via Facebook :

PARTAGER