Présidentielle au Mali: pourquoi tant de bulletins nuls?

2
Opération de vote dans un bureau de Bamako au Mali pour la présidentielle du 29 juillet 2018.
Opération de vote dans un bureau de Bamako au Mali pour la présidentielle du 29 juillet 2018. © REUTERS/Luc Gnago

Lors du scrutin présidentiel qui a abouti à la réélection d’Ibrahim Boubacar Keïta (IBK) à la tête du Mali, le nombre de bulletins déclarés « nul » était élevé, surtout au premier tour : plus de 220 000. Les voix de ces électeurs n’ont pas été donc comptabilisées. Comment expliquer ce taux élevé ?

Contrairement aux abstentionnistes, les bulletins nuls proviennent d’électeurs maliens qui se sont déplacés pour voter. Mais ils n’ont pas respecté les règles. Par exemple, leur empreinte portait sur quasiment deux visages de candidats au lieu d’un seul, ou carrément en bas du bulletin unique de vote. Leurs voix n’ont donc pas été comptabilisées.

Badié Hima est le directeur résident de la National Defense Industrial Association (NDIA), une ONG américaine qui s’est beaucoup investie ici pour la formation dans le cadre de la présidentielle. Il donne une explication au nombre élevé de bulletin « nuls ». « Deux ou trois mois avant, tout le monde s’engageait dans la logistique, pourpréparer des bulletins, le fichier électoral, déclare-t-il. Le citoyen, l’électeur n’est pas au centre. Si l’électeur n’est pas au centre, ne soyons pas surpris par l’énorme taux de bulletin nul ».

Analphabétisme

Abdoulaye Sall, lui, est le président du Cercle de réflexion et d’information pour la consolidation de la démocratie au Mali (CRI-2002), une association qui intervient dans le cadre du renforcement de la démocratie. Pour lui, la faute incombe aux partis et aux hommes politiques.

« La première mission d’un chef de parti, c’est la formation éducative des citoyens, estime-t-il. Si les populations ne sont pas suffisamment formées, informées, mobilisées, il y a de fortes chances que le jour du scrutin, elles votent mal ». Il pointe également du doigt le phénomène de l’analphabétisme : huit Maliens sur dix, dans un pays qui compte 18 millions d’habitants, ne savent ni lire, ni écrire.

Par RFI Publié le 17-08-2018

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

2 COMMENTAIRES

  1. Et dommages pour nos pauvres journaleux qui sont amputés de cervelle pour analyser des questions que les petits
    blancs en fac savent faire…..

    Ici on laisse aux agents français de renseignements déguisés en journalistes Rfi et F24 le soin de laver les cerveaux……
    Pauvres nous….. Pays poubelle….

  2. Explication du nombre élevé de bulletins nuls est simple : résultats incohérents avec ceux du premier tour.

    Donc la machine à frauder à fonctionner à grande lessiveuse……

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here