Présidentielle de 2022 : Ségou se positionne depuis Markala

1

Même si aucune date n’est officiellement annoncée, selon des indiscrétions les autorités de la transition auraient arrêté le mois de mars 2022 pour la tenue de la future présidentielle. En attendant confirmation de cette échéance, une chose est sûre : la transition en cours sera forcément couronnée par une joute présidentielle pour permettre à la jeune démocratie malienne de continuer son cours. C’est d’ailleurs ce qui semble expliquer, depuis un certain temps, la multiplication des rassemblements politiques : meetings, lancements de plateforme et de mouvements politiques pour certains et rentrées politiques pour d’autres, avec comme objectif partagé la conquêtes de suffrages.
A Ségou, aux candidats traditionnels comme Ckeick Modibo Diarra et Moundaga Tall s’ajoutent Mamadou IGOR Diarra et Seydou Coulibaly, tous deux de Markala. Et, au regard de ce qui se dessine, on peut dire qu’ils ne s’annoncent pas comme des figurants.

Pour ce qui concerne l’ancien ministre des finances Mamadou IGOR Diarra, candidat malheureux à la présidentielle de 2018, il est perçu par la force des circonstances comme l’héritier du défunt chef de file de l’opposition, Soumaila Cissé. Il y a quelques jours, en effet, son mouvement MEA (Mali En Action) se fondait dans l’Union pour la République et la Démocratie pour le meilleur et pour le pire. Et, selon les confidences d’un ténor de l’URD, Igor, dans être venu avec des exigences, se hisse naturellement au rang de porte-étendard de la famille politique de Soumaila Cissé, qui manque malheureusement de personnalités charismatiques apte à briguer la magistrature suprême. Autant dire qu’Igor est à deux doigts d’être aux manette de la puissante machine électorale a qui Soumaila Cissé devait sa réputation de «Soumi Champion». Avec force de frappe et de mobilisation des militants de l’URD ajoutée à celle du MEA, l’ancien ministre d’ATT et d’IBK ne manque pas du talent et du charisme qu’il fait pour hisser l’URD au second tour de la présidentielle de 2022.
Quant au 2e candidat de Markala, notamment le patron de l’entreprise « CIRA», Seydou Coulibaly, il se présente comme un richissime opérateur économique ayant fait ses armes, tant sous ATT que sous IBK, dans le monde des affaires. Sa décision de briguer la magistrature suprême sonne en définitive comme tel un échec de la classe politique transitionnel. Méconnu du grand public y compris dans sa contrée d’origine, le patron de CIRA a, selon nos sources, le soutien inconditionnel de plusieurs opérateurs économiques majoritairement proche de l’Adema-Pasj. A couteaux tirés avec les partisans de Boubou Cissé pour récupérer la ruche fissurée, il semble avoir battu en retraite sans renoncer au combat avec le lancement de son mouvement propre dénommé «Benkan».
Une chose est sûre, quelle que soit l’issue de la présidentielle annoncée, ils seront parmi les candidats sérieux.

Amidou Keita

Commentaires via Facebook :

1 commentaire

  1. Pour être Président de la République du Mali,
    le prénom “Igor”, à l’instar du nom “DIARRA”
    sont des sacrilèges au Mali. Le passé de votre
    ancêtre Dah DIARRA en est le responsable
    lointain ; de même la tentative de surfacturation
    d’Igor DIARRA lui-même, tout récemment, quand
    il fut un court ministre des Finance d’IBK.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here