Présidentielle du 29 juillet 2018 : Des programmes pertinents à des électeurs impertinents

4

Ils sont moins de 5 sur les 24 candidats à Koulouba à avoir des programmes ou projets de société bien adaptés à la situation de crise aggravée que traverse le Mali. Malheureusement, rares sont les électeurs qui vont s’intéresser à ces belles idées de reconstruction du pays.

Maliweb.net- IBK avait gagné l’élection présidentielle de 2013 sans disposer d’un programme clairement établi. Et Soumaïla Cissé a beau gloser sur le sien, pertinent, bien concocté et réalisable, mais cela ne lui a pas ouvert les portes du palais de Koulouba. Mais des leaders ayant la tête sur les épaules comme Mamadou Igor Diarra, Modibo Sidibé, Moussa Mara (qui a désisté au profit de Cheick Modibo Diarra), Hamadoun Touré, Dr Chogue lKokalla Maïga, Me Mountaga Tall présentent de beaux projets aux électeurs qui n’en ont cure !

Quelle bande d’hypocrites ! Il serait temps que certains leaders politiques, leurs missionnaires et une partie de la presse béatement naïve songent à arrêter ou tout au moins réorienter le débat sur l’existence, la qualité et l’ampleur des projets de société de ceux qui aujourd’hui, ambitionnent de nous diriger. Nous ne sommes que trop nombreux, journalistes, cadres, intellectuels, hommes politiques, à nous mentir fébrilement dans un semblant de débat sur le sujet.

Mensonges, oui, car ce n’est pas que nous ignorons que l’élection d’un président de la République au Mali ne s’est encore jamais faite sur la foi du projet de société porté par un tel candidat ou un tel autre, et ce n’est certainement pas en 2018 que cela va commencer. Tout le reste n’est soit que comédie fondée sur l’envie de discréditer un candidat qui n’en aurait pas ou naïveté tendant à donner au fameux document plus d’importance qu’il n’en a sous nos tropiques.

Au Mali, c’est de tradition, nous avons deux grands motifs de vote. Etre «pour » ou être «contre» le candidat. Et aucun des deux ne prend en compte les catalogues de bonnes intentions que les candidats nous disent être leurs projets de société.

Etre contre, c’est ce que les Maliens savent faire le mieux. Quand en 2013, Ibrahim Boubacar Kéita a été élu président de la République après le coup d’Etat du capitaine Sanogo et sa bande en mars 2012, ce fut surtout parce que les Maliens voulaient d’une rupture d’avec les hommes et le système qui, durant une vingtaine d’années et plus, avaient mené le pays du désenchantement du lendemain des indépendances à un brutal régime militaire unitaire qui l’aura conduit dans un gouffre économique, un désastre sociopolitique et un déni des droits élémentaires de l’être humain. Quand, en 2002, le Général Amadou Toumani Touré, sorti de sa retraite, a pris sa revanche sur les politiciens, c’était la résultante du rejet de la gouvernance dite clanique, népotique et arrogante du président du renouveau démocratique sortant.

2013, certains diraient que les Maliens avaient enfin voté « pour ». Pour un homme, voire pour un projet. Niet. En réalité, la victoire d’Ibrahim Boubacar Kéita procédait beaucoup plus d’une lassitude généralisée envers la classe dirigeante et même toute la classe politique à l’époque, envers les méthodes et envers les hommes de l’appareil.

Mais nous le disons plutôt, les Maliens votent également « pour ». Etre pour, c’est généralement être favorable à un homme ou une femme dont on se sent proche culturellement, sentimentalement, politiquement, socialement, etc. Mais c’est désormais de plus en plus et malheureusement être pour le plus offrant, le plus généreux, le mieux disant en termes de ressources financières qu’il laisse trainer dans son sillage en temps de précampagne et de campagne électorale.

Il faut croire que même les acteurs politiques maliens n’accordent pas à la question du projet de société une bien grande importance. Est-il pour autant inutile de parler des projets de société des candidats ? Evidemment non. Sur quelle base se ferait la gouvernance de l’Etat sinon ? Et surtout sur quelle base se ferait le bilan en fin d’exercice ? Il est juste à remarquer et même à déplorer que le déterminant du choix de la personnalité qui aura à charge les destinées du Mali à partir du 4 septembre 2018, ne sera pas un débat sur les idées force, les propositions structurantes. Pour cette fois et pour longtemps encore, nous choisirons notre président surtout parce que nous ne voudrons pas voir son adversaire gagner.

Boubou SIDIBE/Maliweb.net

 

Commentaires via Facebook :

4 COMMENTAIRES

  1. Nous disons la vérité fait mal aux malhonnêtes et les met hors d’eux mais apaise ou rend heureux les honnêtes

    KOUMBA ET SON ÉQUIPE ONT LE REGRET D’ANNONCER AUX MALIENS ET MALIENNES AUX JOURNALISTES DE MALIWEB AUX INTRENAUTES DE MALIWEB NON MUTÉS FIERS HONNÊTES AYANT UN AMOUR PROFOND POUR LEUR MALI

    QUE POUR DES RAISONS DE FORCE MAJEURE INDÉPENDANTE DE LEUR VOLONTÉ N’ONT PU DÉPOSER Á TEMPS LEUR DOSSIER DE CANDIDATURE AUX ÉLECTIONS PRÉSIDENTIELLES 2018 CAR SE TROUVAN EN AMAZONIE

    1)Nous disons et rappelons aux maliens et maliennes fiers honnêtes non mutés ayant un amour profond pour leur Mali que

    NOTRE PROGRAMME DE GOUVERNEMENT REPOSE SUR TROIS PILIERS DISPOSÉS DE TELLE SORTE QU’ILS FORMENT UN TRIANGLE ÉQUILATÉRAL DANS LEQUEL SE TROUVE LEUR MALI

    *LE PREMIER PILIER EST LA SÉCURITÉ L’UNITÉ ET LA PAIX

    *LE DEUXIÈME PILIER EST L’ÉRADICATION DE CETTE POURRITURE DE LA GANGRÈNE DE LA CORRUPTION DE LA CUPIDITÉ DE L’INIQUITÉ L’INJUSTICE L’INÉGALITÉ 2POIDS 2MESURES REINES QUI ENVAHIT LE MALI DANS TOUTES SES COMPOSANTES

    *LE TROISIÈME PILIER EST LA PRISE EN CHARGE DU BIEN ÊTRE DU BIEN VIVRE DU VRAI DÉVELOPPEMENT DE LEUR MALI PAR LES MALIENS LES MALIENNES FIERS HONNÊTES AYANT UN AMOUR PROFOND POUR LEUR MALI

    DANS CETTE COMPÉTITION MONDIALE POLITICO-ÉCONOMICO-MILITARO-RELIGIEUSE-RACIALE OÙ TOUS LES COUPS SONT PERMIS SANS AUCUN ÉTAT D’ÂME POUR FAIRE MAL DÉTRUIRE ASSERVIR SOUMETTRE DÉPOSSÉDER L’AUTRE ET OÚ IL N’Y A PAS DE PLACE POUR LES BÊTES LES COMPLEXÉS LES COUARDS LES CUPIDES LES FAIBLES LES FAINÉANTS LES FARFELUS LES IDIOTS LES INSOUCIANTS LES LAXISTES LES MÉDIOCRES LES MENDIANTS LES NAÏFS LES PARESSEUX LES PEUREUX LES PLEURNICHARDS LES RÊVEURS LES SENTIMENTAUX LES SYBARITES LES TARÉS

    2)Nous leur disons et rappelons ET INSITONS TEL INDIQUÉ DANS LEUR HYMNE NATIONAL

    *A TON APPEL MALI
    POUR TA PROSPÉRITÉ
    NOUS SERONS TOUS UNIS
    SI L’ENNEMI DÉCOUVRE SON FRONT
    AU-DEDANS OU AU-DEHORS
    DEBOUT SUR LES REMPARTS
    NOUS SOMMES RÉSOLUS DE MOURRIR
    NOTRE COMBAT SERA UNITÉ

    *POUR NOTRE DIGNITÉ
    LA VOIE EST DURE TRÈS DURE
    VÉRITÉ DES TEMPS ANCIENS
    VÉRITÉ DE TOUS LES JOURS
    VIGILANCE Á TOUT MOMENT

    *TOUS AU RENDEZ-VOUS DE L’HONNEUR
    DEBOUT VILLES ET CAMPAGNES
    DEBOUT FEMMES, JEUNES ET VIEUX
    POUR LA PATRIE EN MARCHE
    VERS L’AVENIR RADIEUX
    FORGEONS LE BIEN COMMUN
    ENSEMBLE AU COUDE Á COUDE
    LE BONHEUR PAR LE LARBEUR
    FERA LE MALI DEMAIN

    3)Nous leur disons et rappelons dans les jours à venir nous leur donnerons un peu plus d’informations au sujet de nos trois piliers

  2. Je suis un peu d’accord avec l’analyse du journaliste en ce sens que nous votons pour une personne et non pour un projet. Il faut savoir également que le projet n’est rien sans la qualité de la personne chargée de le porter. Les escrocs préparent les projets les plus cohérents et cela termine dans la désillusion pour le peuple. En principe pour le Mali il n’y a qu’un seul programme ou projet: la justice. Chacun doit se contenter de ce qu’il mérite. Tout le monde sait faire quelque chose et les gens se nourriront, se soigneront et s’instruiront à la sueur de leur front. Nous allons créer la richesse et restaurer l’espoir pour nos enfants.

    • Parfaitement d’accord avec vous Djohèremak. Il n’y a qu’un seul programme qui tienne la Route: LA JUSTICE et tout le reste ne constitue que des dérivés!

  3. Très bonne analyse monsieur Sidibé…… Tous mes respects……………………… J’ai discuté avec des intellectuels de ce pays qui disent qu’ils se foutent éperdument du projet de société des candidats, parcequ’ils vont tout simplement voter pour l’homme…….. Et ceci est d’autant plus dommage qcar si des intellectuels raisonnent de la sorte, comment les presque 60% d’analphabètes vont raisonner?????????

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here