Présidentielle 2012 : Modibo Sidibé, radio silence

0

Il ne se passe plus aucune semaine sans que des associations, organisations ou clubs de soutien à Modibo Sidibé ne se manifestent, soit par l’organisation de conférence, soit l’inauguration d’un siège ou alors le lancement d’une activité. Ces différentes manifestations sont mises à profit pour apostropher l’ancien Premier ministre et lui demander clairement de poser sa candidature à la future présidentielle. Ses différentes initiatives peuvent laisser croire que Modibo Sidibé sera certainement candidat à la succession de son ancien patron à Koulouba.                        

Le vendredi 29 juillet à la faveur de la Journée panafricaine des femmes, l’Association Fasoden Nyuman (Afdn) qui a organisé une conférence débat sur le thème « Femmes et processus électoral en 2012 », en a fait un bon prétexte pour relancer son appel à la candidature de Modibo Sidibé.                                     

Ainsi tout en informant et sensibilisant les femmes sur leurs droits et devoirs dans le processus électoral, l’association Fasoden Nyuman veille au renforcement de ses rangs, dans la perspective de la candidature de Modibo Sidibé. A quelque neuf mois des élections, l’association « Fasoden Nyuma » veut se donner les moyens de convaincre les hésitants et accentuer davantage son appel pour une candidature de l’ancien premier ministre, Modibo Sidibé. « S’il n’est pas encore candidat, nous allons le pousser à le devenir », s’exclama une participante à la conférence.                       

Lors des différentes sorties des organisations de soutien à Modibo, un des défis est la grande mobilisation qui, se dit-on, finira par convaincre l’ancien Premier ministre à se porter candidat. Mais comme ATT en 2002, Modibo Sidibé fait patienter, et jusque là n’a rien laissé filtré. Selon une indiscrétion, Modibo Sidibé aurait dit à un de ses confidents qu’il n’a jamais dit à personne qu’il sera candidat. Mais il n’a pas dit non plus qu’il ne le sera pas. En tout cas, du côté des associations comme Fasoden Nyuman, des pagnes sont imprimés avec des slogans du genre «L’homme qu’il faut à la place qu’il faut», quand il ne porte pas le portrait de leur champion à bras le corps. Des orchestres sont souvent loués pour faire du tapage et mobiliser.          

Mais ces nombreuses associations et clubs prêchent-ils dans le désert ? Leurs appels tomberont-ils dans des oreilles de sourd ? L’ancien Premier ministre Modibo Sidibé ne s’est pas encore prononcé sur sa candidature, mais l’eau pure ne se fermente pas dit-on.

B. Daou 

 

Commentaires via Facebook :

PARTAGER