URD : un collectif dénonce des dysfonctionnements et fixe la date du Congrès extraordinaire

1

Réunis au sein du Collectif pour la Sauvegarde l’URD, des dissidents de parti Union pour la République et la Démocratie (URD) ont animé un point de presse, ce jeudi 6 janvier, au palais de la Culture. Ils ont fait l’historique de la crise que traverse le parti de la poignée de main depuis le décès de Soumaïla Cissé, président fondateur du parti. 

« Si on continue comme ça, il n’y aura plus d’URD à l’avenir », a affirmé Coulibaly Kadiatou Samaké, 3e vice-présidente du parti. « La lutte que nous menons n’est pas une lutte pour Boubou Cissé ou pour Igor Diarra, c’est une lutte pour la survie de notre parti », a-t-elle ajouté. Selon la 3e vice-présidente, la candidature du parti à la prochaine élection présidentielle est un autre débat. Ce qui est urgent, dit-elle, il faut un président pour gérer le parti.

Selon Mamadou Hawa Gassama, revendiquant son statut de membre fondateur du parti, la question de nouveaux adhérents ne devait pas ébranler l’URD à ce point. « Nos textes sont clairs : il n’y a pas d’anciens et de nouveaux militants à l’URD », a expliqué Gassama, citant une liste de dix cadres de l’URD qui ont rejoint le parti ces dernières années dont Racine Thiam, Kalilou Samaké, Iba Ndiaye… « Pourquoi la venue de Boubou Cissé et Igor Diarra gène autant ? », se demande Mamadou Hawa Gassama, avec l’énergie et son gestuel habituel.

Non-respect de la fréquence des réunions statutaires, prise unilatérale des décisions par le président intérimaire. Aux dires de Kalilou Samaké, porte-parole du collectif, il a fallu neuf mois pour faire aboutir la seule décision de « remobiliser le parti en vue de la tenue de la conférence nationale ». Au regard de cette situation, le Collectif pour la Sauvegarde l’URD annonce l’organisation le 16 janvier prochain du Congrès extraordinaire pour choisir un nouveau président de l’URD.

Le collectif revendique 2/3 des membres du bureau exécutif national de l’URD. Aussi, il affirme que sur les 56 sections nationales de l’URD, 40 ont déjà confirmé leur participation y compris la section de Sikasso, pourtant dirigée par le Prof Salikou Sanogo, président intérimaire dont la tendance est opposée au congrès annoncé.

 

Mamadou TOGOLA/Maliweb.net

 

Commentaires via Facebook :

1 commentaire

  1. URD should have hard time surviving it keep choosing wrong people to lead it plus wrong ideas to encourage Malian people to support.
    Henry Author Price Jr aka Kankan

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here