PROBABLES CANDIDATS A LA PRESIDENTIELLE : Atouts et faiblesses des forces en présence

0

          L’élection présidentielle arrive à grands pas et l’horizon commence à s’éclaircir quant aux éventuels candidats. Mais d’ores et déjà le doute n’est plus permis sur au moins quatre candidatures à savoir celles du Président sortant ATT, du Président de l’Assemblée nationale IBK, du Président du Parena Tiébilé Dramé et de Oumar Mariko du Sadi. Et depuis un bon moment, chacun dans son style et avec ses moyens essaie de séduire l’électorat à travers le pays ou en fonction des bastions.rn

            Parmi ces quatre, certains sont en contact permanent voire étroit avec des populations, c’est le cas notamment de ATT et de IBK, d’autres par contre font des apparitions circonstancielles.

rn

ATT, grand favori

rn

            Concernant le Président ATT, l’homme dispose aujourd’hui d’un énorme capital politique et de mémoire de Malien, jamais un homme politique n’a bénéficié d’autant de soutien. En effet, ATT n’a jamais souhaité fonder un parti politique car il a autour de lui, dans un consensus cité en exemple, toute ou presque la classe politique malienne. En plus, aux commandes depuis bientôt cinq ans, ATT a eu l’occasion de toucher du doigt les problèmes auxquels les populations sont confrontées sans oublier les grands programmes de développement qu’il a initiés.

rn

            A son actif, ATT peut compter les logements sociaux à travers tout le pays, le désenclavement de plusieurs localités (routes et ponts), la gratuité de la césarienne et des anti-rétroviraux, l’augmentation des salaires des agents de la fonction publique, la loi d’orientation agricole qui permet aux paysans de rouler sur l’or blanc (coton) et en tracteur s’il vous plaît et récemment le Millenium Challenge qui permettra sans doute au Président de faire face à des engagements qu’il a pris lors de son adresse à la nation à l’occasion du nouvel an. Toutes ses actions constituent pour le Président ATT des raisons valables pour demander encore la confiance des électeurs.

rn

            Sur le plan politique, la signature de l’Alliance pour la Démocratie et le Progrès (ADP), est pour le Président ATT le socle d’une éventuelle victoire en 2007. A ce niveau  lorsque des partis comme l’Adema, l’Urd, le Cnid, le Miria, le Psp, le Mpr et les autres décident de traduire leur soutien politique en soutien électoral, le Président sortant peut désormais retrouver le sommeil car rien avant la signature de cette alliance n’était sûr. Ce soutien au Président est si précieux qu’il permet de diminuer les potentiels adversaires à la course à la magistrature suprême du pays.

rn

            C’est vrai qu’en matière d’élection l’administration reste neutre mais le Président ATT part favori pour la présidentielle de 2007 surtout que la fondation que dirige la première dame n’a pas chômé un instant depuis que ATT est au pouvoir. En effet, elle a su rester près des populations tout en recensant leur préoccupation et apportant des solutions disponibles. C’est ainsi que des écoles et des mosquées ont été équipées, des plates-formes multifonctionnelles mises à la disposition des femmes un peu partout au Mali.

rn

            Le Président ATT ne manque donc pas d’atouts pour la prochaine élection mais de là à penser que tout est rose, il y a un pas que l’on se garde de franchir car les attentes des populations restent encore pressantes surtout que les adversaires du Président ne manquent pas à leur tour d’arguments certainement solides pour fustiger sa gestion.

rn

            Comme handicap sérieux au Président ATT, on peut noter la parution il y a quelques mois du document intitulé ATTcratie qui parle de beaucoup de choses d’ailleurs inhérentes à l’exercice du pouvoir. Fort heureusement, le document n’a pas d’auteur officiel et lorsqu’une information n’est pas signée, elle devient n’importe quoi et n’importe quoi vient justement de n’importe qui. Et les confrères ne démentiront certainement pas qu’une information sans auteur n’est pas crédible et les partisans de ATT saisiront à coup sûr cette logique pour battre en brèche les différentes accusations portées sur leur mentor.

rn

IBK, des atouts non négligeables

rn

            Par rapport à IBK, il ne fait aucun doute qu’il est un homme d’Etat, un vrai et que le Rpm est un grand parti au propre comme au figuré. Pour cela, il dispose lui aussi d’atouts non négligeables. Le parti est l’un des rares implantés à l’échelle nationale et à user du courage politique d’occuper le redoutable fauteuil de l’opposition. Une des chances du Rpm est la mobilisation et la détermination de sa jeunesse qui entend jouer tout le rôle qui est le sien lors des élections générales de 2007. Pour réussir cette mission, le parti reste un pionnier quant à la formation des cadres et des militants dans toutes les sections ou presque mais le Rpm traverse depuis des mois une crise structurelle profonde (voir Zénith Balé Nos 925 et 926).

rn

            Le Président IBK doit comprendre que la politique et la navigation obéissent aux mêmes règles c’est-à-dire que pendant les moments difficiles, il faut se délester des poids morts, et puis changer de cap. En terme clair, IBK doit ramener la sérénité chez ses militants et mettre fin à la logique de la victoire absolue que chantent à tout bout de champ les secrétaires général et politique du parti qui ont du coup inculqué aux jeunes que le parti va gagner parce qu’il doit gagner comme s’ils avaient une potion magique. Et si c’était le cas, pourquoi n’ont-ils pas utilisé la potion magique en 2002 ?   

rn

            Autres difficultés auxquelles IBK doit faire face, c’est le fameux document ATTcratie qui incrimine le Président ATT mais qui commence à couper le sommeil au Président de l’Assemblée nationale. En effet, IBK est appelé à comparaître en tant que témoin au procès intenté contre la maison d’édition. Pour ne rien arranger, au moment où IBK soutient n’avoir pas pris connaissance de ATTcratie parce que portant atteinte à la dignité et à l’honneur d’une personne (ATT), le secrétaire général du parti, Bocary Téréta, adresse officiellement des correspondances aux sections de l’intérieur pour qu’elles se prononcent sur le document (cf. lettres Nos 09, 010 et 011 BPN-RPM). Dans ces conditions, c’est IBK qui  dissimule la vérité ou c’est Téréta qui lui jette des peaux de bananes sous les pieds ? En tout cas ce sont là des réalités qui jaillissent au grand jour.

rn

            Le Rpm est aujourd’hui en face de vrais problèmes qui doivent rapidement trouver leur solution avant le début des « hostilités » et au lieu de s’y atteler, certains responsables préfèrent déplacer sur un terrain dangereux.

rn

            ATTcratie en fait donc ne laisse personne tranquille.

rn

Les autres

rn

            Quant au probable candidat du Parena, Tiébilé Dramé, sa candidature relève plus de la passion que de la raison car son parti n’a toujours pas digéré que Tiébilé ait été souillé dans une malversation financière relative au sommet Afrique-France dont il fut le président de la commission d’organisation. En décidant de présenter un candidat, le Parena ne se fait point d’illusion mais seulement essayer de faire ombrage au Président sortant.

rn

            Quant à Oumar Mariko, son cas constitue une constante car dit-il la misère des populations est grande mais malheureusement pour lui, il ne disposerait pas de programme de développement en ce jour à même de lui amener un électorat conséquent. Comme si cela ne suffisait pas, il est de nos jours dépassé par ATT sur son terrain favori à savoir la défense du monde rural.

rn

            Il pourrait y avoir un cinquième candidat à la présidentielle prochaine en la personne de SBM. L’homme a réuni tous les ingrédients pour cela mais avec lui, il faut s’attendre à tout, même les combinaisons et les alliances les plus diaboliques.

rn

            Une autre question qui alimente les états majors des partis politiques, ce sont les conditions à remplir pour pouvoir être candidat. Si tous les candidats ou leurs partis sont en mesure de mobiliser les dix millions de caution, il n’est pas évident qu’ils puissent toujours avoir le parrainage d’élus dans les différentes circonscriptions électorales.

rn

Diakaridia YOSSI

Commentaires via Facebook :

PARTAGER