Campagne de sensibilisation et de vaccination des déplacés internes contre COVID-19 : Grâce à JDH, personne n’est oubliée

0

L’organisation canadienne, Journalistes pour les Droits Humains, en collaboration avec les services du développement social du district, et, l’association Tribune Jeunes pour la Santé et l’hygiène publique et le CSCom de Sénou, a organisé une campagne de sensibilisation sur la vaccination contre le Covid-19, le mardi 28 juin 2022, sur le site des déplacés de Sénou. Pour l’occasion, 120 personnes ont été mobilisées et sensibilisées sur lesquelles 46 ont reçu leurs doses dont 36 femmes.

Une campagne de sensibilisation a été organisée le mardi 28 juin, sur le site des déplacés de Sénou par JDH, en collaboration avec la Direction régionale du développement social de Bamako, le CSCom de Sénou et l’association Tribune Jeunes pour la Santé et l’hygiène publique TRIJESAHY, une association créée en 2017.

TRIJESAHY s’occupe des questions de sensibilisation communautaire notamment contre le Covid-19. Pour la campagne, cette association a déployé une équipe d’animation composée d’un traducteur peulh-bambara, 2 animatrices. Chacune a échangé avec les déplacés sur le Covid-19, les dangers, les moyens de contamination, de protection, le respect des mesures barrières même allégées, l’importance de la vaccination, le nombre de vaccin disponible, les dosages, qui peut se faire vacciner, qui ne peut pas, pourquoi, etc.

Cette activité s’inscrit dans le cadre du projet « Mobiliser les médias pour lutter contre le Covid-19 au Mali » avec le soutien financier d’Affaires Mondiales Canada (GAC). Ce projet vise à communiquer efficacement sur les mesures de santé publique tout en démystifiant la désinformation sur le Covid-19; à encourager la vaccination de masse contre le Covid-19, et à contribuer à réduire son l’impact de la Covid-19 sur les droits humains, en particulier sur les droits des femmes et des filles au Mali.

Les objectifs de cette campagne de sensibilisation sont entre autres : parler de la situation actuelle de le Covid-19 ; expliquer ses risques et impacts sur les personnes notamment les femmes et filles ; présenter les moyens de prévention efficace contre le Covid-19 ; expliquer les avantages liés à la vaccination contre le Covid-19 notamment pour les femmes et filles et enfin, encourager les déplacées internes notamment les leaders, les femmes et jeunes à se faire vacciner sur place contre le Covid-19 à Sénou.

Pour Moro Siaka Diallo, Responsable Projets JDH au Mali, « l’objectif de cette sensibilisation est de faire en sorte que ces personnes déplacées internes, aient accès à des informations crédibles et bénéficient des mêmes droits que les personnes qui vivent aujourd’hui à Bamako près des structures de santé »

Cette séance de sensibilisation a pris fin avec la vaccination de 46 personnes dont 10 hommes et 36 femmes avec le vaccin Sinovac.

« Nous sommes des bergers mais aujourd’hui, nous sommes devenus nous aussi comme des animaux. Nous sommes ici livrés à nous-mêmes. Grace à cette campagne de sensibilisation aujourd’hui, j’ai pu faire ma première dose du vaccin et je suis très contente de l’engouement qu’elle a créé », confie Aïchata Barry, installée sur le site depuis quelques années.

Kadia Barry, installée sur le site ajoute : « je suis très contente de cette campagne de sensibilisation couplée à la vaccination. J’ai appris beaucoup de choses et je connais désormais l’importance du vaccin. C’est surtout grâce à cela que j’ai pu recevoir ma dose de vaccin contre la Covid-19 ».

 

Aminata Agaly Yattara

Cet article a été publié avec le soutien de JDH Journalistes pour les Droits Humains et Affaires Mondiales Canada

 

 

 xxxx

Déplacés internes et vaccins anti-covid-19 :

Le besoin de moyens d’information crédible et efficace

 Le site des déplacés internes de Sénou contient près de 1600 personnes depuis quelques années. Ces personnes qui  ont été obligées de quitter leurs lieux de résidence, sont dans cette zone sans électricité et pratiquement éloignées du reste du monde. Depuis le début du Covid-19, quels ont été les canaux d’information auxquels elles ont accès ? Comment ont-elles été sensibilisées ou informées sur le Covid-19 ainsi que la vaccination ?

Le Covid-19 a fait son apparition en mars 2020 au Mali. Depuis lors, des campagnes de sensibilisations se sont multipliées sur toute l’étendue du territoire.

D’août 2020 à décembre 2021, l’organisation canadienne Journalistes pour les Droits Humains (JDH/JHR) a appuyé pour une première phase, les efforts du gouvernement malien à travers la mise en œuvre du projet « Mobiliser les médias pour lutter contre le  Covid-19 au Mali » avec le soutien financier d’Affaires Mondiales Canada (GAC). Ce projet visait « à communiquer efficacement sur les mesures de santé publique tout en démystifiant la désinformation sur la Covid-19; à lutter contre la propagation de la pandémie et à contribuer à réduire son impact sur les droits humains, en particulier sur les droits des femmes et des filles au Mali », explique Moro Siaka Diallo, responsable Projets JDH au Mali.

« Au regard des contributions du projet et des efforts globaux et nationaux à mieux lutter le Covid-19 à travers la vaccination de masse, une deuxième phase du projet a été conçue et est mise en œuvre par JDH/JHR et ses partenaires au Mali », ajoute Moro Siaka Diallo.

Cette deuxième phase vise à soutenir la stratégie nationale de vaccination contre le Covid-19 révisée en mars 2022 pour encourager les populations à utiliser les vaccins disponibles au Mali contre le Covid-19. Les interventions de cette deuxième phase du projet s’articulent autour des activités de renforcement des capacités des professionnels de médias, la production et diffusion de l’information crédible et efficace et le soutien à l’engagement des organisations de la société civile, des services publics et des communautés en faveur de la vaccination contre le Covid-19.

Selon Astan Diabaté, agent à la Direction nationale du développement social et Assistante gestionnaire des sites des déplacés de Bamako et environs et responsable du site de Sénou, « les informations sur la Covid-19 et la vaccination parviennent aux déplacés à travers les échanges, les causeries-débats, des focus groupes ou des campagnes de vaccination ».

Dans leur programme de gestion des sites, des animateurs interviennent sur ces thèmes. Il y a aussi des organisations qui évoluent dans ce sens. Tous font passer des messages sur le Covid-19 à travers les échanges qui, souvent, se font de façon individuelle. Il y a tout le temps des campagnes de sensibilisation qui sont organisées à leur endroit, aux dires de Mme Diabaté.

Pour sa part, Ibrahima Dia Keita, président de l’association Tribune Jeunes pour la Santé et l’hygiène publique, ajoutera que « nous sommes ici sur le site des personnes déplacées de Sénou avec celles de Dialakorobougou. Les premiers ont déjà reçu leurs vaccins lors des premiers passages. Mais, ce qui est important avec la nouvelle manière de faire, c’est de sensibiliser les déplacés dans leurs langues locales, de leur expliquer les avantages du vaccin et de les motiver à se faire vacciner. C’est une source de motivation supplémentaire pour eux. Je pense que le fait de venir vers eux sous forme de causeries débats est aussi une bonne chose. La stratégie que je trouve efficace ou performante c’est le dialogue interpersonnel, les causeries. Pendant les échanges, ils posent des questions de tout genre sur la vaccination », exprime-t-il.

« Nous sommes une association, poursuit monsieur Keita, qui n’intervient que dans le domaine de la sensibilisation, la mobilisation et l’engagement communautaire. Quand les échanges sont interactifs, la sensibilisation est plus intéressante et cela amène leurs leaders c’est-à-dire les chefs de groupe à intégrer certaines idées. Ainsi, ils acceptent de se faire vacciner et les autres suivent ».

Les déplacés internes ne disposent pas de postes de télévision. Mais, certains ont des radios qui permettent à la communauté de savoir ce qui se passe. En plus, « les causeries qu’organisent les ONG sont des occasions de s’informer », selon Mahamoudou Diagaheté, chef de groupe sur le site des déplacés de Sénou.

Fatoumata Barry abordera dans le même sens en disant que la seule manière pour eux de s’informer sur le site c’est à travers les causeries débats.

 

Aminata Agaly Yattara

Cet article a été publié avec le soutien de JDH Journalistes pour les Droits Humains et Affaires Mondiales Canada

 

 

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here