Santé : La fin de l’épidémie du VIH est-il possible d’ici 2030 ?

0

Un  atelier national portant sur le  dialogue, l’accélération de la riposte contre le VIH SIDA a été  organisé par ARCA-SIDA. Cet atelier de 48 heures a débuté le jeudi le 04 Avril 2019 au Centre AOUA Keïta. Plusieurs personnalités dont les acteurs de la société civile,  le Docteur Fodié Diallo secrétaire exécutif du programme national de lutte contre le SIDA, Moussa Maïga Directeur ARCA-SIDA, Madame la Directrice de l’ONU-SIDA au Mali, Madame  MDIMIRA M. SABIMANA FELICITE étaient présentes à l’atelier.

 En début d’atelier, le Directeur de ARCA-SIDA,  M. Fodié Diallo, a pris la parole pour se pencher sur l’analyse des progrès réalisés par les activités de la société civile dans la mise en œuvre du plan de rattrapage 2018-2020. Il a fait un rappel de ce que l’organisation des nations-unies  a adopté lors de son assemblée générale en juin 2016, la déclaration de politique sur le VIH et le SIDA des nations-unies à travers la stratégie d’accélération de la riposte contre le VIH et la fin de l’épidémie du VIH d’ici 2030. Le Mali a adhéré à cette déclaration en s’engageant à atteindre les cibles d’ici 2020 et d’éliminer le SIDA d’ici 2030. Depuis lors, d’excellentes stratégies ont été adoptées.

Dans ce combat, les organisations de la société civile restent des acteurs et partenaires incontournables.

Son discours a précédé celui de Mme Félicité, qui avant de se prononcer a demandé à l’assistance une minute de silence pour les victimes du massacre d’Ogossogou. Elle est ensuite revenue sur le fait qu’en 2016 aux Etats-Unis les chefs d’Etat et de gouvernement ont pris la décision qu’ils vont tout mettre en œuvre pour l’élimination du SIDA en 2030. Elle a évoqué le fait que l’élimination du SIDA est une question d’accélération, vu qu’il n’y a pas beaucoup de temps avant la date fixée. « On doit mettre toutes les stratégies possibles pour que le SIDA ne soit plus ».

Pour finir la conférence, le Docteur Fodié Diallo a parlé sur le fait que beaucoup de personnes sont tombées à cause du SIDA et que la question est « comment faire pour qu’il n’y ait plus de malade du SIDA? Et comment faire la prise en charge des malades atteints du VIH “. Selon Docteur Fodié Diallo, un monde sans SIDA n’est possible que si les acteurs de la lutte contre le SIDA  multiplient les efforts qui s’imposent.

 

HaouaOuane

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here