Appel Citoyen pour la Réussite de la Transition ‘’ACRT Faso Ka Wele’’ : Soutenir la transition pour mettre les politiciens de 1991 à la touche!

3

Contribuer à la réussite de  la transition malienne qui durera 18 mois, tel est l’unique leitmotiv de l’association dénommée l’Appel Citoyen pour la Réussite de la Transition ‘’l’ACRT Faso Ka Wele’’. Dans cette optique, le jeudi 18 février, ses responsables ont organisé une conférence de presse au siège de la CMAS pour expliquer leur manifeste datant du 5 décembre 2020 et dévoiler leur futur plan d’actions.  Cette occasion a été opportune pour le président de l’ACRT’’ Faso Ka Wele’’ non moins le 4ème  vice-président du CNT, Issa Kaou N’Djim d’appeler le peuple à soutenir son armée et inviter le gouvernement à la bonne communication. Mais surtout de faire l’union sacrée pour mettre à la touche tous les politiques des premières heures de la démocratie malienne, ceux de 1991.

Etaient aussi présents à cette conférence le vice-président de l’ACRT ‘’Faso Ka Wele’’, Moussa Ag El Moctar, la présidente des femmes de l’ACRT Faso Ka Wele ‘’Diawara Zéïnab’’, le président national de la jeunesse Dr HalidouMaïga et les points focaux des différentes communes du district de Bamako et ceux de l’intérieur du pays.

Après le chant de l’hymne national, c’est le vice-président de l’ACRT ‘’Faso Ka Wele’’ qui a pris la parole en faisant la lecture de leur manifeste. Selon lui, leur association a été lancée pour rassembler toutes les forces politiques et sociales du pays et se fixe comme objectifs d’œuvrer activement à la réussite de la transition à travers un soutien politique et populaire. Cela, pour exiger les poursuites judiciaires contre les commanditaires, auteurs, complices des tueries de Sikasso, Kayes et des 10, 11 et 12 juillet 2020 à Bamako. Et d’exiger des poursuites judiciaires contre les auteurs de détournements des deniers publics et la réalisation des audits des établissements publics. Une association, selon lui, dont le mandat  prendra fin  avec la transition politique.

Ainsi, concernant leur plan d’actions, les premières activités en vue, concernent un débat ouvert le 13 mars prochain à Baguinéda à l’endroit des femmes de cette localité et le 7 du même mois, d’un match de football, notamment une finale directe en commune III du district de Bamako.

En sa qualité de président de cette organisation, Issa Kaou N’Djim a fait savoir que la naissance de l’ACRT ‘’Faso Ka Wele’’ s’inscrit dans une dynamique de promotion d’espace politique qui soutient la réussite de la Transition appelant les Maliens, les sensibiliser, les informer et surtout leur partager cette volonté qu’est la réussite de la période transitoire. « Il n’y a pas d’alternatif à la réussite de la transition. Ça doit être une transition qui nous conduit à la refondation de l’Etat, d’améliorer la gouvernance et d’aller à des élections crédibles transparentes tout en prenant en compte des préoccupations majeures du peuple malien, le vivre-ensemble et pour appliquer aussi un accord qui doit préserver notre unité »a-t-il étayé.

Le 4ème vice-président du CNT a appelé à se mettre ensemble et joindre les plus hautes autorités pour le bonheur du pays. Comme message, M. Djim a réitéré leur soutien aux autorités de la transition et d’inviter le peuple à faire confiance aux FAMa. Cependant, il a convié le gouvernement à la bonne communication, « Nous demandons aussi au gouvernement de faire un effort de communication parce qu’il communique très mal…. » a regretté le président Djim.

Vu son soutien indéfectible à l’égard du vice-président de la Transition, le Colonel AssimiGoïta, Issa Kaou Djim lui a sollicité à mettre hors de terrain les politiciens de 1991, car c’est de leur faute si le Mali en est là aujourd’hui, a-t-il déclaré. « Je suis sûr et convaincu que l’imperturbable patriote AssimiGoïta ne va pas brader le Mali. Pourtant, je suis d’accord qu’il nous aide à mettre ces politiciens de 91 à la touche ».

 

Par Mariam SISSOKO

 

Commentaires via Facebook :

3 COMMENTAIRES

  1. Mettons ce pays au dessus de tout car la seule chose qui nous reste pour vivre est ce patrimoine. donc entretenons le jalousement .

  2. Yugo tu as oublie Kagnassy, Soumeylou, Tieblen Konare-Drame, Chogeul, Tall, etc. et si tu sais que la secretaire a ete assassinee dans le palais de Koulouba par son mari car ce dernier etait certain qu’elle allait dans le lit de Boua le ventru IBK ou de son fils Bouba!

  3. Karim KEÏTA, Moussa TIMBINÉ, Tiéman HUBERT, Mahamadou CAMARA, Baber GANO, Boubou CISSÉ, Fily CISSOKO, Racky TALLA, Kamissa CAMARA …. avec qui IBK s’était fait entourer pour gouverner étaient-ils des vieux politiciens de 1991 pour que kaou djim et son beau-père poltron les combattent jusqu’à la chute du régime IBK ? Malgré que IBK se soit entouré de jeunes, son régime a battu tous les records de mal gouvernance, de vol, de détournement, d’incompétence, de gabegie, de violations de droit de l’homme, d’injustice, d’impunité (assassinat d’une employée dans l’enceinte même de la présidence de République en plein jour).

    Cet issa kaou djim n’est pas le problème du MALI mais il fait partie des symptômes du problème. Quant un pays touche le fond, à n’importe quel moment, un farfelu comme cet issa kaou djim peut surgir pour donner conseil sur un sujet que lui-même ne maîtrise pas. Kaou djim doit pouvoir séparer son travail de flatterie du discours National. Il est GAWLO, il est né pour flatter, il peut flatter qui il veut mais il n’a pas la compétence de juger les affaires nationales. La situation actuelle du MALI est due plus à l’incompétence de son armée qu’à celle de ses politiciens. Si le MALI a été le seul pays sur 54 à s’écrouler après la chute de Kadhafi, c’est parce que le guerrier Bambara jette son arme pour prendre la fuite devant l’ennemi. Sinon le MALI n’a même pas de frontière avec la LIBYE.

    Ces militaires que kaou n’arrête de flatter sont ceux-là même qui ont fait le putsch en 2012 pour corriger le laxisme de ATT face à la rébellion. Les deux tiers du pays ont été pris et occupé pendant un an sans qu’ils puissent tirer un seul coup de feu en direction de l’ennemi. Pire encore, ils étaient tous membres de cette commission militaire mise en place pour refonder l’armée Malienne. Pour ce faire, pendant 19 mois ils touchaient chacun une solde avoisinant 4 millions FCFA/mois pour le résultat que vous voyez aujourd’hui. La vraie réforme a été le développement de l’alcoolisme et la prostitution au sein de l’armée. Ce n’est pas en fuyant le terrain pour venir occuper les places et les bureaux des Députés et des Ministres que ces Colonels lâches serviront le mieux leur pays.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here