Confédération des producteurs de coton : Bakary Togola met sur écoute téléphonique un ex-collaborateur

4

Bakary Togola, le président de la Confédération des sociétés coopératives des producteurs de coton (C-SCPC) et président de l’Assemblée permanente des chambres d’agriculture du Mali (Apcam) est décidément abonné aux scandales. Il s’est arrogé le droit de mettre sur écoute les communications téléphoniques de Fadiala Coulibaly, celui-là même qu’il a licencié de son poste de responsable administratif et financier (Raf) de la C-SCPC.

Sacré Bakary Togola. Il est déjà empêtré dans de salles affaires comme des soupçons de détournement d’une vingtaine de milliards de F CFA en sa qualité de président de la Confédération des sociétés coopératives des producteurs de coton et en même temps d’imitation de la signature du PDG de la CMDT, Baba Berthé, dans le cadre d’une commande d’engrais de mauvaise qualité avec un réseau de distributeurs d’intrants agricoles. La nouvelle forfaiture à son arc est cette affaire d’écoute téléphonique orchestrée de son propre chef sur la personne de Fadiala Coulibaly, son ex- Raf, qu’il a licencié abusivement en juin 2019.

Le mardi 30 juillet 2019, Fadiala Coulibaly domicilié à N’Kouralé, dans la Commune rurale de Kalabancoro, près de l’université de Kabala, échappe in extremis à une tentative d’enlèvement des policiers du 4è arrondissement. Ces derniers lourdement armés à bord d’un véhicule débarquent chez lui. En son absence, les policiers en mission trouvent sur place l’une de ses épouses à qui ils déclarent être à la recherche de leur époux et qu’ils sont en mission. Ils ne tardent pas à rebrousser chemin lorsqu’ils ont été informés que Fadiala Coulibaly est parti en ville. Sur leur chemin du retour, ils croisent leur proie accompagnée de deux de ses frères vers le marché de Niamakorokourani. Comme s’ils avaient à faire à un malfrat, les policiers sautent de leur véhicule en pointant leur arme sur M. Coulibaly tout en le forçant à monter à bord de leur engin sous prétexte qu’ils ont un mandat d’amener contre lui, décerné par le procureur de la République près le tribunal de la Commune V. M. Coulibaly refuse d’obtempérer en leur expliquant qu’il souhaite se rendre de lui-même au commissariat puisqu’il n’est pas un bandit de grand chemin.

Arrivé au commissariat du 4è arrondissement, M. Coulibaly s’est vu signifier une plainte du président de la C-SCPC pour “violation du secret professionnel”. Le commissaire abasourdi, puisque mis devant un fait accompli, n’avait rien compris de l’interpellation de M. Coulibaly. A son arrivée, il a rétorqué à ses agents que ce monsieur n’avait pas besoin d’une méthode musclée d’interpellation. Apparemment, bien qu’il ait eu une convocation du procureur de la Commune V, l’arrestation de M. Coulibaly a été organisée par une main invisible au commissariat, à l’insu du commissaire lui-même.

Pour ce qui est de l’accusation de “violation du secret professionnel”, prévue et punie par l’article 130 du code de procédure pénale, le plaignant à en croire son avocat, s’est référé aux entretiens téléphoniques entre Fadiala Coulibaly et un journaliste (votre fidèle serviteur dont une copie est versée au dossier du plaignant) où il a été question des détournements d’argent par Bakary Togola, ses décaissements frauduleux, sa gestion patrimoniale de la confédération, entre autres. La “violation du secret professionnel” est effectivement punie au plan pénal, mais des exceptions sont prévues pour des régisseurs, comptables, responsables administratifs et financiers, etc., qui ont obligation de dénonciation de certains manquements à l’orthodoxie financière au risque de se rendre complices des mêmes pratiques délictuelles.

Le comble dans cette affaire est que la plainte de Bakary Togola était accompagnée d’une copie de la prétendue conversation entre Fadiala Coulibaly et le journaliste que je suis. Il faut normalement une réquisition du procureur pour mettre un citoyen sur écoute téléphonique quel que soit le motif. Si ses conseils lui rendaient service, cette plainte devrait être étouffée avant d’atterrir sur la table du procureur puisque cousue d’irrégularités. Il oublie qu’il peut lui-même être l’arroseur arrosé dans cette affaire, si tout se passait normalement. Son agissement est vraisemblablement la concrétisation de ses propres propos où il dit qu’il ne peut perdre aucun procès au Mali, en ce sens qu’il a les moyens de se payer tous les procureurs de notre pays (diantre !). Comprendre qui pourra.

Il faut noter que la plainte pour licenciement abusif intenté contre lui par M. Coulibaly, s’ouvre ce mardi au tribunal du travail de Bamako. Certainement que sa plainte en “violation de secret professionnel” visait tout simplement à noyer le poisson dans l’eau.

Abdrahamane Dicko

 

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

4 COMMENTAIRES

  1. La personne qui finira pitoyable au Mali c8Bakary Togola. Il prend l’argent des pauvres paysans pour faire de la fête. Il ne sait pas que même s’il fait le griot pour IBK, le jour qu’il aura la preuve contre lui pour des faits de détournements que le sieur Coulibaly lui reproche il ira en prison. Bakary ne vaut pas mieux que tous les paysans du Mali. Il ne connait pas IBK. Juste qu’il sache le sieur Coulibaly est beaucoup plus convaincant que lui.

  2. Vous savez , Dieu peut tout régler . Bakary TOGOLA profite de ses relations d’affaires avec les Présidents de la République , sous ATT et IBK pour terroriser les plus faibles. Mais il oubli l’existence de Dieu. Néanmoins il sait comment ATT a fui le pays? C’est le tour d’IBK, Dieu seul sait quel sort il réservera à celui-ci. Mais Bakary TOGOLA doit savoir qu’il s’en ira avec IBK pour du bon.

  3. M. Bakary TOGOLA , est un griot, comme son journaliste préféré TAKIOU. Celui ci s’est rendu au domicile de TOGOLA pour une interview tendant à le blanchir. Les faits sont têtus , au cours de cet entretien il a été question de M. Fadiala COULIBALY uniquement. Une affaire pendant devant le tribunal pourquoi se livrer à donner une interview . Il doit attendre le verdict de la justice. Mais nous sommes au Mali où tout est possible , sinon de qui Bakary TOGOLA a peur? Il dit que le sieur Fadiala COULIBALY et les membres de sa famille se sont rendus chez lui les mains au dos, pour lui présenter des excuses, que lui TOGOLA a accepté . Ce qui est troublant dans cette affaire, la justice déjà saisie par une plainte de M. Fadiala, pourquoi il n’a pas demandé le retrait de la plainte faite par Fadiala ? Finalement on ne comprend rien. Bakary TOGOLA est paniqué , il dit ne pas perdre de procès avec ses moyens colossaux, alors dans ce cas, attendons le verdict. Aussi il ne doit pas oublier que la justice regorge des cadres valeureux et honnêtes . Malgré ses moyens, il peut perdre ce procès .

  4. Il a raison car à cause des irresponsabilités et des inconsciences des élites actuels du Mali, cet homme peut tout faire sans crainte, c’est le patron des patrons. Seul le tout puissant viendrait à bout de cet homme un jour, sinon il a trouvé le point névralgique des élites maliens d’aujourd’hui, c’est dommage.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here