Dialogue inclusif au Mali : Vers la libération du Général Sanogo

13

Fausse rumeur ou réalité ? En tout cas, l’appel du journal en ligne ‘’Africa Kibaru’’ est sans appel. Il révèle que ‘’le président IBK a changé d’avis et mène des consultations discrètes auprès des partis politiques et des religieux proches du pouvoir, afin de libérer, sans procès, l’ex chef de la junte, le général Amadou Haya Sanogo et ses complices’’.

À en croire le site, le président IBK, auparavant opposé à toute idée de libération de l’ex chef de la junte militaire, le général Sanogo et de sa soldatesque, change d’avis et se dit prêt à accorder la liberté à ces derniers, sans la tenue du procès. « Des consultations discrètes par le cabinet présidentiel sont en cours », signale le site qui précise qu’il  y a « des consultations discrètes autour des partis politiques et des religieux proches du pouvoir ».

À en croire Africa Kibaru, « le vendredi 19 juillet 2019, dans le cadre du dialogue politique, social et inclusif au Mali, sur ordre du président de la république Ibrahim Boubacar Keita, des consultations ont débuté avec les partis politiques et les religieux proches du pouvoir concernant le cas Sanogo et complices ». Aussi, le site ajoute : « Selon plusieurs sources confidentielles concordantes proches du palais présidentiel, le président IBK a donné son feu vert afin que le Général Sanogo et ses complices puissent bénéficier de la liberté sans procès, à la fin des travaux des assises du Dialogue politique au Mali ».

Toutefois, Africa Kibaru insiste que le président IBK ne veut pas être désigné comme l’initiateur de la libération du Gal. Sanogo et ses complices : « Des activistes, des journalistes et des religieux sont payés pour déclencher une campagne en faveur de l’élargissement des ex membres de la junte ».

Pour le site d’information, « le président Ibrahim Boubacar Keita ne souhaite pas être désigné comme l’initiateur du projet de mise en liberté des membres de l’ex junte, une stratégie a été élaborée pour faire semblant ».

Et le site de conclure : « Ainsi, des hommes politiques, des religieux, des activistes et des journalistes tous financés par le pouvoir, joueront la comédie pour demander la clémence au président IBK afin que la libération du général Amadou Aya Sanogo et complices soit accordée avant la fin des assises du Dialogue national ».

Mariam Konaré

Commentaires via Facebook :

13 COMMENTAIRES

  1. FAAROHW DISENT! A BAS LA JUSTICE ABRAHAMIQUE! POUR NE PAS DIRE L INJUSTICE A L ABRAHAMIQUE! JUGEZ OU LAISSEZ LE ALLER CHEZ SOI!

    …c est bizare non,…
    ON NE JUGE PAS SANOGO
    ON NE LIBERE PAS SANOGO

    …SANOGO FAIT PEUR A DES GENS!…
    …SANOGO EST DEVENU LE NELSON MANDELA DE L ESCROQUERIE RELIGIO-POLITIQUE AU MALI!….
    …SANOGO EST LE PRISONIER DE CONSCIENCE DE LA STUPIDOCRATIE MALIENNE!….

    …DES QUE L ON DIT CE NOM SANOGO, IL YA DES MALHEUREUX DEMAGOGUES ET HYPOCRITES DE TOUT BORDS QUI COMMENCENT A POUSSER DES LAMENTATIONS ET DES GEMISSEMENTS….

    LA QUESTION
    POURQUOI MEME DETIENNENT ILS SANOGO? …

  2. Quels sont les crimes reprochés au Général Sanogo ? Est-ce qu’il est en prison pour avoir fait un coup d’État ou pour avoir fait déjouer un contre-coup d’État ? Dans les deux cas, il doit être en prison, mais pas tout seul. Le président ATT et le président Moussa Traoré ont tous les deux fait des coups d’État…
    Concernant l’affaire des bérets rouges, ils n’ont pas été tués à Kidal ou à Gao au front à la défense de leur pays, mais bien à Kati et à Bamako à la recherche du pouvoir.
    Il faudrait mettre en place une police militaire et un tribunal spécial pour juger des cas similaires.

    • À ce que je sache, ni Sanogo, ni qui que ce soit n’a été arrêté pour avoir tué les Bérets Rouges. Ce crime et le Rodéo qu’ils ont joué dans les rues de Bamako ont été leurs faits d’armes pour devenir tous Général. C’est d’autres faits qui les ont amené en prison pour que l’on aille déterrer les corps et revenir sur cette affaire de Bérets Rouges. ,💡💡💡💡💡

  3. Si cette assertion est vraie, d’autres injustices et impunités seraient nées, que dirait ce régime aux familles des personnes tuées par ce militaire bandit de grand chemin? C’est des injustices et des impunités comme çà qui ont conduit là où nous sommes actuellement. Continuez vos injustices et vos impunités, nous verrons comment ce pays pourrait être mis sur les rails. Les ténors de ce pays depuis la nuit des temps ont conduit les affaires de façon injuste et dans l’impunité totale, il est temps et grand temps que les pouvoirs maliens se ressaisissent rapidement pour mettre ce pays sur les rails, sinon lorsque sa s’embraserait, le Mali deviendrait la Somalie, nous sommes sur cette rame de lancement.Attention pour les pouvoirs!

  4. Ne faites jamais confiance de ce que dise l’importe qui sur facebook¡ Cette MARIAM KONARE ne dit pas de verité , je me rappele de certains de ses articles qui resultent negatifs.

    • La libération sans procès serait un précédant fâcheux contre la démocratie, les politiques et même pour Haya. Car la justice et la sanction qui en découlent ne sont pas contre l’espèce humaine. Elles permettent aux délinquants de s’amender et de ne plus reprendre leur forfait. Elle sert d’exemple pour ceux qui n’ont pas encore commence leur entreprise délicieuse. Si Haya est libéré sans jugement, elle sera prescrite dans la jurisprudence, pour établir l’équité entre les citoyens. Dorénavant, on peut tuer sans s’inquiéter de jugement quelconque. Cet état entraine à la fois l’injustice et le désordre.

      • La libération Amadou AYA, sans procès serait un précédant fâcheux contre la démocratie, les politiques et même pour Haya. Car la justice et la sanction qui en découlent ne sont pas contre l’espèce humaine. Elles permettent aux délinquants de s’amender et de ne plus reprendre leur forfait. Elle sert d’exemple pour ceux qui n’ont pas encore commencé leur entreprise délicieuse. Si Haya est libéré sans jugement, elle sera prescrite dans la jurisprudence, pour établir l’équité entre les citoyens. Dorénavant, on peut tuer sans s’inquiéter d’un jugement quelconque au Mali. Cet état de fait, entraine à la fois l’injustice et le désordre.

        • ” … Elle sert d’exemple pour ceux qui n’ont pas encore commencé leur entreprise délicieuse… ” … /// …
          :
          Tu voulais dire…, ” … qui n’ont pas encore commencé leur entreprise …, délictueuse… ” ???

  5. ……… Et pouquoi ne pas le faire participer au dialogue en même temps??????? La seule bonne raison qu’il soit libéré est qu’il a des révélations importantes qu’il peut faire contre le régime actuel!!!!!!!!

  6. Il ne s’agit pas de libérer AMADOU AYA SANOGO, mais d’empêcher la ténue du procès.
    IBK a le souci de sauver les têtes de certains membres du clan cités par le GENERAL CAMARA.
    Les maliens ont maintenant suffisamment d’éléments pour comprendre qu’Ibk ne gère pas le Mali, mais un clan.
    La solidarité est de rigueur entre les membres comme dans le ghetto.
    Malheureusement pour eux, le cas SANOGO est suivi de prêt par la communauté internationale.
    Si le Mali se montre incapable de juger l’affaire des bérets rouges, c’est la CPI qui se saisit du dossier.
    Les avocats de la famille des bérets rouges ne seront pas inactifs.
    Le clan IBK, comme tous les clans qui règnent en Afrique, est insensible aux souffrances des plus démunis
    L’esprit qui a guidé ce peuple à faire le choix démocratique est dévoyé depuis l’arrivée d’IBK au sommet de l’État
    AU LIEU DE DIRIGER LE PAYS AVEC UNE MAJORITÉ PARLEMENTAIRE COMME PRÉVU DANS LA CONSTITUTION, IBK A FORMÉ UN CLAN AUTOUR DE LUI QUI A REMPLACÉ CETTE MAJORITÉ.
    Le système inspiré de BONGO fonctionne à souhait actuellement au Mali car tous les membres ont pu placer des sommes colossales dans les paradis fiscaux comme l’ont fait les membres successifs du clan BONGO pendant plus de quarante ans.
    Il s’agit maintenant de préserver l’avenir.
    Le procès des bérets rouges peut jouer sur la cohésion car des révélations poussant certains à sauver leurs têtes affaiblirons le régime, peuvent provoquer un soulèvement populaire les obligeant à abandonner le pouvoir pour aller gérer les sommes colossales placées à travers le monde.
    OSER LUTTER, C’EST OSER VAINCRE !
    La lutte continue.

  7. IKB, SANOGO : même pipe même tabac, c’est les fossoyeurs du Mali !
    Les imbéciles qui disent que IBK aime le Mali, et nous autre nous n’aimons pas le Mali ? On sait qu’il y a eu un deal entre ces deux et pas pour l’avenir du Mali mais pour leur intérêt nauséabonde.
    Comme dit IBK, DIEU nous regarde tous ! Espérons qu’il fini bien son mandat !

  8. ” … le président IBK a changé d’avis et mène des consultations discrètes auprès des partis politiques et des religieux proches du pouvoir, afin de libérer, sans procès, l’ex chef de la junte, le général Amadou Haya Sanogo et ses complices… ” … /// …

    :
    Sidérant… !
    Quand il l’a fait mettre en prison, est ce que il a eu besoin de ” l’Avis ” des Partis politiques et des Religieux… ?
    Qu’est ce que les Religieux ont à avoir la dedans… ? C’est normalement pas leur affaire… !
    La plupart des Partis politiques et surtout leurs Leaders détestent le Général SANOGO…
    Après le putsch, il en a mis bon nombre en prison. Et IBK veut aller demander à ces Gens, s’ils veulent bien l’autoriser à faire libérer le GÉNÉRAL… ?
    Si IBK prend ce chemin là, ça veut dire tout simplement qu’il a pas envie de faire libérer SANOGO. Sinon, s’il a besoin d’une caution morale pour faire libérer le GÉNÉRAL et ses codétenus… Il aurait pu le faire quand les Épouses de ces derniers ont maintes fois marché pour demander à ce que leurs conjoints, soient ou jugés ou libérés, parce que le délai légal de détention provisoire était épuisé depuis déjà longtemps, ce qui est pas normal dans une démocratie.
    En fait, si le GENERAL est en prison…, c’est pas du tout à cause de la mort de bérets rouges ou un règlement de compte entre putschistes et contreputschistes… !
    SANOGO et ses compagnons ont été mis en prison dans le seul but de permettre à IBK de gouverner tranquille sans avoir au-dessus de sa Tête, l’Épée de Damoclès d’un retour de la JUNTE qui a renversé ATT, par un nouveau putsch.

  9. ” … le président IBK a changé d’avis et mène des consultations discrètes auprès des partis politiques et des religieux proches du pouvoir, afin de libérer, sans procès, l’ex chef de la junte, le général Amadou Haya Sanogo et ses complices… ” … /// …

    :
    Sidérant… !
    Quand il l’a fait mettre en prison, est ce que il a eu besoin de ” l’Avis ” des Partis politiques et des Religieux… ?
    Qu’est ce que les Religieux ont à avoir la dedans… ? C’est normalement pas leur affaire… !
    La plupart des Partis politiques et surtout leurs Leaders détestent le Général SANOGO…
    Après le putsch, il en a mis bon nombre en prison. Et IBK veut aller demander à ces Gens, s’ils veulent bien l’autoriser à faire libérer le GÉNÉRAL… ?
    Si IBK prend ce chemin là, ça veut dire tout simplement qu’il a pas envie de faire libérer SANOGO. Sinon, s’il a besoin d’une caution morale pour faire libérer le GÉNÉRAL et ses codétenus… Il aurait pu le faire quand les Épouses de ces derniers ont maintes fois ont marché pour demander à ce que leurs conjoints, soient ou jugés ou libérés, parce que le délai légal de détention provisoire était épuisé depuis déjà longtemps, ce qui est pas normal dans une démocratie.
    En fait, si le GENERAL est en prison…, c’est pas du tout à cause de la mort de bérets rouges ou un règlement de compte entre putschistes et contreputschistes… !
    SANOGO et ses compagnons ont été mis en prison dans le seul but de permettre à IBK de gouverner tranquille sans avoir au-dessus de sa Tête, l’Épée de Damoclès d’un retour de la JUNTE qui a renversé ATT, par un nouveau putsch.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here