Emeutes de Dianeguela : Deux policiers blessés, des manifestants arrêtés

0

La révolte des habitants de Dianéguéla (Commune VI) pour l’évacuation du dépôt de transit du quartier a pris une nouvelle tournure hier. Les manifestants et les forces de l’ordre se sont affrontés près du dépôt. Dans les échauffourées, un véhicule de la police s’est renversé avec une dizaine d’agents à bord. Deux d’entre eux ont été grièvement blessés. Plusieurs manifestants ont été arrêtés.

 

Le dépôt de transit de Dianéguéla suscite depuis samedi dernier la révolte des populations du quartier. Elles exigent à la mairie l’évacuation pure et simple de cette montagne d’ordures qui ne cesse de prendre de volume et qui devient source de maladies pour les résidents. Pour cela, les populations manifestent depuis le 14 novembre.

Mais c’est le lundi que les habitants ont entamé des actions vigoureuses pour se faire entendre. Ils ont passé toute la matinée à brûler des pneus sur les différents axes dans le quartier et au-delà. Du dépôt, qui se situe sur la route de Missabougou près du groupe scolaire du quartier, en passant par le marché jusqu’à la mairie Magnambougou, ils ont déversé les ordures partout. Ils sont allés jusqu’à couper la route de Missabougou vers le petit soir lundi.

Le hier, tôt le matin, les habitants, notamment les jeunes du quartier ont commencé avec le même scénario. D’abord, un groupe de jeunes a fait le tour dans plus dizaine d’établissements scolaires de leur quartier et de Magnambougou pour sortir les élèves et jusqu’au lundi prochain afin qu’ils manifestent.

Peu après, les manifestants se sont regroupés au tour du transit pour planifier la journée. La première des choses a été de couper à nouveau l’axe de Missabougou. Quelques minutes plus tard, les forces de l’ordre sont arrivées sur place à bord de trois pick-up. Elles étaient armées de gaz lacrymogène pour disperser les manifestants dont certains étaient armées de lance-pierres.

Aussitôt, les deux camps se sont affrontés. Gaz lacrymogène contre lance-pierres. Les policiers dans leurs véhicules ont pourchassé les manifestants qui leur jetaient des cailloux. C’est au niveau du groupe scolaire à quelque 100 mètres de la montagne d’ordures qu’un pick-up, à bord une dizaine de policiers, s’est renversé, blessant grièvement deux policiers. Il semble qu’ils ont eu les jambes fracturées.

Les forces de l’ordre ont pu arrêter des manifestants. Face à la gravité de la situation, la mairie de la Commune VI et le commissariat du 7e arrondissement se sont réunis en toute urgence pour trouver une issue à la situation qui risque de s’étendre à toute la Commune.

En tout cas, les jeunes de Dianéguéla restent déterminés à poursuivre leur mouvement jusqu’à la satisfaction de leur demande : l’évacuation de la montagne d’ordures.

Maliki Diallo

PARTAGER