Face à la recrudescence des attaques terroristes : L’ATIR propose qu’au 37% du budget soit mis à la disposition des FAMa

3

Dans une déclaration qui a sanctionné la conférence des présidents le 30 juillet 2022, l’ATIR (Alliance pour une Transition Intelligente et Réussie), suite à la recrudescence des attaques terroristes ces derniers temps, estime que le gouvernement doit s’appliquer à mettre en place un budget de guerre, 37% au moins de notre budget à la disposition des Forces de Défense et de Sécurité et à procéder à un recrutement massif dans l’Armée. Lisez la déclaration signée du Pr El Hajj Younouss Hamèye Dicko, président de l’ATIR.

La Conférence des Présidents de l’Alliance pour une Transition Intelligente et Réussie (ATIR), lors de sa réunion du Samedi 30 Juillet 2022, entre autres, a examiné avec soin la situation politique et socio-sécuritaire de notre pays.

​L’Alliance suit avec la plus grande attention les agressions et raids menés contre nos FAMA : Douentza, Kolokani, Koro, Bapho, Ségou, Mopti(21/07/22), Kati (22/07/22), Sévaré (24/07/2022), Kalumba, Sokolo et Mopti (27/07/22), Sévaré (28/07/22) soit douze (12) attaques en une semaine.

Cette recrudescence, le symbole de la ville garnison de Kati attaquée, la coordination des actions terroristes, pousse l’Alliance à demander encore plus de vigilance aux FAMA et à nos services de renseignement antiterroristes. ATIR félicite cependant les Forces Armées Maliennes pour avoir repoussé les attaques avec vigueur en infligeant une défaite cuisante à l’ennemi.

ATIR rappelle à la population son rôle indispensable de veille et de soutien ferme et permanent aux FAMA dans la lutte âpre et sans merci qu’elles mènent contre les forces du mal.

Nous invitons les FAMA à poursuivre, combattre et détruire, sans état d’âme, les auteurs de ces attaques et à remplir pleinement leur mission régalienne de sécurisation, de protection des personnes et de leurs biens, d’occupation et de pacification des zones concernées et ATIR leur assure un soutien indéfectible dans cette tâche ardue.

​ATIR estime que le gouvernement doit s’appliquer à mettre en place un budget de guerre, 37% au moins de notre budget à la disposition des Forces de Défense et de Sécurité et à procéder à un recrutement massif dans l’Armée. 

​ATIR pense que si Tessalit doit être le verrou que l’ennemi ne doit pas être en mesure de faire sauter, KATI, lui, est le noyau de l’ATOME MALI que l’ennemi ne doit jamais avoir à la portée de ses armes. Le Mali doit aussi admettre qu’en plus du terrorisme, il a des ennemis politiques qui ne cesseront pas de le harceler durant tout le temps de la transition par les provocations, les manipulations, la propagande, les menaces d’intervention de l’OTAN, de la création de forces anti-putchs, mais notre peuple est majeur et fera échec à ses ennemis du dedans et du dehors.

​A l’insécurité s’ajoutent les manipulations de la MINUSMA par nos ennemis ; le 10 juillet 2022, des avions, au nom de la MINUSMA, atterrissent à l’Aéroport Modibo Keita avec 49 mercenaires ivoiriens qui se font immédiatement arrêtés par les autorités maliennes. Ainsi la MINUSMA crée un incident diplomatique entre la Cote d’Ivoire et le Mali ! La MINUSMA est en réalité manipulée par ses employeurs ennemis du Mali et qui l’ont amenée chez nous pour achever leur dessein qui est la partition du Mali. 

​La MINUSMA pèche par sa mission et par sa composition :

” Elle est au Mali pour s’interposer entre l’Etat et les rebelles. Or au Congo où elle est depuis 1961, puis en Somalie, en Centrafrique et en Lybie, on se bat juste pour prendre le pouvoir ou pour le partager ; au Mali les rebelles voulaient l’indépendance et les terroristes veulent nous prendre notre pays ; tandis que l’Etat défend l’intégrité territoriale et la Nation. A quoi sert la MINUSMA, si elle ne peut pas s’interposer ? Elle doit changer de paradigme et soutenir exclusivement les intérêts de la nation malienne.

” La MINUSMA pèche par sa composition. Elle est source de brouilles et de frictions entre le Mali et des pays frères voisins dont certains sont notoirement manipulés contre le Mali.

” ATIR pense qu’il faut revoir la composition de la MINUSMA : Ne plus y admettre les troupes des pays voisins car ” le voisin ” ne doit pas connaitre le fond de votre case et aussi pour des raisons stratégiques.

L’Alliance soutient totalement les Autorités maliennes dans leur démarche méthodique, objective et quasi scientifique de faire la lumière sur cet incident. 

” Vive les FAMA.

” Vive le Mali Eternel.

 

Bamako, le 30juillet 2022

Le Président d’ATIR

 

Pr El Hajj Younouss Hamèye DICKO

Commandeur de l’Ordre National du Mali

Chevalier de l’Ordre Internationale des Palmes Académiques du CAMES

Ancien Ministre

 

Commentaires via Facebook :

3 COMMENTAIRES

  1. “Inassoum ou les temps de la baraka ! ” 37 pour cent du budget pour l’armée. C’est une bonne proposition, mais et l’éducation, la santé ? Il faut quand même être réaliste

  2. Si les FAMA ont besoin de 50% du budget national comme le disait Choguel il faut leur donner cette somme car il y a rien au dessus de la sécurité des Maliens et de leur souverainite nationale et leur indépendance et liberté!

  3. Pour avoir des ressources il ne faut pas les dilapider en les donnant aux pilleurs chinois ou russes.

    Le Mali vaincra si ces profiteurs dégagent.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here