Forum Génération Egalité : nouveau cap sur le droit des femmes maliennes

0

En simultané – via le numérique – avec Paris et plusieurs autres capitales du monde, Bamako a célébré le 26e anniversaire de la Déclaration de Pékin. L’évènement a été marqué, ce mercredi 30 juin, par une conférence-débat à l’Institut français de Bamako.

 

maliweb.net- « Les organisations maliennes engagées dans la lutte contre les VBG ». C’est le thème de la conférence-débat animée à Bamako en marge du Forum Génération Egalité (FGE). Un forum international organisé par ONU-Femmes, du 30 juin au 2 juillet 2021, à Paris. Le FGE, coprésidé par la France et le Mexique, marque le 26e anniversaire de la Déclaration de Pékin. Il y a 26 ans, dans la capitale chinoise, les Etats du monde s’engageaient sur le premier grand texte international pour la défense des droits des femmes.

 

« Le Mali a ratifié l’ensemble des conventions relatives aux droits de la femme et à l’égalité des sexes », a indiqué Awa Mah Camara, membre du réseau des féministes de l’Afrique de l’Ouest. A l’instar des autres pays, a-t-elle ajouté, les violences faites aux femmes sont une réalité au Mali. « Nous voulons pousser les uns et les autres à plus de réflexion au Forum génération Egalité », a affirmé Awa Mah Camara.

 

Le FGE, a expliqué la représentante adjointe d’Onufemmes au Mali Marie Pierre Racky Chaupin, vise à créer des « synergies et des engagements forts » afin d’aboutir à des avancées et des résultats tangibles en matière de genre. Pour obtenir ces résultats, les Etats seront jugés sur six thématiques, à savoir : les violences basées sur le genre, les droits et la justice économique, les droits sexuels et reproductifs, l’action féministe pour le climat, la technologie et l’innovation sensibles au genre, le leadership des mouvements féministes.

 

Avec le Forum Génération Egalité le Mali et le monde mettent un nouveau cap sur le droit des femmes. Un cap qui sera marqué par des engagements. Longtemps, les Etats ont signé des déclarations pour ne pas agir après. « Aujourd’hui, on ne demande pas de déclarations mais des engagements qui seront évalués tous les cinq ans », a déclaré Nadège Chouat, Conseillère de coopération à l’Ambassade de France.

 

Mamadou TOGOLA/maliweb.net

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here