Gouvernance : Katilé se lâche sur la démocratie malienne

5

Parlant de la situation socio-économique du Mali, Yacouba Katilé, le tout nouveau président du Conseil économique, social et culturel du Mali s’est montré peu tendre. Selon lui, la situation du pays est compliquée depuis un certain temps, surtout par rapport au problème d’insécurité. Mais c’est au sujet de la démocratie qu’il s’est montré dur. « Depuis un certain temps, on peut parler de décennies d’ailleurs, puisqu’après mars 91, tout le monde a applaudi l’avènement de la démocratie ».

Et Katilé de poursuivre en expliquant que la démocratie malienne a aussi des torts, des défauts qu’il convient de corriger rapidement. « Il y a des emprunts, que ce soit au niveau de la Constitution, que ça soit au niveau d’autres instruments juridiques, il y a des emprunts qui souvent ne cadrent pas trop avec les réalités de nos cultures, de notre façon de vivre. Malheureusement, tout est calqué sur ce qui se passe ailleurs et on veut coûte que coûte passer cela au niveau du pays.Ce qui fait qu’il y a beaucoup de difficultés », a-t- il laissé entendre lors de sa première interview accordée à la presse en tant que président du Conseil économique, social et culturel du Mali.

Selon lui, à cause de cela, certains pensent qu’ils sont un peu mis en marge dans la gestion de la chose publique. Comme solution, on a eu à faire recours à la décentralisation. Ça commence à aller maintenant, selon Katilé qui a rappelé qu’à un moment donné il y a eu beaucoup de difficultés. « Si le transfert de compétences est devenu une réalité, Katilé indique qu’au plan financier et économique, il y a des difficultés. On n’arrive pas du tout à concilier les deux ; ce qui pose beaucoup de problèmes à plusieurs niveaux », a-t- il dit.

Beaucoup de voix s’élèvent contre le maintien du Conseil économique social et culturel, la 8è institution du pays. C’est mal connaitre l’institution que de demander une telle chose. Pour lui, c’est une institution qui a une importance capitale. « Malheureusement, on ne cherche pas trop à comprendre. On pense que c’est une institution de trop, une institution inutile.Mais en réalité, lorsqu’on fait le tour du monde, on se rend compte que c’est une institution importante ».

Il soutient que le Conseil économique, social et culturel est chargé des conseils auprès des autorités, que ce soit le président de la République, le gouvernement ou l’Assemblée. C’est pourquoi chaque année elle fait ses missions de recueil auprès de la population à la base, à l’’intérieur du pays et à Bamako. Mais aussi au-delà, à travers la diaspora, auprès des Maliens établis à l’extérieur pour s’imprégner de ce qu’il y a comme difficultés par rapport à la situation du pays.

Katilé a bien conscience que certains pensent qu’il représente maintenant une institution budgétivore et insignifiante. Mais il rétorque qu’un conseiller au niveau du Conseil n’a comme indemnité que 75 000 FCFA. Cela fait des années, et ça ne donne pas l’engouement à certains qui, dans le cadre professionnel, sont dans les fonctions libérales et qui sont en train de travailler dur. « S’il faut qu’ils arrêtent tout et venir consacrer leur temps au niveau du Conseil économique pour recevoir comme indemnité 75 000 FCA, ça décourage beaucoup de gens », a-t-il affirmé. « On met les gens en mission, il faut mettre également les moyens ».

Oumar KONATE

 

 

Commentaires via Facebook :

5 COMMENTAIRES

  1. Bien sur M.Katilé : selon la loi 92-031 (qui n’a pas été abrogé il me semble)
    1)le Président du CESC bénéficie de la gratuité du logement, téléphone, eau et électricité ( article 34)
    2) les membres du bureau bénéficient d’une indemnité mensuelle basée sur l’indice 650 de la fonction publique (article 35)
    3) l’indemnité de session (en plus du remboursement des frais de transport) est des 3/4 de celles des députés (article 33)
    De plus sachant que le Mali n’a fait que copier une institution française dont l’utilité est elle même contesté la bas il ne faut pas exagérer……

  2. Effectivement KATILE quand on met quelqu’un en mission, il faut bien le rémunérer, mais il faut aussi que celui-ci montre ses résultats au peuple, la redevabilité est une nécessité qu’il faut respecter afin que le peuple sache ce que vous faite au sein de cette institution. Au Mali, depuis la nuit des temps aucun cadre ou élite se trouvant au sein de nos institutions ne se sente redevable vis-à-vis du peuple, cela s’appelle une aberration. Il faut rende compte au peuple afin qu’il puisse connaître l’importance de la mission qui vous été affecté, cela est une nécessité absolue pour le bon fonctionnement de la cité et garantir et instaurer la confiance entre le peuple et ses institutions.

  3. Katile a trop profite de cette democratie. Hier c’etait les millions du syndicalisme et des conseils d’administration.Aujourdh’hui c’est le Conseil Economique et Social.

    • Avant tout cela, c’était le vol pur et simple comme le font les autres de son espèce. En fait, le problème du Mali est engendré moins par la democratie que par ce vol impuni.

  4. Katile’, IL N’ Y A PAS DE DEMOCRATIE AU MALI!!!
    ANKANA AN YERE’ NEGUEN!!!!! CE SONT LES MILITAIRES QUI GOUVERNENT PAR LA FORCE DU CANON. CELA DOIT SIGNIFIER QUELQUE CHOSE!!!!
    THE FLEECING OF MALI CONTINUES!!!!!

Répondre à LE ROI BITON DE SEGOU Annuler

Please enter your comment!
Please enter your name here