Mali : Des associations de jeunes manifestent en faveur de la prolongation du délai de la transition

7

Hier vendredi 13 août, à la bourse du travail de Bamako,  plusieurs mouvements de jeunes ont battu le pavé  pour  demander une prolongation de la durée de la transition qu’ils jugent nécessaire.

maliweb.net -Les portraits du Colonel Assimi Goïta, Président de la transition, et  ceux des  quatre autres colonels qui ont  pris le pouvoir  il y a un an par les armes affichés  devant et dans la Cour de la Bourse du travail.  De nombreux jeunes initiateurs du meeting  se sont succédés sur la tribune installée pour la circonstance  pour tenir un seul message : prolonger la durée de la transition.

«Les dirigeants qui ont plongé le pays dans  ce gouffre à cause de leur mauvaise gestion ces 30 dernières années se sont les mêmes qui mènent aujourd’hui la pression sur les militaires pour  que le délai de la transition se limite à 18 mois », lance un manifestant, qui rétorque, « Nous ne sommes pas d’accords. Oui, pour la prolongation de la durée de la transition ».  Le seul conseiller municipal, présent lors de ce meeting, Sidi Dembélé pense qu’aucune disposition n’est réunie  pour organiser des élections. «  Certains politiciens voudront qu’on aille coûte que coûte aux élections quid à sacrifier des maliens. Mais, nous disons que nous n’irons pas aux élections tant que les cultivateurs sont empêchés d’aller au champ, tant que les braquages et les massacres continuent », prévient cet élu local qui  propose de prolonger la transition jusqu’à 2023  pour permettre aux militaires de sécuriser le pays.

Mamadou Sidibé, l’un des organisateurs du meeting à une analyse différente.  Pour lui,  si  plusieurs dignitaires du régime précédant manœuvrent   pour que la transition prenne fin rapidement, c’est parce qu’ils ont peur d’être poursuivi par les autorités de la transition en justice. «  La justice a décidé de poursuivre des anciens premiers ministres et des ministres devant la Haut Cour de justice. Voilà ce qui explique leur agissement », nous confie ce jeune manifestant.

Au Mali,  le sujet de la prorogation de la transition domine tous les débats sur les réseaux sociaux, les plateaux télé et dans les bureaux.  Courant cette semaine,  les membres du Conseil national de transition ont organisé un atelier au cours duquel  presque tous les participants se sont  montrés favorables à une prolongation du délai de la transition. Aboubacar Sidiki Fomba, membre de cet organe législatif de la transition, propose de  réviser  préalablement  la Charte de la transition. Cette approche, selon lui, aura plus davantage de résoudre le problème du délai, mais aussi de baliser le terrain en vue d’aller aux réformes annoncées.

Au même moment,  une grande partie de la clase politique était réunie dans un hôtel de Bamako pour dire ‘’niet ‘’ à un éventuel projet de prolongation.  Pour elle,  réformes ou pas,  il faut aller aux élections avant  le 25 mars 2022. La question continue de diviser la classe politique.  Le Président   et le premier ministre de la transition, Col Assimi Goïta et Dr Choguel Kokala Maïga,  continuent de rassurer la communauté internationale qu’ils respecteront  les engagements indiqués dans la charte de la transition.

Siaka DIAMOUTENE/Maliweb.net

Commentaires via Facebook :

7 COMMENTAIRES

  1. Ces jeunes seront déçus. J approuve le coup d état intervenu, mais je soutiens pas la prolongation de la transition sans des résultats pratiques satisfaisants pour le peuple sans condition: ex la sécurité dans le pays, arrêt de l hémorragie financière. Les djadistes terroristes bandits ecrasent des villages sous le nez des militaires auxquels on refuse l ordre d intervenir.

  2. N’ont ils pas d’autres souci que la longueur de la transition ?
    En 11 mois qu’est ce qu’ils ont apportés surtout côté SÉCURITÉ ?
    Ceux qui veulent aller vite certes veulent profiter de leurs argents et de l’ancien système de tricherie mais les colonels aussi n’ont pas de vision pr ce pays. Ils naviguent a vue.
    Jeunesse faite attention?

  3. Alors, il faut proroger et reproroger cette Transition. On verra bien si vos colonels qui négocient avec les tueurs de femmes et d’enfants pourront nous en débarrasser, on verra bien ceux qu’ils peuvent réussirent à la tête de l’Etat qu’ils ont échoué à réussir au front. Ainsi aussi, les membres d’un CNT illégitime pourront-ils continuer à toucher leurs émoluments illégitimes. Ainsi, naîtra une autre dynastie de la pègre armée.
    Même si le diable en personne prend le pouvoir au Mali, il aura ses adeptes.
    Vive nous.

  4. Courant cette semaine, les membres du Conseil national de transition ont organisé un atelier au cours duquel presque tous les participants se sont montrés favorables à une prolongation du délai de la transition. Aboubacar Sidiki Fomba, membre de cet organe législatif de la transition, propose de réviser préalablement la Charte de la transition.
    Le CNT a surement jugé nécéssaire la prolongation de la transition et cette demade du CNT est surement bien fondé . Seul ke CNT sait combien de temps faudrait-il pour ramener le pays à un stade stable pour le peuple . Je suis de l´opinion que le peuple Malien doit patienter et accoder au CNT la duré de transion ilimitée pour accomplir les tàches que ses membres ont à mener à bout .

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here