Nomination à la cour Suprême : 25 magistrats prêtent serment

L’effectif de la Cour suprême du Mali a été renforcé de 25 magistrats de grade exceptionnel, nommés pour servir dans ses différentes chambres, notamment les sections des comptes, judiciaire, administrative et le parquet. Ces magistrats ont été officiellement renvoyés à leurs fonctions, le jeudi 26 novembre 2015, par le président de la République Ibrahim Boubacar Keïta, au cour de la cérémonie de la rentrée judiciaire, au Cicb.

0

Les 25 membres nouveaux membres de la Cour suprême ont prêté serment conformément à l’article 9 de la loi n° 96-071 du 16 décembre 1996, portant loi organique fixant l’organisation, les règles de fonctionnement de la Cour suprême et la procédure suivie devant elle. Dans ses dispositions, le texte stipule : «avant son entrée en fonction, tout membre de la 4è institution du pays prête serment, en audience solennelle présidée par le président de la République ».

Même s’il déplore certaines méthodes de travail de la Cour suprême, le bâtonnier de l’Ordre des avocats du Mali, Me Seydou Sidiki Coulibaly, a félicité les impétrants pour leur brillant parcours professionnel et les a exhortés à apporter leur contribution au niveau de cette instance. Le Bâtonnier de l’Ordre des avocats a plaidé pour qu’il y ait des magistrats professionnels et consciencieux pour une justice efficace.

Après lecture de la formule consacrée de la prestation de serment, le président Ibrahim Boubacar Keïta a renvoyé les 25 nouveaux membres de la Cour suprême à l’exercice de leurs fonctions.

Boya Dembélé parmi les récipiendaires             

Précédemment Secrétaire général du ministère de la Justice et des droits de l’homme, le magistrat Boya Dembélé figure parmi les 25 magistrats chevronnés officiellement renvoyés à leurs fonctions. Agé de 49 ans, ce brillant magistrat est diplômé de l’Ecole nationale d’administration de Bamako (1985-1989). Boya Dembélé est également titulaire d’un Diplôme d’études approfondies en droit privé, obtenu en 2010 à l’Ispric de Bamako. Dans le passé, il a occupé plusieurs fonctions dans les tribunaux. Il fut successivement juge d’instruction du Tribunal de première instance (TPI) de Mopti de 1992 à 1995; Président du Tribunal du travail de Mopti (cumul de fonctions) de 1993 à 1995);  Juge de paix à compétence étendue d’Ansongo (1995-1998), de Bankass (1998 à 2000). De 2000 à 2004, il fut Président du Tribunal de travail de Koutiala. En 2004, Boya Dembélé fut Président de la Commission électorale de Koutiala, avant de devenir, en 2009, le Point focal des questions de propriété intellectuelle au ministère de la Justice, puis membre du Conseil d’administration du Bureau malien du droit d’auteur la même année. En outre, cet ancien Secrétaire général du Syndicat autonome de la magistrature (SAM) a été, en 2012, Président du groupe de travail pour la saisine de la Cour pénale internationale (CPI) suite aux événements du Nord. De septembre 2012 à novembre 2013, il a été nommé Conseiller technique au Cabinet du Premier ministre (cellules gouvernance; affaires administratives, juridiques et judicaires; chargé des affaires juridiques et judicaires). De 2013 à 2015, on le retrouve point focal officiel CPI du ministère de la Justice. Au moment de sa nomination comme Avocat général à la Cour suprême, Boya Dembélé était le Secrétaire général du ministère de la Justice et des droits de l’homme. Il a effectué plusieurs stages et formations. Magistrat de classe exceptionnelle, il est marié et père de cinq enfants.

Ibrahim M.GUEYE

PARTAGER