Porté disparu depuis plus de 3 mois : Niafunké réclame son fils

0

Cela fait 93 jours que l’honorable Soumaila Cissé, chef de file de l’opposition malienne, se trouve dans les mains des inconnus. Les populations de sa ville natale, Niafunké, ont demandé hier, à travers une marche pacifique, sa libération sans condition et dans un bref délai.

« Libérez Soumaila » ; « Niafunké réclame Soumaila Cissé » ; « Les femmes demandent Soumaila Cissé » ; « l’Afrique réclame Soumaila Cissé, libérez-le s’il vous plait » ; « Tous ensemble pour la libération de Soumaila Cissé », voilà, entre autres, les slogans des centaines d’habitants de Niafunké qui ont marché de la place de l’Indépendance à la préfecture du cercle. Niafunké a la soif de voir son fils retourner dans sa famille, jouer son rôle d’élu de la nation, continuer son combat pour un Mali émergent. C’est ce message que les marcheurs, toutes les couches confondues, ont fait passer hier.

« Nous, collectif pour la libération de l’honorable Soumaila Cissé  de Niafunké à travers toute sa composante et l’ensemble des populations du cercle, toutes tendances confondues, avons appris, par le président de la République, avec immense joie que le camarade Soumaila Cissé est en vie  et se porte bien », s’est réjoui le porte-parole du collectif, Hamandoun B. Touré, à l’entame de  sa déclaration. Mais par contre, le collectif exprime sa déception quant à la durée de captivité de l’honorable Soumaila Cissé qui a servi le Mali et l’Afrique.« M. le préfet, il nous plait, à présent, de nous faire entendre par les propos les plus correctement exprimés et les plus humbles mais aussi les plus évocateurs de notre sentiment de frustration et de déception que durant tout ce temps, un citoyen pas comme les autres, un commis de l’État pas comme les autres, un responsable politique pas comme les autres, un économiste illustre pas comme les autres, un serviteur de l’Afrique pas comme les autres…soit un otage dans son propre pays pendant  plus de 95 jours de captivité sans retrouver sa liberté  », a déploré Hamandou B. Touré.

Avant de demander aux autorités nationales et internationales de redoubler d’efforts pour la libération de Soumaila Cissé, le membre de la section URD parle de la souffrance des populations de Niafunké depuis l’enlèvement de leur député. « M. le préfet, cette foule devant vous, a le cœur meurtri, blessé, pas d’appétit ni sommeil encore moins de sourire, les larmes séchées sur les joues et le sommeil coupé par des rêves brisés. Tous les espoirs sont tournés vers les télévisions, les téléphones (whatspp, facebook, telegram, tweeter…) afin de voir ou entendre une nouvelle : Soumaila Cissé est libéré. Seul ce mot peut donner, à cette foule, la joie, le sourire, l’appétit et le sommeil qui nous ont manqués depuis ce maudit jour du 25 mars 2020 », a laissé entendre  le parolier, avant de conclure :« Ces marcheurs sont impatients du retour de l’honorable Soumaila Cissé annoncé par le Président IBK ».

Pour sa part, le préfet du cercle de Niafunké a salué les efforts de l’État et l’URD depuis l’enlèvement de  l’honorable Soumaila Cissé. Il a appelé les populations de Niafunké à avoir confiance aux autorités qui disent être en contact avec les ravisseurs de l’honorable Soumaila Cissé.

 

BoureimaGuindo

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here