Projet de découpage territorial : Une œuvre qui menace la cohésion et l’unité nationales!

1

Le  projet de découpage territorial élaboré  par le gouvernement malien en 2012, mais dont la mise en œuvre est en cours  par la Transition, est devenu source  de division  des maliens. Il est en train de susciter, dans plusieurs localités du Mali,  des contestations. Plus que jamais les maliens n’ont eu dans leur vivre ensemble le sentiment de se replier sur soi.

 Désormais, les  manifestations populaires sont à la mode dans notre pays pour  réclamer le statut de Chef-lieu de région ou de cercle. Il ne passe plus de jour sans que des  populations soient mobilisées dans  leur localité. C’est le cas à : Markala, Mondoro, Dinangourou, Koro, Hombori, Kati, Ouelessébougou, San, Bla, Yélimané, Sitakili, Sandaré,… Ce repli sur soi est renforcé par  une propension au  communautarisme au sein de  l’Etat malien déjà miné par la crise sécuritaire endémique dans l’ensemble du territoire national. Il faut donc que les autorités maliennes passent en revue leur projet de découpage  afin de  stopper cet élan communautaire dont le pays n’a nullement besoin. Car visiblement, ce  projet de découpage  est en train de menacer  la cohésion et l’unité nationale

Si des  concertations ont lieu  ces  derniers moments dans diverses régions sur la thématique de ce  nouveau projet de découpage territorial, force est de reconnaitre que de plus en plus de populations ont exprimé leurs réserves sur les propositions formulées par le gouvernement. Les Chefs de l’exécutif régionaux  n’ont pu  convaincre les populations concernées sur la réorganisation territoriale en chantier.

Par exemple, dans la région de Mopti, les communautés habitant l’arrondissement de Mondoro protestent vivement contre leur rattachement au futur cercle de Hombori. Elles estiment qu’en termes de superficie et de population, de situation géographique et sur divers plans, c’est Mondoro qui a toujours été annoncé comme devant être érigé en cercle. Idem pour d’autres localités qui sont en train de  s’insurger  contre le projet gouvernemental de découpage du territoire.

S’y ajoutent à  ces contestations,  des menaces d’affrontements entre des communautés. Dont certaines sont accusées d’être favorisées par les autorités. Quand  d’autres acteurs locaux sont accusés d’user de  leurs influences et lobbying, en tant qu’élus et cadres Hauts placés dans la hiérarchie administrative,  pour s’opposer au projet du gouvernement.

Ainsi les populations du cercle de Koro rejettent  leur statut de cercle pour aspirer devenir « une région pleine et entière ». Elles vont jusqu’à menacer les autorités d’insurrection pour se faire entendre. Or, nul n’ignore que dans plusieurs communes du cercle de Koro, la menace terroriste et jihadiste a pris de l’ampleur avec une dangereuse circulation des armes et un enrôlement massif des jeunes dans les rangs des extrémistes. N’est-ce pas inopportun, la mise en œuvre de ce projet de découpage électoral, tant notre pays traverse sa plus grande phase de turbulence ?  Les élections générales seront-elles possibles dans ces conditions ?

Quoi qu’il advienne, il n’y a aucun doute que ce projet de découpage territorial constitue  une  grande menace pour  la cohésion et l’unité nationale ! Elle divise plus qu’elle intègre les maliens à une unique  communauté  de destin !

 

Falaye Keïta

Commentaires via Facebook :

1 commentaire

  1. Ce découpage était une opportunité pour une bonne aménagement du terroir qui est le point de département pour un développement harmonieux du pays ,de rapprocher les populations des autorités administratives et locales ,de faire une gestion locale ,de favoriser l équité territorial .Cependant ,l égoïsme a mis ce pays en retard car on dirai que certains sont réfractaires au développement. Le découpage des région est acceptable dans l ensemble ,pour les cercles il y problème certains localités comme welesebougou ,et markala méritent d être des cercles.Cependant une région de Bamako doit être créer pour englober les cercles de kangaba ,kati,welesebougou ,créer un autre cercle dans le mandé (siby ou narena) ,de baguineda ou moribabougou .Le cercle de goundam remplit tous les critères pour être une région mais si on le retire de Tombouctou cette région de Tombouctou sera une coquille vide surtout aussi que rarhous veut être région. Le cercle de bla amputée de san va réduire la superficie de san.Maintenant si ce découpage constitue un danger et ça se voit vaut mieux annulé tout et laissé le pays comme il l est et conserver ou revenir a l ancien découpage.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here