Promotion de la paix au Mali : La communauté baha’ie s’engage

0

Inviter le public à rejoindre la communauté baha’ie afin d’instaurer la paix dans le monde, tel était l’objectif d’une conférence animée par Jean-Jacques Yem, secrétaire général de l’Assemblée spirituelle nationale des baha’is du Mali. C’était le samedi 26 novembre2016 au Centre Djoliba, à l’occasion d’une conférence sur le thème : ‘’La recherche de la paix : le point de vue baha’i’’.

Les baha’is constituent une communauté religieuse qui regroupe aujourd’hui plus d’une dizaine de millions de personnes originaires de nombreuses nations, de cultures et de croyances, qui sont engagées dans une vaste gamme d’activités couvrant les besoins spirituels, sociaux et économiques des peuples de nombreux pays. Elle fut fondée par Baha’u’llah au milieu du 19ème siècle, en Perse, l’actuel Iran, et est aujourd’hui établie dans tous les pays du monde. La Foi baha’ie a été introduite au Mali vers la fin des années 50 et la communauté baha’ie existe officiellement depuis le milieu des années 60.

Selon le conférencier, la paix est un concept qui désigne un état de calme ou de tranquillité ainsi que l’absence deperturbations ou de troubles, de guerresoude conflits. Mais, il s’empresse d’ajouter que,du point de vue baha’i, loin d’être un concept isolé, la paix est plutôt l’aboutissement d’un long processus qui exige la résolution d’un certain nombre de questions et qui doit nécessairement avoir une racine pivotante. Et d’indiquer que les enseignements de Baha’u’llah ont pour objectif ultime l’établissement de la paix mondiale. C’est pourquoi, dira-t-il, la communauté mondiale baha’ie travaille dans ce sens au niveau de chaque pays et à l’échelon de chaque localité où résident des croyants Baha’is.

Le conférencier a livré quelques questions préjudicielles sous formes de principes fondamentaux à savoir, la foi en l’unicité de Dieu, le principe de l’unité de l’humanité, le principe de l’élimination des extrêmes de la pauvreté et de la richesse, le principe de l’éducation universelle, entre autres. Aen croireJean-Jacques Yem,l’enseignement de ces différents principes constituent une substance qui contribuera à faire de tout un chacun, un ardent promoteur de la paix. «  Pour l’heure qu’il me suffise de vous dire, Mesdames et Messieurs, que la question de la paix n’est plus au stade du discours dans la communauté baha’ie. Nous avons dépassé ce stade. Convaincus de la vérité que la paix ne tombera pas du ciel les baha’is s’attèlent effectivement à construire une communauté de paix », a-t-il conclu.

Bintou Diarra, stagiaire

Commentaires via Facebook :

PARTAGER