Promotion des droits de l’enfant : Beaucoup reste à faire

0

La commémoration de la journée de l’Enfant africain a permis de faire le bilan du combat mené au profit de la promotion des droits de tous les enfants du continent

Malgré la situation politico-sécuritaire qu’il traverse le Mali, à l’instar des autres pays du Continent, a célébré la Journée de l’enfant africain. L’édition de 2021 qui marque le 30ème anniversaire de l’adoption de cette  charte, est célébrée au plan national sous le thème : « 30 ans après l’adoption de la charte : progrès réalisés, défis et perspectives pour un Mali digne de ses enfants ». C’était ce jeudi 17 juin au Centre international des conférences de Bamako (CICB), sous la présidence du ministre de la Promotion de la Femme, de l’Enfant et de la Famille, Mme Wadidié Founè Coulibaly, assistée de certains de ses collègues du Gouvernement, de la Représentante résidente de l’Unicef au Mali, Mme Sylvie Fouet etc.

Après le mot de bienvenue de la représentante du maire de la commune III, le président du parlement des enfants, Nouhoum Chérif Haïdara, en fin de mandat, a fait un plaidoyer à l’endroit des plus hautes autorités du pays. Il a soutenu que de nombreux progrès ont été enregistrés dans le cadre de la promotion des droits de l’enfant au Mali. Tout  en laissant entendre que le parlement des enfants continuera à jouer son rôle de plaidoyer. Il a dira que les enfants fondent un grand espoir sur le Président de la transition. Nouhoum Chérif Haïdara a également profité de l’occasion pour demander l’implication de toutes les filles et de tous les fils du pays, par rapport à la situation que traverse le Mali.

La représentante de  la Coalition malienne pour les droits de l’enfant (Comade) à son tour, dira que cette commémoration offre l’occasion de faire un regard rétrospectif sur tout ce quoia été fait en termes de promotion des droits de l’enfant. A l’entendre, de nombreuses dispositions juridiques ont été adoptées.

Mais, selon elle, la situation n’est toujours pas à la hauteur des attentes. Parce qu’avec la crise actuelle, plus de 500 enfants restent sans assistance familiale au Mali. Aussi, des milliers d’enfants ne fréquentent pas l’école, faute d’insécurité dans certaines localités du pays. Aujourd’hui, avec le développement des médias sociaux, les enfants adoptent des comportementsde déperdition. Et pour palier ce fléau, la représentante de la Comade a demandé à ce que des mesures soient prises pour protéger les enfants contre eux-mêmes.

La Représentante résidente de l’Unicef au Mali, Mme Sylvie Fouet  a  fait un rappelde la situation macabre des enfants en zone de conflit. Beaucoup d’entre eux sont privés d’école, avec la fermeture de plus 1573 écoles a t-elle déploré.

Pour Mme Wadidié Founè Coulibaly, de la ratification de la Charte à nos jours, le Mali a enregistré des avancés notoires dans plusieurs domaines, en matière de la promotion des droits de l’enfant. Il s’agit entre autres : des domaines socio sanitaires, de l’éducation, de la justice, de la protection et de la mobilité etc.

Cependant, l’arbre ne doit pas cacher la forêt. Parce que, aujourd’hui, selon elle, la situation des enfants en Afrique et au Mali demeure des préoccupations majeures auxquelles des mesures fortes et appropriées doivent être  apportées.

Diakalia M Dembélé

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here