Maouloud 2015 : «Réconciliation» et «terrorisme», au cœur de tous les prêches «On ne peut pas avoir la paix tant que les prêcheurs sont libres de dire ce qu’ils veulent»

C’est une initiative du Groupement des leaders spirituels musulmans du Mali (GLSM). Tous les prêcheurs du Mali vont chanter la même chanson pendant le Maouloud 2015. Ils auront tous, un seul et unique thème pendant leurs prêches de commémoration du Maouloud. Ce thème est «Maouloud, facteur de paix et de cohésion sociale»

1

Les responsables dudit regroupement l’ont fait savoir lors d’une conférence de presse jeudi dernier au domicile de Cherif Ousmane Madani Haidara.  Ce dernier est le président du  GLSM (Groupement des leaders spirituels musulmans du Mali).

Quant au  thème principal, à savoir « Maouloud facteur de paix et de cohésion sociale », il sera au cœur de tous les prêches lors  des festivités commémoratives  du Maouloud 2015. Pour ce  faire, a indiqué le président du GLSM, des consignes seront données dans tous les recoins des 8 régions du Mali à partir  des bases de Bamako. Le Groupement des leaders spirituels musulmans du Mali regroupe (presque) toutes les tendances de la religion musulmane du Mali.

Ce thème principal, a-t-on, expliqué lors de la même conférence de la presse, sera développé à travers trois sous-thème : le premier sera consacré à l’importance de la commémoration du Maouloud, son apport dans la culture de la paix et le vivre-ensemble.

Le 2ème sous-thème, toujours selon les responsables du GLSM, est relatif au rôle que doit jouer un musulman pour la réconciliation et la cohésion sociale. Lors de leurs activités, a-t-on indiqué, les prêcheurs vont se focaliser  sur les vertus de  l’Islam, lesquelles vertus recommandent le pardon et la tolérance entre humains. Et le 3ème sous-thème sera  consacré à l’extrémisme religieux. Il permettra d’expliquer ce que c’est l’islam proprement dit.

Cette initiative, faut-il le souligner, a pour but d’uniformiser le discours des imams et chefs religieux pendant cette période de commémoration. Toute fois, le président du GLSM a souhaité que des mesures soient désormais prises par les autorités  contre les prêches. «On ne peut pas avoir la paix tant que les prêcheurs sont libres de dire ce qu’ils veulent», a-t-il dit. Aux dires du chérif, l’ancien régime avait entrepris des initiatives dans ce sens, lesquelles initiatives, a-t-il dit, ont été interrompues suite aux évènements de 2012. Le chérif a exhorté les gouvernants actuels à revenir à la tâche.

Djibi Karim

Cherif Ousmane Madani Haidara :

«Le ministre Salif est un bon exemple !»

A la faveur  de la conférence de presse qu’il a animée jeudi dernier pour annoncer l’organisation du Maouloud 2015, Cherif Ousmane Madani Haidara a reconnu et félicité les efforts  déployés  par les autorités pour la sécurisation des lieux  lors du Maouloud 2014 : «Des forces de sécurité ont été massivement déployés  pour sécuriser les tous lieux de rassemblement, petits qu’ils soient,  lors du Maouloud 2014. Ce geste est une première dans notre pays et il faut remercier IBK pour cela », a-t-il dit. Le chérif a exhorté  les autorités à  en faire de même cette année.  Et le guide spirituel d’Ançar Dine international et président Groupement des leaders spirituels musulmans du Mali (GLSM), pense que les autorités peuvent mieux faire que l’année dernière avec l’arrivée de l’actuel  ministre de la sécurité et de la protection civile ; lequel ministre, renchérit le chérif, est un bon exemple en matière de gouvernance.

« Vous savez ce qu’il a fait ? S’interroge Ousmane Madani Haidara. Désormais sur la route de Koulouba, il y a des gendarmes qui fouillent tout véhicule qui passe  quelque soit le rang ou la personnalité du passager. Et le véhicule de Traoré (le ministre) lui-même a été le premier  à être fouillé. Ceci est un grand geste. Salif est un bon exemple! »

Le chérif  dit être séduit par la méthode de travail du Colonel-Major Salif Traoré, notamment la gestion rigoureuse par lui faite de l’attentat de l’hôtel Radisson Blu le 20 novembre 2015.

Djibi Karim

PARTAGER

Comments are closed.