Sanctions de la Cedeao et tension avec la France : Soutien ferme de la société civile Sénégalaise au Mali

7

À l’opposé de ses autorités politiques, la société civile du Sénégal, à l’image de celles de plusieurs autres États à travers l’Afrique voire du monde, dénonce les sanctions illégitimes imposées par la Cedeao et l’Uemoa à notre pays et exprime son soutien aux responsables de la Transition et au peuple malien

C’est dans ce contexte qu’une forte délégation de la société civile sénégalaise, qui séjourne à Bamako depuis mercredi dernier, a été reçue en audience hier à la Primature par le Premier ministre, Choguel Kokalla Maïga.

La délégation, conduite par le président d’Imagine Africa, Pierre Sané, ancien sous-directeur général de l’Unesco, est composée de Mamadou Diop dit Decroix, député à l’Assemblée nationale du Sénégal et ancien ministre.

Mais aussi du représentant du Front pour une révolution anti-impérialiste populaire et panafricaine (Frapp), Guy Marius Sagna, et celui de la Ligue panafricaine, (Umoja), Amidou Sidibé, non moins représentant de la Convergence pour le peuple malien, une nouvelle organisation qui vient de voir le jour au Sénégal afin de soutenir le Mali dans son combat pour sa souveraineté.

Le chef de la délégation sénégalaise a souligné qu’à travers ce déplacement, il s’agit pour eux de venir à l’écoute des autorités maliennes afin d’avoir une compréhension plus fine sur l’évolution de la situation sécuritaire du Mali, l’impact des sanctions de la Cedeao et les futures étapes dans le combat pour leur abolition. Il était question pour eux de s’imprégner du niveau de mise en œuvre des conclusions des Assises nationales de la refondation (ANR), et l’évaluation du Premier ministre sur le rapport du Mali avec la France en ce moment.

Pour lui, il s’agissait également pour sa délégation de savoir comment dans son combat contre le néocolonialisme au Sénégal et en Afrique, elle peut apporter sa contribution à la lutte du gouvernement malien. Pour le chef de la délégation, la raison qui a motivé la mobilisation du peuple sénégalais le 28 janvier dernier et qui a abouti à la mise en place de cette mission trouve son sens dans la conviction qu’il est impératif de ne pas laisser le Mali seul face à la Cedeao, la France et l’Union européenne.

Selon Pierre Sané, si le Mali réussit dans son pari de changer le rapport de force avec la puissance coloniale, ce sera une ouverture pour tous nos pays de la Zone Franc, qui pourront s’inscrire dans la même dynamique de rupture d’avec l’héritage colonial. «Nous sommes venus pour dire haut et clair notre solidarité avec le gouvernement de Transition et avec ses initiatives concernant la refondation du pays. Mais également notre opposition aux sanctions de la Cedeao qui sont illégales».

En réponse, le Premier ministre a remercié les visiteurs pour l’esprit de solidarité et la mobilisation de soutien réussie à Dakar en fin janvier avant de faire le bilan détaillé des progrès réalisés par le gouvernement depuis la rectification de la trajectoire de la Transition le 24 mai 2021. En outre, Dr Choguel Kokalla Maïga a expliqué que la Cedeao veut ramener tout le problème du Mali à une question électoraliste.

Toutefois, il a informé ses hôtes de la mise en place par le gouvernement d’un cadre de concertation avec la communauté internationale, dont la Cedeao et la Minusma, qui devrait aboutir à un nouveau chronogramme pour les élections de fin de Transition.

«Si on n’a pas d’accord avec la Cedeao, nous allons rentrer en résistance», a-t-il prévenu. Le chef du gouvernement a conseillé à ses interlocuteurs de continuer à sensibiliser davantage les dirigeants de leur pays afin que ces derniers adoptent une autre grille de lecture sur la situation du Mali.

La rencontre était élargie au ministre de la Refondation de l’État, chargé des Relations avec les institutions, Ibrahim Ikassa Maïga et la ministre déléguée auprès du Premier ministre, chargée des Réformes politiques et institutionnelles, Sylla Fatoumata Sékou Dicko.

Commentaires via Facebook :

7 COMMENTAIRES

  1. We thank Senegalese group for their support. However it would be good if they support ECOWAS tailoring enforcement of it’s requirements to fit total circumstance it’s member nations exist under at given time. That is change needed now. Failure to change will support domino effect of genocide creeping through Negroid Africa with us turning away our head as if that will stop it.
    Where is Greater Good perceptions, planning plus actions at ECOWAS? Holding to method of Caucasian western democracy have not ever served us well that is why Caucasian Western democracies try to hold us to that form of governance. Only minority among us benefitting from it encourage us to hold to it. We should have one party African democracy where we all may to varying degrees benefit, plus have access to essentials plus vitals.
    Henry Author Price Jr aka Kankan

  2. Voilà encore des plaisantins qui sont venus pour payer des bazins chez nous , quel soutien ils sont venus faire ? Jouez à la comédie c’est dommage leur président est le meneur de ces sanctions non ? De grâces soyons souvent logique .Cette fameuse société civile devait faire un setting face au palais de Macky Sall au lieu de vernir faire le tourisme chez nous

  3. CE SONT NOS FRERES ET SOEURS SENEGALAIS AVANT LEUR AFFILIATION POLITIQUE. NOUS SOMMES SNEMALIENS AVANT D’ETRE D’UN PARTI POLITIQUE OU DE LA SOCIETE CIVILE!

  4. Société civile du Sénégal? MON OEIL!!! Mamadou Diop Decroix, sécrétaire général du parti AJPADS et ancien ministre de Wade, élu député sur la liste du PDS. Pierre Sané, ancien Directeur général de la FIDH et militant du PS au Sénégal. Guy Marius Sagna militant de PASTEF de l’opposant Ousmane Sonko Comment voulez-vous que l’Afrique sorte de sa société en donnant de fausses informations sur des personnages politiques connus de tous au Sénégal

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here