Secteur eau, hygiène et assainissement : Les médias s’approprient le contenu des documents de positionnement de la société civile

0
Rencontre sur les Documents de positionnement
gifnew

La Coalition de la Campagne Internationale pour l’Eau potable et l’Assainissement (Cn-ciepa/wash) dans le cadre d’un partenariat avec le programme Watershed (un consortium d’ONG constitué d’IRC, Simavi, Wetlands International et Akvo)  organise ce vendredi 26 octobre 2018, une session de renforcement des capacités des hommes de médias sur le contenu des papiers (documents) de positionnement en matière  de politiques publiques.

Il s’agit à travers une telle rencontre d’accroitre les capacités d’influence des participants sur un certain nombre de questions, notamment la question relative à la gestion des déchets à Bamako, le financement du secteur WASH et la satisfaction des usagers des services WASH.

Une vingtaine de journalistes de la presse écrite, parlée et en ligne prendront part à cette session prévue à la Maison du Partenariat de Bamako.

Le Mali sort progressivement d’une succession de graves problèmes de sécurité, d´instabilité gouvernementale, de réduction de la confiance dans les institutions, de la rébellion, de la violence armée et de l’intervention internationale de maintien de la  paix afin d´asseoir à nouveau la République. Cette situation vient aggraver l’accès aux services sociaux de base déjà fragile et le secteur de l’eau et de l’assainissement n’y échappe guère.

Réorganiser la coordination sectorielle

Les différentes institutions responsables du secteur WASH sont toujours avec le Ministère de l’Energie et de l’Eau, la Direction Nationale de l’Hydraulique(DNH), le Ministère de l’Environnement, de l’Assainissement et du Développement Durable (MEADD) et la Direction Nationale de l´Assainissement, du Contrôle  de  la Pollution et les Nuisances (DNACPN). Cette séparation des responsabilités sectorielles sur deux ministères (sinon trois si l’on tient compte du ministère de la Santé responsable de l’hygiène) rend difficile la coordination sectorielle et le financement intégré des politiques. Dans le souci de remédier à ces problèmes, une cellule interministérielle sur la planification et les statistiques en ce qui concerne l’eau, l’environnement,  l’urbanisme et les domaines de l’Etat a vu le jour en 2009. Constat : cette cellule s’est jusqu’à ce jour signalé par une certaine faiblesse dans l’influence. A  ces différents problèmes ( institutionnels) viennent se greffer d’autres : l’incohérence des politiques : le chevauchement des mandats et la faible capacité de mise en œuvre des autorités, la faiblesse des capacités techniques, administratives et financières au niveau des structures décentralisées pour gérer les services WASH et GIRE, le manque de mécanismes de gestion des déchets solides et liquides, la faible allocation budgétaire au secteur WASH, la faible capacités  et structuration des OSC pour traiter des questions de gouvernance. C’est dans un tel contexte que le projet Watershed, partenariat stratégique entre le Ministère néerlandais des Affaires Etrangères, le consortium d’ONG constitué d’IRC, Simavi, Wetlands International et Akvo, est mis en en route. Pendant 5 ans (2016 à 2020) le programme devra œuvrer au renforcement de la société civile et des medias nationaux afin de leur permettre d’assumer pleinement et efficacement leur responsabilité de veille et de contrôle de l’action publique en matière d’eau et d’assainissement.

Source : CCom CN-CIEPA/WASH

Commentaires via Facebook :