Soutien à la Transition : TOGUNA Industries met 500 camions à la disposition des opérateurs économiques pour l’approvisionnement des maliens via les ports de Nouakchott et Conakry

0

Dans le cadre de la journée d’informations et de communication de soutien au Mali après les sanctions organisées par la société TOGUNA, le ministre de l’Industrie et du Commerce, Mahmoud Ould Mohamed a rendu visite au groupe TOGUNA pour constater les 83 000 tonnes de stock en matières premières pour la fabrication d’engrais, les 68 000 tonnes qui sont en cours d’acheminement, les moyens de production et le parc logistique comportant les 500 camions mis à la disposition des opérateurs économiques maliens pour amener les approvisionnements en ce moment de crise.

C’était ce mercredi 12 janvier, où le ministre a affirmé sa satisfaction pour l’assurance des produits nécessaires qui sont stockés et qui doivent venir via les pays amis tels que la Mauritanie et la Guinée. ” Nous voyons déjà la souveraineté et l’autonomisation du pays en marche par des unités industrielles comme TOGUNA ” dixit le ministre. Pour un pays enclavé comme le Mali, c’est un exploit qui a été assuré par le groupe TOGUNA et c’est pour essayer de faire en sorte que tous les besoins soient satisfaits en terme de transport depuis Nouakchott et Conakry, a a-t-il déclaré.

Oumar Guindo, le directeur général du groupe TOGUNA a donné l’assurance sur les 83 000 tonnes de stock et les 68 000 tonnes à venir que même si les frontières ne s’ouvrent pas, les produits suffiront. S’il ya eu des solutions avec la CEDEAO tant mieux dans le cas contraire, nos bateaux qui sont en route vont se diriger vers les ports de Nouakchott et Conakry, martèle le D G.

Souleymane Baba Traoré, Administrateur provisoire du conseil malien des chargeurs (CMC) explique qu’ils ont tapé à la bonne porte en allant vers TOGUNA. Selon lui, TOGUNA prend un bateau entier pour ses marchandises alors qu’habituellement au moins, on bateau peut prendre mille conteneurs appartenant à 300 ou 500 personnes.

TOGUNA peut décider de la destination de son bateau donc le conduire vers Nouakchott ou Conakry au lieu de Dakar, confirme Traoré. Il a évoqué les solutions trouvées lors de leurs concertations avec les mauritaniens. La caution bancaire que les maliens payaient à Nouakchott car ce pays n’est pas dans la CEDEAO et les tracasseries sur ce trajet étaient au cœur des discussions.

Youssouf Coulibaly, le président des fournisseurs d’engrais note que sur le contrat l’approvisionnement, chaque année la filière coton commence le 1er octobre et la date limite de livraison est le 31 janvier : ” nous sommes le 12 janvier et aucun contrat n’est signé “. Il met l’accent sur le fait que les décisions soient prises à temps par les autorités pour sauver la campagne prochaine.

Kader   DIARRA

 

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here