Togo : le comité de soutien à la DMK-Mali réclame la victoire à la présidentielle de l’opposant Dr Gabriel Agbéyomé Messan Kodjo

0

Le Comité de soutien à la Dynamique Monseigneur Kpodzro (DMK-Mali), a animé une conférence-débat le samedi 12 septembre à l’école privée ANAÏS sur la situation sociopolitique du Togo. C’était sous l’égide de son président, Lolo DossehAkibode.

Les membres du Comité de soutien à la Dynamique Monseigneur Kpodzro (DMK-Mali) ne décolèrent pas. Ils réclament, des mois (Ndrl, le 22 février 2020) après la proclamation des résultats définitifs de l’élection présidentielle au Togo,  la victoire de l’opposant Dr Gabriel Agbéyomé Messan  Kodjo.

Dans un  discours au vitriol, le président du comité de soutien de la DMK-Mali, Lolo DossehAkibode, a fustigé la gestion du président Faure Gnassingbé, dont il exige le départ du pouvoir. Car seul  moyen à ses yeux qui peut calmer les ardeurs de la population togolaise. Le pouvoir, martèle-t-il, doit être remis au vrai vainqueur de la dernière  élection présidentielle, en la personne du Dr Gabriel Agbéyomé Messan Kodjo.

Ce dernier, explique-t-il, une fois installé au pouvoir, s’attèlera rapidement à régler les urgences que sont : les réformes institutionnelles, constitutionnelles et électorales ; le respect de la liberté de la presse ; le respect des principes des droits de l’Homme ; la libération des prisonniers politiques ; et enfin la mise en place d’un cadre pouvant permettre le retour au pays des exilés politiques dont les plus connus sont : Akila Francois Boko, Olivier Amah, Tikpi Atchadam.

Lolo Dosseh Akibode a indiqué que Faure Gnassingbé comme son père se sont maintenus au pouvoir par le biais des élections frauduleuses émaillées de violences, avec dit-il, le soutien indéfectible de l’armée et des milices. Il en veut pour preuve la dernière élection présidentielle qui a été, selon lui, remporté par l’opposition. Il s’appuie pour cela sur les rapports des observateurs internationaux. « Mais une fois de plus, le régime togolais s’est servi de l’armée et des milices pour tronquer la vérité des urnes », a-t-il déploré.

Il faut rappeler que le Togo est dirigée depuis 1967 par la famille Eyadema. D’abord le père Gnassingbé Eyadema qui a régné durant 38 ans. Son fils, Faure Gnassingbé, lui succéda à  sa mort en 2005.

 

Abdrahamane SISSOKO/Maliweb.net

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here