Ils veulent transformer coûte que coûte l’AG ordinaire du 10 janvier 2015 en une AG élective de la Femafoot : La fuite en avant de l’avocat des “frondeurs” : Robert Fox pour menacer la Fifa

0

Les frondeurs veulent coûte que coûte transformer l’Assemblée générale ordinaire du 10 janvier 2015 en une Assemblée générale élective pour mettre en place le nouveau Comité Exécutif de la Fédération malienne de football. Cela, dans le cadre de l’exécution de la Sentence du TAS du 15 novembre 2018. Pour ce faire, leur avocat, Robert Fox, a adressé depuis le 4 mars dernier une correspondance en ce sens afin de menacer la Fifa. Alors qu’il n’est précisé nulle part que cette Assemblée générale ordinaire doit être une Assemblée générale élective. C’est dire que le combat des frondeurs est purement électoraliste et non pour l’intérêt du football malien.

Le 4 mars 2019, l’avocat des ” frondeurs “, Robert Fox, a adressé une lettre de menace à l’endroit de la Fifa pour une sortie de crise du football malien. Cette correspondance adressée à Veron Mosengo Omba, directeur du Développement et des Associations membres de la Fifa pour les régions Afrique et Caraïbes, fait suite à la réunion des protagonistes de la crise au siège de la Fifa, à Zurich, le 27 février 2019.  Au cours de cette rencontre, les responsables de la Fifa et de la Caf ont essayé de trouver une solution à cette crise qui a trop duré. Raison pour laquelle, les deux parties ont accepté de jouer le championnat national avec 23 clubs.

S’agissant de l’exécution de la Sentence du TAS du 15 novembre 2018, il s’agira tout simplement de convoquer une Assemblée générale ordinaire avec le même quorum et même ordre du jour que celle du 10 janvier 2015. Là, avec 16 clubs. Et nulle part, il est précisé que cette Assemblée générale ordinaire est une Assemblée générale élective, contrairement à ce que les frondeurs veulent faire croire aux gens.

C’est après cette Assemblée générale ordinaire du TAS que le Comité de normalisation convoquera une autre Assemblée générale extraordinaire pour adopter les nouveaux textes afin d’élire le nouveau Comité exécutif de la Fédération malienne de football. Voilà que tout est très clair !

Aujourd’hui, la priorité du Comité de normalisation est de faire jouer le championnat national Ligue 1 avec les 23 clubs. Malheureusement, la présidente du Conor, Mme Daou Fatoumata Guindo dite Mimi, fait semblant d’oublier le championnat qui permettra à nos clubs d’être compétitifs.

Après l’Audit judiciaire sur la gestion de la Fédération malienne de football du 1er janvier 2014 au 31 décembre 2017, c’est quoi maintenant le projet du Conor pour régler définitivement cette crise ?

Au rythme où vont les choses, on risque de ne jouer cette saison ni le championnat ni la Coupe du Mali. Ce sera plutôt une année blanche pour certains clubs où leurs dirigeants continuent de débourser des sous.

   El Hadj A.B.HAIDARA

 

 

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here