Conséquence de la Grève de l’UNTM : La plateforme la tribune pour le Mali évoque 30 milliards FCFA de manque à gagner par jour

3

Les responsables de la plateforme “la Tribune pour le Mali” face à la presse, ce vendredi 18 décembre, ont dressé un tableau peu reluisant des conséquences de la grève de l’UNTM sur l’économie du Mali. « Une journée de grève coûte environ 30 milliards FCFA de manque à gagner pour le pays », lance Djibril Diallo, conférencier.

 

maliweb.net – Pour le conférencier,  le droit à la  grève est un droit inaliénable  reconnu par tout le monde.  Mais, soutient –t-il,  vouloir appeler à la grève pendant une période de transition  est  dénudée de bon sens.

 Le conférencier a exprimé l’opposition de la plateforme la tribune pour le Mali  en cette période d’exception qui, selon lui, porte préjudice aux droits des travailleurs. «   Le syndicalisme est la défense du droit des travailleurs et celui des entreprises. L’Etat représente la première entreprise du pays, vouloir mettre un grappin sur l’Etat pour une partie des travailleurs du Mali, c’est mettre  le travail et les travailleurs en danger », regrette Djibril Diallo,  qui  pense  à une réponse positive du gouvernement de transition à l’application de l’article 39  est une bonne chose.   Il proteste contre le fait que  l’acquis d’un autre syndicat  devient  un motif pour une centrale syndicale  de faire des revendications catégorielles qu’un gouvernement de transition ne peut pas s’engager à satisfaire.

Et de poursuivre que la mission d’un gouvernement de transition est de travailler à la refondation du pays, à faire des réformes, organiser une élection référendaire et des scrutins présidentiel et législatif. « Si je suis les autorités de la transition, je ne répondrai pas favorablement aux revendications catégorielle de l’UNTM », a déclaré le conférencier ajoutant que l’application des revendications de la plus grande centrale du Mali coûtera 1800 milliards FCFA au contribuable Malien. « En accomplissant des telles doléances, la transition rendra le Mali de demain ingouvernable tant les pouvoirs politiques régulièrement élus y seront quotidiennement confrontés.  C’est  de mettre le couteau à la gorge de l’Etat et un Etat responsable refuserait une telle pratique », a-t-il martelé.

 Évoquant les conséquences de la grève de l’UNTM sur l’économie malienne, Djibril Diallo a révélé qu’elle coûte 30 à 35 milliards de manque à gagner à l’Etat par jour.  Ainsi, il a invité  les  grévistes à éviter le chaos au pays en  réfléchissant  par deux fois au lieu d’être piloté par  « la fougue ».  La plateforme  “La Tribune pour le Mali” a invité la centrale syndicale à renouer avec le dialogue en pardonnant des propos tenus par lapsus par le Président de la Transition, Bah N’Daw, en déplacement à Abidjan.

Siaka DIAMOUTENE/Maliweb.net

Commentaires via Facebook :

3 COMMENTAIRES

  1. c’est le mali qui perd et nom les militaires , si l’Etat n’a plus de moyens financiers pour vous payer, vous irez tous en chômage, cher Katilé , que Dieu te paye , nous sommes avec les militaires à 300% . Bah n’DAW ne démissionnera pas, l’Ocleil restera aussi , le premier Ministre , vous avez notre soutien ,

  2. LES FOUS DE L’UNTM, LES ENEMIS DU PEUPLE MALIEN
    SON EXCELLENCE BAH DAW A RAISON IL FAUT ETRE UN TARE POUR GREVER DANS CETTE PERIODE DIFFICILE DU PAYS.
    L’UNTM A MONTRER AVEC LE REGIME D’IBK QU’ELLE N’EST PAS AVEC LE PEUPLE MAIS UTILISE LE DROIT DES TRAVAILLEURS POUR SE FAIRE LA POCHE.
    VOICI LES VRAIS CORROMPUS SYNDICALISTES.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here