Problématique de l’emploi des jeunes dans le cercle de San : Un forum initié par l’APROFEM et l’ANPE diagnostique les défis et les opportunités

0

La  salle de conférence du  CAP de Sans a abrité, du 17 au 19 décembre 2014, un forum sur la problématique de l’emploi des jeunes dans le cercle de San. Organisé par l’APROFEM, en partenariat avec le ministère de l’emploi et de la formation professionnelle  à travers l’ANPE, le forum  était présidé par les honorables députés du cercle (Adama Coulibaly, Fatoumata Niambali, Lamine Théra ) en présence du préfet, du maire de la commune de San, Sina Oumar  Traoré et du coordinateur de l’APEJ, Cheick Oumar Sow. Les représentants des services techniques, des partenaires au développement ainsi que le président de la jeunesse Sinaly  T. Traoré.


 Problématique de l'emploi des jeunes dans le cercle de San : Un forum initié par l’APROFEM et l’ANPE diagnostique les défis et les opportunités Le forum,  qui a duré  trois jours à regroupé une centaine de jeunes venus de toutes les localités du cercle de San. Il avait  pour objectif  d’avoir une meilleure connaissance et compréhension de la situation du chômage et du sous-emploi des jeunes filles et garçons dans le cercle de San, d’informer et de sensibiliser les jeunes autour de la problématique de l’emploi, d’avoir une meilleure compréhension des causes et des facteurs qui expliquent le chômage et le sous-emploi des jeunes. Il s’agissait aussi d’identifier les opportunités d’emploi dans les filières et créneaux porteurs et créateurs d’entreprises économiques et viables et de définir les actions et stratégies  d’un plan d’action triennal pour la promotion de l’emploi des jeunes dans le cercle.

Dans son allocution de bienvenue, le député Adama Coulibaly a  remercié l’APROFEM pour avoir honoré la promesse faite aux jeunes. Il notera ainsi que c’est une grande opportunité pour les participants des prendre un comportement assez positif qui leur permet de conduire correctement leurs missions. L’honorable a aussi mis l’accent sur la gestion des affaires par les jeunes à travers la mise en place de stratégies appropriées devant amener la communauté à prendre conscience de la situation des jeunes et à mieux percevoir leur rôle et place dans la lutte contre la pauvreté.

Selon lui, les jeunes doivent faire connaitre leur savoir-faire en matière de lutte contre la pauvreté. II les a invités à jouer pleinement leur rôle pour vaincre la pauvreté dans notre pays et  singulièrement dans le cercle de San.

La Directrice de l’APROFEM, Aminata Traoré, après avoir souhaité la bienvenue à tous ceux qui ont fait le déplacement, a indiqué que dans le cercle de San, comme partout ailleurs au Mali, le taux de chômage est élevé et endémique tant au niveau des jeunes diplômés qu’au niveau des jeunes non diplômés. Plusieurs facteurs conjugués exogènes et endogènes sont à l’origine de ce phénomène, notamment l’inadéquation entre formation scolaire et le marché de l’emploi, l’abandon scolaire, l’analphabétisme,  l’insuffisance d’unités industrielles, l’exode rurale, le faible esprit entreprenariat chez les  jeunes.

Elle a rappelé que la problématique du chômage et due au sous-emploi chez les jeunes, l’une des principales causes qui alimentent les crises politico-institutionnelles en Afrique. Les politiques nationales doivent, à cet effet, inscrire l’emploi des jeunes en tant que priorité. C’est pourquoi, les plus hautes autorités de notre pays, à travers le programme politique du président de la République , la déclaration de politique générale du gouvernement, ont porté un intérêt particulier à l’emploi des jeunes. Elle a remercié les autorités administratives et politiques du cercle pour les multiples efforts et les partenaires techniques et financiers pour leurs appuis constants et multiformes aux cotés de nos autorités.

Le choix de San, a indiqué le Directeur régional de l’ANPE de Ségou, n’a pas été fait au hasard. Selon lui, cinq pistes de solution ont  été envisagées pour promouvoir l’emploi des jeunes et développer la formation professionnelle : Renforcer l’employabilité des jeunes, rendre les jeunes plus entreprenants, faciliter l’accès des jeunes aux outils de production et de commercialisation, démocratiser l’accès de la formation professionnelle et de l’apprentissage, améliorer la quantité et la pertinence de la formation professionnelle et l’apprentissage pour répondre aux besoins du marché du travail.

Amadou A. Coulibaly dit TK  depuis San

 

PARTAGER