Energie Du Mali.SA :  Des agents commerçants et opérateurs économiques 

0

Depuis un certain temps, des agents de « l’Energie du Mali SA » se sont transformés en véritables commerçants pour soumissionner aux différents marchés de la société. Comme c’est le cas d’Aguibou Diarra, agent EDM qui est parvenu à créer sa propre entreprise (SOMEB-Mali). Une société qui accède à des marchés importants de l’EDM avec la complicité de Modibo Waly Sylla, directeur filière clientèle d’EDM.SA. Enquête.
 

« Au Mali, toutes les pratiques sont permises sauf les bonnes » cette assertion a été lâchée par un français sur une télévision européenne quand il parlait de la main cachée de certains hauts gradés de l’armée malienne à la prise des otages des « Français » au Sahara. Selon lui les rançons que versent les Etats pour la libération desdits otages sont partagées entre les hauts gradés de l’armée et les rebelles. Devons-nous donner raison à ce toubib ? That’s the question, disent les Britanniques. Le cas qui nous intéresse ici porte sur l’attribution des marchés d’EDM.SA à certains de ses agents. Une pratique devenue monnaie courante chez les hommes de Alpha Dgitteye. Focus sur SOMEB-Mali SARL, une entreprise savamment montée par Aguibou Diarra de l’Agence EDM de Kalabancoura afin de renflouer des milliers de marchés importants d’EDM.SA.
 
« Bons comptes, bons amis »
 
Il y a environ deux mois, EDM.SA a lancé un avis d’Appel d’offres portant l’installation des nouveaux compteurs I Sago dans les zones AMADER. La SOMEB-Mali SARL, bénéficiant du soutien sorcier de Modibo Waly Sylla a tenu à postuler à ce marché. Pour un montant de 80 millions de CFA, le promoteur de SOMEB, Aguibou Diarra devrait verser à son patron Sylla 8 millions CFA représentant les 10% du marché. N’ayant pas les 8 millions en espèce, M. Diarra demanda alors à un de ses associés engagé comme Directeur commercial de SOMEB (voir fac-similé) de chercher au moins trois millions CFA pour M. Sylla servant d’avance sur les 8 millions avant l’ouverture des plis qui était prévue pour le 27 mai dernier.

Le Directeur commercial, Amadi Bathily descend alors dans le grand marché pour emprunter les 3 millions demandés. Un de ses amis commerçants lui vient en aide en lui accordant un prêt avec intérêt. Cette somme a été remise à Modibo Sylla afin qu’il défende comme toujours le dossier SOMEB. Le 27 mai dernier, ne pouvant pas participer à l’ouverture des plis, parce qu’Agent EDM, le  Directeur de SOMEB s’est fait remplacer par son directeur commercial au siège de la société d’eau et d’électricité. Là, comme prévu, la SOMEB enlève le lot portant installation des compteurs I Sago à Banankoro et  à Tienfala avec à la clef 80 millions CFA.

Dans le protocole d’accord conclu entre le Directeur Commercial et Aguibou Diarra, il est dit en présence d’un homme de droit (nous détenons une copie) qu’après l’exécution du marché les bénefs seront partagés à part égale entre Bathily et Diarra.
 
Le droit bafoué

 Selon le protocole d’accord signé entre les deux responsables de SOMEB, l’argent emprunté pour payer les trois millions de CFA d’avance à Modibo Sylla devrait être remboursé au plus tard le 25 juin 2011. Voyant ce délai dépassé, Amadi Bathily demanda alors le remboursement de la somme due. Ce qui n’a pas été de l’avis de son Directeur Aguibou Diarra qui refusa sine die, malgré les documents juridiques qui les lient de rembourser le montant. Bathily convoqua  Aguibou Diarra à la brigade territoriale du Camp I à Darsalam le 27 juin 2011 (nous détenons des copies des dépositions manuscrites avec signatures). Là, le jeune Bathily n’avait pas pensé qu’un colonel de la gendarmerie pourrait être le beau-frère de son Directeur Diarra (agent EDM, commerçant aussi) et que les choses pourraient jouer en sa défaveur. Le lendemain matin, soit le mardi 28 juin, Amadi Bathily reçoit un coup de fil du camp I. Il lui a été demandé de se présenter à la brigade. Arrivé au Camp I, sans  explications, le jeune Bathily a été expressément conduit dans la cellule comme un malfrat.

Le mardi 29 juin, les gendarmes l’ont amené au tribunal de la commune VI. C’est à la justice qu’on lui notifia la plainte de son directeur Aguibou Diarra pour « falsification des dossiers SOMEB ». De quelle falsification s’agit-elle ? Pourquoi  le tribunal a ordonné à ce que Bathily verse 500 000 FCFA à Aguibou Diarra pour se prévaloir d’une liberté provisoire, alors que c’est à M. Diarra de rembourser près de 4 millions au jeune Bathily ? Pourquoi les portes du PCA d’EDM.SA ont été fermées à Bathily ? Comment les marchés sont-ils attribués aux agents d’EDM.SA, en violation de toutes les règles des marchés publics ? Quels sont ceux-là qui sont parvenus à créer ce réseau maffieux au sein d’EDM ?
A suivre donc…
 
Sékou Coulibaly. 

PARTAGER