Culture de pomme de terre : La nouvelle révolution de l’office du Niger

0

Entre un suivi d’une bonne campagne de commercialisation du riz produit en hivernage et un meilleur préparatif de la culture de riz de contre saison afin de mieux juguler les affres de la sécheresse pluviométrique de cette année dans le pays, la Direction Générale de l’Office du Niger offre avec ce programme spécial de culture de la pomme de terre une source d’atténuation de ses effets tout en créant désormais une plus value pour son économie locale.

Les chiffres brandis par les principaux orateurs (Producteurs, Chambre locale d’Agriculture, Maire, PDG, Ministre….) en ce jour symbolique du 11-11-2011 attestent éloquemment de l’opportunité d’un tel programme spécial : 300 hectares aménagés pour cultiver de la pomme de terre en Zone Office du Niger, 13 000 tonnes attendues en production, 1 milliard 800 millions de F CFA de marge nette….l’intensification et la diversification des produits agricoles en Zone Office du Niger est bien un facteur de développement. En ce qui concerne la pomme de terre dont les maliens savent qu’elle excelle à Sikasso et à Kati, sa culture s’est avérée un peu timide à l’Office du Niger bien que sa zone agro écologique soit la meilleure en matière de production. C’est que cette culture dont les rendements de pointe ont oscillé à 35 tonnes à l’hectare dans les zones de Molodo et du Kouroumari, avec des surfaces utilisées dégressivement entre 200 et 100 ha, a connu quelques contraintes : difficultés d’acquisition de semences de qualité, accent particulier mis sur la culture du riz, difficultés d’écoulement du produit, divagation des animaux en période de contre saison froide et chaude, insuffisance de formation des agents d’encadrement et des producteurs etc.…..

 

LA BMS EN APPOINT

 

Avec son partenaire stratégique qu’est la Banque Malienne de Solidarité, l’Office du Niger, par la voix de son PDG, Amadou Boye Coulibaly entend réussir avec son programme spécial de culture de pomme de terre un triptyque de résultats : contribuer durablement à la sécurité alimentaire en ces temps de crise alimentaire, accroitre les revenus des populations et professionnaliser la filière au bénéfice de ses producteurs. De bonnes raisons qui permettent au Ministre chargé du développement intégré de la Zone Office du Niger de se satisfaire de cette nouvelle dynamique qu’il ne cesse de prôner pour son développement harmonieux. Abou Sow qui a énuméré tous les bienfaits de cette culture de rente est convaincu que des emplois permanents et temporaires vont se créer, l’exode rural prendra un sacré coup, des producteurs seront mieux formés à la diversification des cultures, l’alimentation des populations sera mieux enrichie etc.…Les témoignages de certains producteurs au cours de ce lancement (Mamadou Haidara et Astan Diarra) ont fini par faire croire que la culture de la pomme de terre sera la prochaine révolution de l’Office du Niger. Ensemble, avec son département de tutelle, il vient de mettre à disposition une contribution de 300 millions de F CFA comme fonds de garantie pour la Fédération des Producteurs de Pomme de terre qui sera accompagnée par la BMS pour le financement de ses besoins de crédit de campagne : semences avec des variétés tunisiennes assez précoces que celles européennes, engrais organiques et minéraux, soit un concours bancaire de près de 500 millions de  F CFA. Ce programme qui va toucher au moins 120 villages de la Zone Office du Niger concernera donc 1200 producteurs et productrices qui attendront au bas mot un bénéfice net de 1,2 milliard de F CFA. Ce qui est une occasion au fil des ans pour l’Office du Niger de couvrir les besoins nationaux en fourniture de pomme de terre et pouvoir exporter dans la sous région.

 

Moutta

 


Commentaires via Facebook :

PARTAGER