Fescuao à Bamako : Dans un contexte de fermeture des universités maliennes

0

Les étudiants des clubs Unesco des pays de la sous-région se réunissent à Bamako au moment où nos universités ont été fermées pour deux mois sur décision des plus hautes autorités. Mais cela n’empêche pas les organisateurs de considérer ce rassemblement comme un évènement majeur et un cadre important dans l’affirmation du rôle de la jeunesse dans le développement de son pays.

« L’apport intellectuel de la jeunesse au second cinquantenaire des Etats Ouest-africains », c’est le thème de la 11e édition  du Festival culturel et scientifique des clubs Unesco universitaire de l’Afrique de l’ouest, Fescuao, qui se tient en ce moment à Bamako. Le coup d’envoi des festivités a eu lieu samedi dernier au Centre international de conférence sous la présidence du ministre malien de l’alphabétisation et des langues, Pr. Salikou Sanogo, représentant le chef de l’Etat Amadou Toumani Touré, parrain de l’édition. Cette édition 2011 du Fescuao intervient dans un contexte paradoxal car  les Universités de notre pays sont fermées pour deux mois sur décision du gouvernement à cause de la crise qui l’ébranle depuis longtemps.

Mais cela n’a pas constitué un frein pour la tenue de ce festival à Bamako. Car la décision de l’organiser dans notre capitale a été prise il ya deux ans lors de l’édition 2009 à Cotonou au Bénin. Les participants à ce festival culturel et scientifique sont les étudiants des clubs Unesco venus du Burkina Faso, de la Côte d’Ivoire, du Sénégal, du Niger, du Bénin et du Togo.  Jusqu’au 1er août, ils débattront des sujets relatifs à l’apport intellectuel de la jeunesse africaine pour les 50 prochaines années de leurs Etats respectifs. Le Fescuao est, en effet, une manifestation qui regroupe tous les deux ans des centaines d’étudiants ressortissants de la sous région ouest-africaine. Né de la décennie mondiale du développement culturel décrétée par les Nations Unis, cette manifestation est une initiative concertée des étudiants des pays ci-dessus cités réunis en juillet 1987 à Ziniaré (Burkina Faso) lors du Camp Chantier international de reboisement.

Le Fescuao vise principalement à propager les idéaux de l’Unesco par le rapprochement et l’intégration des jeunes de la sous région et à faire de l’art, la culture et de la science, un moyen de développement au service des peuples. Il est sous tendu par un fondement panafricaniste qui se traduit par la nécessité d’une intégration des peuples de la sous région liés par des solidarités séculaires historiques et ethniques mais séparés, par les frontières artificielles héritées de la colonisation.

 

Les jeunes étudiants de la sous région membres du Fescuao savent que l’Afrique, compte tenu des nombreux maux dont elle souffre, aspire à la réunification. « Cette union des forces et des énergies est indispensables à une lutte efficace contre le sous développement » disent-ils. Le président malien, qui est le parrain de cette 11e édition, a, à travers son ministre de l’alphabétisation, exprimé aux participants, tout l’intérêt qu’il accorde à l’évènement. En son nom, le ministre Salikou Sanogo, a salué les clubs Unesco pour la pertinence de leur thème. Après, une longue digression sur les réalisations du Programme de développement économique et social, PDES, du président ATT en faveur des jeunes maliens, il n’est pas allé avec le dos de la cuillère pour dénoncer l’usage des armes blanches et autres armes à feu par les étudiants pour gérer leur différend. « Une jeunesse inculte ne pourra pas jouer son rôle et faire face à son devoir de génération », a-t-il conclu. Pendant, dix jours, les participants prendront part aux manifestations artistiques, culturelles et sportives : Théâtres, danses traditionnelles et modernes, exposition d’œuvres d’art, colloques et conférences débats, poésies et musiques, jeux de société et de culture générale, ateliers de productions artistiques et intellectuelles.

Issa Fakaba Sissoko

 

 

PARTAGER