Société Madala Kouma, frères et fils : Les travailleurs demandent leurs affiliations à l’INPS

    0

    La société Madala KOUMA, frères et fils (SOMAKOFF) est le représentant de plusieurs sociétés au Mali entre autres la société NESTLE, UNILEVER, ARAWANE ou COLGATE. La question qui se pose aujourd’hui est : comment une si grande Société exploite ses travailleurs en leur refusant le minimum de sécurité sociale ? En effet, depuis belle lurette, cette Société emploie des travailleurs sans affiliation à l’INPS et pour mener à bien ses sombres desseins, elle dissout les syndicats pour mieux les exploiter

    C’est par des intimidations de tout genre que les responsables de la SOMAKOFF étouffent toute tentative de réclamation d’une quelconque volonté d’affiliation des travailleurs à une caisse de sécurité sociale.

    Pour rappel, la SOMAKOFF représente au Mali la société NESTLE qui fabrique des produits comme Maggi, Nido, Nescafé, entre autres; la société UNILEVER  dont les produits sont le thé, le Lipton, le Calvé, l’huile Dinor ; la société COLGATE qui offre les pattes dentifrices et les savons pharmapure entre autres. La SOMAKOFF emploie les travailleurs pendant des années sans affiliation à l’INPS et ils sont payés par nature et selon la catégorie de chacun.

    A première vue, on ne peut pas croire qu’il se passe dans cette société une véritable exploitation de l’homme par l’homme. Suivez le fil des évènements.

    Le premier mouvement syndicaliste pour une affiliation à l’INPS au sein de la SOMAKOFF, a eu lieu en 1995 à la suite duquel les vendeurs ont bénéficié des prestations offertes par l’INPS au même titre que les responsables de la société. De cette date à maintenant, tous les nouveaux travailleurs n’ont jamais été assurés. Ils sont sucés comme des Orange puis jeter.

    En 2006, les responsables syndicaux de la SOMAKOFF ont à nouveau démarché l’Institut National de Prévoyance Sociale (INPS) pour l’affiliation des travailleurs qui n’ont pas bénéficié de protection sociale de 1995 à cette date. L’INPS les a orientés vers les démarches à suivre. Malgré la demande d’affiliation de l’inspection du travail, SOMAKOFF a catégoriquement refusé. Au même moment, l’INPS avait saisi la société et exigé le paiement des cotisations de tous les travailleurs dans un délai de six (6) mois. Comme la SOMAKOFF ne s’était pas acquittée de ces cotisations au délai convenu, il lui a été accordé trois mois supplémentaires. Il faut penser que cette mauvaise volonté de la part de SOMAKOFF de payer les cotisations des travailleurs, avait uniquement pour objet de mesurer la limite de l’INPS. Dans le besoin d’accéder à son compte, la société a remboursé les cotisations qui s’élevaient à vingt et un millions huit cent mille franc CFA et a dissout le syndicat. Ainsi les vendeurs n’ont pas pu être assurés et sont atteints au jour d’aujourd’hui d’une peur bleue d’être licenciés. En tous les cas, le Mali est un pays de droit  et l’exploitation a aussi ses limites
    Brehima Coulibaly

    Commentaires via Facebook :

    PARTAGER