Radiation des 263 agents de la fonction publique : CADE-Mali applaudit la mesure et invite les concernés à la raison

14 réactions [-] Texte [+] Email Imprimer

Après la décision de radiation des 263 agents, recrutés en violation des textes de recrutement dans la fonction publique, le Collectif des Associations de Demandeurs D’Emploi du Mali (Cade-Mali) est sorti de son silence pour exprimer sa position par rapport à la situation. C’était à la faveur d’une conférence de presse, le samedi dernier, à la bourse du travail.  Le président de ce collectif, Samankou Sissoko, était le principal animateur.

Dans son exposé, le conférencier, Samankou Sissoko, n’a pas caché son allégresse face à la« décision courageuse de l’actuel gouvernement » de radier de la fonction publique les 263 agents. Ce qui met fin à la pratique d’une « anarchie qui avait gagné toute l’administration malienne de la grande ville jusqu’aux hameaux ». Ensuite, il a tenu à rappeler aux journalistes, que le collectif (Cade-Mali) affirme son soutien total à cette décision visant à remettre notre administration sur de bases saines. Puis d’avertir que le collectif de jour comme de nuit continuera toujours à se battre pour la transparence, la justice et l’égalité des chances pour tous dans l’attribution de l’emploi public dans notre pays.

Le conférencier ajoutera aussi que cette stratégie permettra de consolider le processus de toilettage entrepris par les autorités et rafraîchira la mémoire des auteurs de fraude et de malversation. Aussi, M. Sissoko estime que cette démarche entamée indique également à la jeune génération la voie à suivre pour un Mali paisible, équitable, vivant en parfaite harmonie avec ses coutumes et ses mœurs.  Pour davantage soutenir ces mesures prises par l’administration, le collectif a proposé un certain nombre de points, qui sont entre autres d’impliquer le Cade-Mali dans l’organisation de tous les concours de recrutement de l’Etat et appelle l’Etat à augmenter les quotas d’agents à recruter et à organiser régulièrement les concours.

Les préoccupations des journalistes ont porté dans l’ensemble sur le pourquoi d’impliquer le collectif dans l’organisation de tous les concours et l’appel que le collectif lance aux camarades radiés.

Sur cette dernière préoccupation, le conférencier conseille aux camarades radiés de reconnaître leur tort, sachant qu’ils ont été recrutés dans la clandestinité.

Dramane Dembélé

SOURCE:  du   13 nov 2012.    

14 Réactions à Radiation des 263 agents de la fonction publique : CADE-Mali applaudit la mesure et invite les concernés à la raison

  1. In case you probably would prevent your hidden secret coming from an opponent, inform this situation not to ever a fellow worker. [url=http://www.nikejordanretro12ok.com/]Nike Air Jordan Retro 5[/url] Nike Air Jordan Retro 5

  2. baka

    Moi aussi, je suis d’accord avec lui. Il s’agit ici d’un débat d’idée et il ne s’agit pas d’insulter. En effet personne n’est contre personne. Il s’agit d’argumenter et les insultes ne servent à rien. La loi dont fait cas l’avocat soulève la question de l’application de la règle de droit dans le temps. Cette loi dit que des tests réguliers seront organisés jusqu’à l’extinction des catégories A, B et C de contractuels. Cela veut dire qu’à l’extinction de ces catégories cette loi n’aura plus d’effet et on n’a même pas besoin de le retirer car son objet aura disparu. Les décisions annulées sont à la fois postérieures à la loi n°09-035 qui autorise l’intégration des contractuels dans les deux fonctions publiques et au décret n°2011-051/P-RM du 10 février 2011. Il y’a extinction quand ça diminue mais lorsque ça augmente il n’y a pas d’extinction. Et ce décret auquel l’avocat BATHILY ne fait jamais référence sert de gardes fous au recrutement de contractuels dans des catégories autre que les catégories D et E. Je rappelle que la loi dont se prévaut l’avocat n’est valable que pour les contractuels recrutés antérieurement à elle. Le remplacement numérique n’est qu’une poudre aux yeux. C’est une anarchie qu’on veut instituer. Réfléchissez à cet exemple mes chers amis : Une loi intervient pour dire que désormais il n’y aura plus de recrutement d’Administrateur civil dans la fonction publique. Cela voudrait dire qu’à la retraite de ceux qui le sont déjà c’est l’extinction (disparition) de ce corps. Et imaginer qu’à la suite de démission ou de décès d’un de ces administrateurs civils qu’on veille recruter un autre administrateur pour le remplacer, c’est la porte ouverte à l’anarchie. Encore une fois de plus personne ne se réjouit du malheur de son prochain dans cette histoire. Pour terminer disons ceci : nous avons le dos large pour amortir les insultes s’il s’agit du Mali auquel on doit tout. Cet avocat doit méditer sur ce maxime : on doit accepter de mourir de faim devant certains plats. Tous pour l’égal accès des citoyens aux emplois publics.

  3. Mi1k

    Pour ceux qui disent que les gens se réjouissent du malheur des autres sachez que ce n est pas du tout cela. je suis d accord que ce ne soit pas le bon moment pour tout ça, mais reconnaissez aussi que la place que certains méritais leur a été dérobé illégalement et ils ont injustement souffert. Au tours des fraudeurs maintenant.

    • Oumarrdiop

      ils ne sont à la place de personnes et ceux qui continus à travailler qui sont recrutés de la même manière manière disons au moins la vérité soit le ministre radie tout ces fonctionnaires ou il laisse travailler ces 263 jeunes cest à dire qu’il soit equitable vive l’UNTM pour une cause juste

  4. Malibah

    vive le CADE-Mali…

    • Mariamamaigaa

      Vive le collectif « Ne touche pas a mon Droit » à te douaw den ni danka den tiè cade yé dankaden ton de yé vive Siaka Diakite! Vive Me Bathily

    • Awahsy

      Personne ne va soutenir ce collectif bidon d’égoïsme personne ne doit doit se réjouir du malheur des autres si tu ne peux rien faire pour l’arranger ne fait rien pour le détruire car ton tour arrivera un jour à bon entendeur salut

  5. kam@ngala57

    Je soutiens le CADE-Mali.
    Nul n’est au-dessus de la loi. Les 263 agents radiés doivent passer par la voie normale comme tout le monde pour accéder à la fonction publique.
    D’ailleurs, ils doivent rembourser le salaire qu’ils ont perçu depuis leurs prise de fonction mafieuses.

    • Annabel

      Vous les ********* ou était vous pendant ces 20ans pour ce collectif pourquoi maintenant gningo den Bla lé nounou tout individu qui se réjouit du malheur des autres finira mal vive l’UNTM

      • MouanarAlassane

        Pourquoi créé ce collectif maintenant est ce que la fonction publique n’existait pas avant, les jeunes maliens cesser vos égoïsme soyez unis et aidez ce qui sont radiés injustement

      • alsace

        A tous > Faisons avancer les débats c’est mieux que de faire des insultes. Merci d’avance !!!

        • Amoroso

          A tous > Faisons avancer les débats c’est mieux que de faire des insultes. Merci d’avance !!!

          • baka

            Moi aussi, je suis d’accord avec lui. Il s’agit ici d’un débat d’idée il ne s’agit pas d’insulter. En effet personne n’est contre personne. Il s’agit d’argumenter et les insultes ne servent à rien. La loi dont fait cas l’avocat soulève la question de l’application de la règle de droit dans le temps. Cette loi dit que des tests réguliers seront organisés jusqu’à l’extinction des catégories A, B et C de contractuels. Cela veut dire qu’à l’extinction de ces catégories cette loi n’aura plus d’effet et on n’a même pas besoin de le retirer car son objet aura disparu. Les décisions annulées sont à la fois postérieures à la loi n°09-035 qui autorise l’intégration des contractuels dans les deux fonctions publiques et au décret n°2011-051/P-RM du 10 février 2011. Il y extinction quand ça diminue mais lorsque ça augmente il n’y a pas d’extinction. Et ce décret auquel l’avocat BATHILY ne fait jamais référence sert de garde vous au recrutement de contractuels dans des catégories autre que les catégories D et E. Je rappelle que la loi dont se prévaut l’avocat n’est valable que pour les contractuels recrutés antérieurement à elle. Le remplacement numérique n’est qu’une poudre aux yeux. C’est une anarchie qu’on veut instituer. Réfléchissez à cet exemple mes chers amis : Une loi intervient pour dire que désormais il n’y aura plus de recrutement d’Administrateur civil dans la fonction publique. Cela voudrait dire qu’à la retraite de ceux qui le sont déjà c’est l’extinction (disparition) de ce corps. Et imaginer qu’à la suite de démission ou de décès d’un de ces administrateurs civils qu’on veille recruter un autre administrateur pour le remplacer, c’est la porte ouverte à l’anarchie. Encore une fois de plus personne ne se réjouit du malheur de son prochain dans cette histoire. Nous avons le dos large pour amortir les insultes s’il s’agit du Mali auquel on doit tout.