Mali : et maintenant, ça sent le sapin

8 réactions [-] Texte [+] Email Imprimer

Des islamistes du groupe Ansar Dine, au Mali

Dans les westerns, la cavalerie arrive toujours à temps. Au Mali, néanmoins, la soldatesque viendra mais sans se presser… Comme le Zorro chanté par Henri Salvador en son temps.

L’ONU, qui est un peu le sergent Garcia de l’ordre mondial, a adopté la semaine dernière sur le Mali une résolution de saison, en forme de liste au père Noël.

Le Conseil de sécurité autorise le déploiement d’une force militaire internationale, la bien nommée « Mission internationale de soutien au Mali » (Misma), sans vraiment dire au passage combien de soldats la composeront, ni même qui passera à la caisse pour la financer.

Les forces spéciales françaises stationnées à Ouagadougou au Burkina Faso peuvent donc continuer de jouer à la belote et au rami entre deux missions d’entraînement. Et pour l’artiche, le coût de l’intervention de la Misma est estimé autour de 200 millions de dollars. Seule l’Union européenne s’est pour l’instant engagée à mettre la main au portefeuille. C’est-à-dire dans le nôtre.

Flou artistique oblige, la résolution onusienne ne s’encombre pas d’un calendrier. Seule certitude, la Misma ne sera pas opérationnelle avant le mois d’octobre 2013… D’ici là, on ne saurait trop recommander la lecture du Désert des Tartares aux habitants du nord du Mali.

C’est le chic de l’ONU : on donne toujours une chance à la politique avant de se mettre sur la gueule. Une façon de retarder le coup de force mais sûrement pas de l’éviter. Dans sa lettre à papa Noël, le Conseil a demandé des élections au Mali, au plus tard en avril 2013. Un gentil scrutin consensuel dont le résultat conviendrait à tout le monde, assurant l’économie d’un énième pu-putsch nocturne de la bande à Sanogo.

Mais le seul résultat acceptable aux yeux des bérets verts du camp de Kati serait, au mieux, de voir élu président le capitaine Sanogo, et au pire, une marionnette du type Dioncounda Traoré, actuel président de transition. Et surtout, l’ex-junte, qui a délogé du pouvoir Amadou Toumani Touré en mars dernier, n’entend reprendre le nord du Mali aux islamistes que par la seule force de l’armée nationale…

Et pour compléter ce joli tableau, le MNLA (Mouvement national de libération de l’Azawad) et les islamistes maliens d’Ansar Dine posent pour la photo à Alger, promettant la main sur le cœur de ne plus s’écharper entre Touaregs maliens. De quoi faire plaisir aux Algériens qui n’aiment pas du tout entendre des bruits de bottes à leurs frontières.

Et sitôt rentrés de leur petite sauterie algéroise, les barbichus d’Ansar Dine en ont profité pour reprendre la destruction des mausolées des saints à Tombouctou ! Main dans la main (mais pas coupée) avec Aqmi (Al-Qaïda au maghreb islamique)… Tandis que le Mujao (Mouvement pour l’unicité du jihad en Afrique de l’Ouest) a également dignement célébré l’adoption de la résolution de l’ONU en jouant de la machette sur quelques menottes. Ces gens-là n’ont sûrement jamais lu Dino Buzzati.

Source : diktacratie.com

8 Réactions à Mali : et maintenant, ça sent le sapin

  1. nonalinertie

    Faire des omelettes sans casser des œufs, voilà tristement décrit la position de Ban Ki MOON, de l’Algérie ou de la Mauritanie. Selon eux, les djihadistes s’en iront d’eux-mêmes. ET pour faire quoi ailleurs? S’adonner au narcotrafic et aux enlèvements dans d’autres pays? Car comment vivraient-ils????

  2. Des n’importe quoi!

  3. Sans pisser

    Une pathologie nouvelle frappe les rangs des narco-djihadistes au Mali! La communauté scientifique se perd en conjecture!

    A l’annonce de l’arrivée au Mali de 400 instructeurs Français, une étrange épidémie s’est répandue immédiatement dans les régions du nord mali;

    Sur cette épidémie très particulière, les scientifiques se perdent en conjecture et craignent ouvertement l’apparition d’une pathologie nouvelle dans ces régions déjà durement éprouvées.
    Toutefois, le Professeur agrégé Sans Pisser (vu le nom, un urologue probablement) et son équipe, ont consenti à nous donner les éléments dont l’OMS dispose à ce stade:

    Maliweb: Pr Sans pisser, en quoi cette pathologie est-elle si particulière?

    Pr Sans pisser: Elle l’est à plus d’un titre; D’abord, et tous les témoignages concordent, elle est directement liée aux annonces de la presse. Or, c’est la toute 1ère fois qu’une pathologie se trouve déclenchée par les médias ! Une bactérie, un virus, on connaît ! Mais les médias, jamais jusqu’ici ! Or dans le cas précis, les 1ers cas sont apparus immédiatement après la dépêche AFP signalant l’arrivée au Mali de 400 instructeurs militaires.

    Maliweb : Etonnant, je le concède… Toutefois, y a-t-il d’autres raisons pour parler d’une pathologie jusqu’ici inconnue ?
    Là, le Professeur se gratte les couilles, rote bruyamment (c’est un copain de Blanche Neige) et enchaine :

    Mais oui, hélas… Cette maladie est également atypique parce qu’elle ne frappe qu’un milieu très ciblé : Les populations villageoises locales sont totalement épargnées, en revanche, le mal sévit parmi les militants de mnla, d’Ansar eddine, du mujao, et d’Aqmi.
    Maliweb : Après une maladie déclenchée par les médias, elle ne frapperait en plus que les gens en fonction de leur orientation religieuse ou idéologique ???

    Le Pr soulève discrètement une fesse, lâche un pet tonitruant (c’est un copain d’enfance à Coco), et enchaîne :

    Absolument ! Et là encore, c’est une première en matière de santé.
    Médusé, le journaliste maliweb : Mais Professeur, j’ose à peine vous poser la question : Y a-t-il encore d’autres points tendant à démontrer qu’il s’agit d’une pathologie nouvelle encore inconnue ???
    Distrait, le Pr Sans Pisser prend la cravate du journaliste et se mouche dedans (c’est un copain à Moussa Ag) et enchaîne :

    Et oui Monsieur : Les signes cliniques… Les symptomes, quoi !
    Maliweb: Mon Dieu, et quels sont-ils ???

    Le professeur crache distraitement sur les pompes du journaliste, pète une nouvelle fois, et rote en se grattant les couilles (c’est un copain des 3):
    Et bien, les symptomes ne correspondent à aucune des pathologies connues à ce jour dans cette zone! Ni ailleurs, du reste ! Les signes cliniques majeurs sont: Sudations excessives, accompagnées d’un rétrécissement majeur de l’anus. Plus curieux encore, ces symptômes physiques s’accompagnent également de troubles psychiatriques
    Maliweb (planquant sa cravate et mettant ses pompes hors de portée) : Noooon ?

    Et si ! Les patients sont sujets à des signes de confusion mentale, et notamment, une envie obsessionnelle de négocier ! Qu’ils soient afghans, arabo-berberes, touaregs, etc, tous n’ont qu’un mot à la bouche : Nouveunégossié ! Nouveunégossié!… Nouveunégossiééééé!…

    De plus en plus distrait, le scientifique gratte subitement les couilles du journaliste qui ne se méfiait plus, et ajoute : Et le pire c’est que tout ça n’est apparu qu’à l’annonce de l’arrivée des 400 instructeur militaires français!!! :mrgreen: :-D :mrgreen: :-D

  4. 1FILSDUMALIBA

    Bon article, je peuple ne dort que d’un oeil. Les choses changeront.

  5. blanche neige

    moi je croyais que çà sentait le palmier de Noel :mrgreen: :mrgreen:

  6. tienimango

    tous des mecreants ils sont la farine du meme sac ansar shetane mujao aqmi c,est la meme chose des criminels trafriquants de drogue et preneurs d,otages..il ne faut jamais les faire confiance…..

    • Sans pisser

      « ils sont la farine du meme sac »

      Dis, Tiénimango, tu le fais exprès de parler de farine pour des mecs qui vivent principalement du commerce international de la coke et de l’héroine? :-D :-D :-D

      Toi aussi, choisis tes proverbes à l’avenir! :-D :-D :-D :-D