Le changement climatique menace bananes, maïs et haricots en Afrique

0
Le changement climatique menace bananes, maïs et haricots en Afrique

Les chercheurs estiment qu’il faut transformer et adapter l’agriculture.

Le réchauffement climatique menace la sécurité alimentaire de nombreux habitants de la planète et la FAO (Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture) lance régulièrement des alertes à ce sujet. Des chercheurs se sont penchés plus précisément sur le cas des pays d’Afrique subsaharienne.

Leur étude, publiée le 7 mars dans la revue Nature Climate Change, examine, région par région, l’effet probable de différents scénarios de changement climatique, sur les neuf cultures qui constituent 50% de la production alimentaire de la zone (bananes, manioc, haricots, arachides, maïs, sorgho, ignames, mil perle et mil rouge).

Six des neuf cultures étudiées devraient rester assez stables dans différents scénarios de changement climatique (même si elles pourraient connaître des baisses de rendement). Mais jusqu’à 30% des zones de culture de maïs et de bananes et jusqu’à 60% des zones de culture de haricots pourraient devenir non viables d’ici la fin du siècle.

À LIRE AUSSI

Des haricots résistant au réchauffement climatique sont testés en Colombie

Lire

Retards de croissance et malnutrition

Dans certains endroits, la transformation apparaîtra dès 2025… Ce qui pourrait avoir des conséquences graves sur les moyens de subsistance des agriculteurs et la sécurité alimentaire des habitants, notamment parce que les haricots sont une source de protéines importante. Julian Ramirez-Villegas, auteur principal de l’étude, explique au Guardian que «cela pourrait probablement augmenter les taux de retard de croissance et la malnutrition».

Alors les chercheurs estiment qu’il faut transformer et adapter l’agriculture, par divers moyens: trouver des cultures de substitution plus résistantes à la chaleur, se diriger vers d’autres moyens de subsistance, améliorer les systèmes d’irrigation et les méthodes agronomiques, voire déplacer des (…)Lire la suite sur Slate.fr

PARTAGER